Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

MONTETY de  Etienne

MONTETY de Etienne

Né le 2 mai 1965
Marié – 5 enfants
 
Journaliste,

Ecrivain
 

Maîtrise de droit et sciences politiques
DESS de sciences politiques
 
Directeur adjoint de la rédaction du Figaro
Directeur du Figaro littéraire (depuis 2006)
Dirige également les pages "Débats Opinions" du quotidien depuis 2008
Anime une chronique quotidienne intitulée "Encore un mot".
 
Ouvrages
- Thierry Maulnier (biographie) (1994) -  Salut à Kléber Haedens (1996) - Honoré d’Estienne d'Orves, un héros français (2001)     Prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot en 2001 - Des Hommes irréguliers (2006) - L’Article de la mort (2009) - Encore un mot : billets du "Figaro" (2012) - La Route du salut (2013) -

URL du site internet:

Prudence

Publié dans A tout un chacun
Prudence
 
"Nous ne pouvons vivre en nous haïssant."
Emmanuel Macron est trop lettré pour ne pas connaître ce mot d'Albert Camus. Alors que le projet de loi portant sur la révision des lois bioéthiques est imminent, le chef de l'État sait que le sujet de la procréation médicalement assistée (PMA) étendue à toutes les femmes divise. Sidéré par le climat exécrable ayant entouré le débat sur le mariage pour tous, il s'est promis de ne pas réitérer les erreurs commises par son prédécesseur. Les États généraux ont permis à nombre d'associations et de scientifiques de faire valoir leurs arguments de prudence quant à cette extension, à laquelle le Comité national d'éthique se montre favorable.
La discorde traverse aussi la droite et la gauche. "Progressistes" et "réactionnaires", ces mots commodes de la logomachie politique n'opèrent plus pour qualifier toutes les opinions dissonantes exprimées à l'intérieur même des camps.
 
La PMA pour toutes serait-elle inéluctable ? Voire ! Ici on avoue son embarras, ses réserves ou son opposition à la conception d'enfant sans père, qui constitue une vertigineuse rupture anthropologique. Là on met en garde contre la transformation de ce qui était un recours médical à l'infertilité en un "service à la fécondation", doublé à courte échéance de la naissance d'un marché international des gamètes, avec ses dérives.
Ces points méritent au moins réflexion.
 
Il y a autre chose. "La PMA est une promesse de campagne", disent ses promoteurs. C'est vrai, au milieu de dizaines d'autres. En janvier 2018, un sondage Kantar Sofres-OnePoint révélait les priorités des Français parmi les réformes promises par Macron : la PMA figurait en 22ème position (sur 24), loin derrière la lutte contre le terrorisme, la lutte contre l'immigration clandestine, l'aide à l'emploi pour les jeunes, la baisse des impôts.
Autant de dossiers qui sont aussi des promesses de campagne du candidat Macron. Ils concernent la vie quotidienne de tous, notamment des plus pauvres, des plus exposés, qui attendent des mesures et des résultats.

Paru dans Le Figaro, éditorial, 29 octobre 2018

Trissotin et Trissotine

Publié dans A tout un chacun
Trissotin et Trissotine
 
"Byzance tomba aux mains des Turcs en discutant du sexe des anges."
Cette phrase de Jean-François Revel aurait dû clore le débat sur l'écriture inclusive. En effet, en France, l'apprentissage de la lecture, l'acquisition de l'orthographe et de la grammaire sont en crise, notamment dans les milieux les plus défavorisés, et pendant ce temps, de beaux esprits, certainement passés par les meilleures écoles de la République, s'offrent la coquetterie de promouvoir une nouvelle écriture. Bien sûr, au nom de la lutte contre "les stéréotypes", et pour l'égalité.
Le premier ministre, le ministre de l'Éducation nationale se sont certes prononcés contre cette pratique, décrétant qu'elle serait bannie des textes officiels, mais rien n'y a fait. L'inclusif prospère dans les ministères et les institutions publiques.
Traditionnellement, c'est l'usage qui polit la langue, et la fait évoluer, pas l'intervention de Trissotin et Trissotine, armés d'entonnoirs pour faire ingurgiter de force au bas peuple un indigeste brouet de mots et de morse.
Au passage, Revel le notait aussi, ces militants distingués confondent tout, notamment le genre grammatical et le sexe : un homme peut fort bien être une canaille et une femme un génie, sans rien perdre de ce qui fait leur éminente dignité. D'ailleurs, qui a décrété que le "e" final féminisait forcément un mot : que fait-on alors de la clé, de l'amitié, et à l'inverse du lycée? C'est ainsi : la langue française est pleine d'exceptions, de chausse-trapes. Il suffit de les expliquer, et surtout d'apprendre aux élèves le recours fréquent au dictionnaire.
Cette histoire serait risible si l'épidémie de points médians, et la cacophonie qu'elle entraîne, ne risquait pas de créer, selon les mots de l'Académie, "une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l'illisibilité".
À l'heure où le délitement du tissu national demanderait plutôt qu'on offre aux Français un langage commun, qu'on le nomme celui de Molière, de Senghor ou de Yourcenar, l'entreprise inclusive ressemble bien à une navrante expérience d'apprenti sorcier.

Editorial paru dans Le Figaro, 7 septembre 2018

Devoir d'humanité

Publié dans A tout un chacun
Devoir d'humanité
 
En se rendant au Vatican pour recevoir son titre de chanoine de Latran, Emmanuel Macron prend une nouvelle fois acte de la très vieille histoire qui unit la France à l'Église catholique.
Mais s'il ne s'agissait que d'une vieille coutume voulant que le président de la sixième puissance mondiale vienne accepter un honneur désuet des mains de chanoines dans une basilique de Rome, ce voyage n'aurait guère de sens. Gageons que, deux mois après le discours des Bernardins, il est un nouvel épisode des efforts du chef de l'État pour renouer le lien "abîmé" entre l'Église et sa fille prodigue, quoique aînée.
Ce mardi matin, François et Emmanuel Macron vont se parler. Migrants, crise de la conscience européenne, l'actualité donne à la rencontre une acuité exceptionnelle : peut-être que pendant l'échange des oreilles tinteront dans l'Urbs, sinon dans l'Orbs : le Vatican n'est pas si loin du Viminal, le siège du ministère de l'Intérieur italien occupé par Matteo Salvini.
Auprès de l'Église "experte en humanité" (Paul VI), Macron tentera de justifier sa politique, faite d'un réalisme qui ne voudrait jamais manquer à la solidarité. Les récentes déclarations du Pape rappelant que les gouvernements ont le droit de faire preuve de "prudence" quant à leur capacité à "accueillir, accompagner, organiser, intégrer" contribueront à les rapprocher.
Mais que serait cette humanité - le président français lui préférera le terme d'humanisme - sur laquelle s'est construite l'Europe, cette philosophie qui court de saint Martin et saint François et se prolonge jusqu'à Schuman et De Gasperi, si soudain l'Europe consentait à ce que le mot fût pris dans une acception restrictive ? Car que dire d'un monde soucieux de s'acquitter de son devoir d'humanité envers quelques sujets essentiels, les migrants en sont un, et qui en négligerait d'autres : miséreux des rues, enfants à naître de PMA pour toutes ou de GPA (les privant de père ou de mère), malades en fin de vie menacés d'euthanasie ? Bernanos avait résumé la situation d'un mot terrible : une société au cœur dur et à la tripe sensible.

Paru dans Le Figaro, éditorial, 26 juin 2018

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version