Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

RIOUFOL Ivan

RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

URL du site internet:

L'indécente victimisation ...

Publié dans En France
L'indécente victimisation de l'islam radical
 
La France saura-t-elle éviter la guerre civile ? L’islam politique, que le pouvoir dit vouloir combattre dans ses implantations françaises, surjoue sa victimisation pour justifier ses ripostes. Les islamistes sonnent la mobilisation, appuyés par leurs "collabos" humanitaristes. Tous accusent la France de semer la haine. Ils assurent que les musulmans sont "persécutés", "criminalisés" par la République. Ces mots ont été répétés, samedi à Paris, place de la République, à l’occasion d’un "rassemblement fraternel" organisé par un collectif de mères de famille des Yvelines.
La manifestation, qui a compté quelques centaines de personnes, entendait réagir à l’affaire de "la maman voilée" du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui a fait polémique. Parce que le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a déclaré : "Le voile n’est pas souhaitable dans notre société", il est devenu la bête noire des militants de l’islam. "Si j’étais lui, j’éviterais de mettre les pieds dans le 93 (la Seine-Saint-Denis, NDLR)", a prévenu mardi l’humoriste Yassine Belattar, proche d’Emmanuel Macron…
 
Le mécanisme de l’intimidation est enclenché. Des appels ont été lancés auprès des musulmans pour manifester ce dimanche dans des grandes villes. La lutte contre l’"islamophobie" signe l’engagement radical : ce mot est l’étendard des séparatistes et des djihadistes. Pour eux, toute critique de l’islam relève du blasphème et du châtiment. Cette réactivité est à comparer avec l’indifférence face aux appels à se désolidariser des crimes commis au nom d’Allah.
L’idéologie salafiste a tué en France 263 personnes depuis 2012, sans revanche mimétique en retour. Quand, après les tueries islamistes de Montauban et de Toulouse en 2012, l’imam républicain Hassen Chalghoumi avait invité les musulmans à dénoncer ces attentats, moins de cent personnes avaient répondu, place de la Bastille à Paris. Le 10 octobre, seule une dizaine d’imams et moins de 50 personnes se sont retrouvées avec lui, place Saint-Michel, pour condamner les assassinats des policiers de la préfecture de Paris.
 
L’opinion a été invitée, par la propagande djihadiste relayée par des médias attendris, à s’apitoyer sur l’enfant blotti dans les bras de sa mère, Fatima E., après la remarque d’un élu RN sur son accoutrement, le 11 octobre. Mais les petits orphelins des quatre policiers assassinés par un islamiste, le 3 octobre, n’intéressent personne. L’indécence des islamistes est à son comble quand ils se présentent comme les Juifs des années trente. Ce sont ces promoteurs de l’islam judéophobe qui organisent l’épuration ethnique dans leurs quartiers. Observer une telle débauche d’insanités au seul prétexte qu’une femme en hidjab s’est dite "agressée" par une réflexion donne une idée de l’envie d’en découdre chez ceux qui veulent faire plier la République à leurs lois. Lors du dernier rassemblement parisien, une femme voilée brandissait ce panneau, aux pieds de la statue de Marianne : "Française musulmane et voilée, si je vous dérange je vous invite a quitté (sic) mon pays." Qu’attend l’État pour dire à ces indésirables d’aller vivre leur charia ailleurs ?
 
L’atmosphère n’a jamais été aussi tendue. Le pouvoir ne peut reculer d’un pouce. Il doit mettre au pas le radicalisme coranique, soutenu par une gauche fascinée par ce nouveau totalitarisme. Les bouffeurs de curés sont devenus des adulateurs d’imams. 'On doit faire bloc contre le communautarisme et le radicalisme"
, a redit le chef de l’État, mardi. Il est bien temps de s’inquiéter des listes communautaires qui se présenteront aux municipales, en instillant une politique musulmane.
Le programme de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) veut, selon Libération qui le présente aimablement, développer la finance islamique, le marché halal, l’enseignement de l’arabe à l’école, la lutte contre l’"islamophobie", le soutien de Gaza. Mais qui a contribué à consolider le communautarisme sinon Macron ? C’est lui qui, à la veille du scrutin présidentiel, à Marseille, avait parlé des Français en ces termes : "Je vois des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, des Algériens, des Marocains (…)."  Etc. La guerre qui vient est celle du multiculturalisme.

Paru dans Le Figaro, 25 octobre 2019

La violence ...

Publié dans En France
La violence s'en prend aussi à la littérature
 
L’atmosphère est puante. A mesure que l’Etat jacasseur se délite sous ses mots creux, se consolide une violence de plus en plus banalisée. Elle n’est plus seulement cantonnée aux cités insurrectionnelles. Mais cette autre brutalité ne rencontre pareillement aucun obstacle. Le soudaine prise en otages des usagers de la SNCF par les syndicats de cheminots, le jour des départs en vacances de la Toussaint, en est une illustration. Arguant d’un droit de retrait contestable, suite à une collision qui s’est produite mercredi soir entre un train et un convoi exceptionnel bloqué sur un passage à niveau, les grévistes ont pris tout le monde par surprise. Jamais un tel comportement de flibustier n’avait été jusqu’alors observé à ce point chez les agents de la SNCF. "C’est la première fois que je viens sur un plateau dire qu’un droit de retrait est manifestement illégitime", a expliqué Guillaume PEPY, le patron de l’entreprise publique. En l’espèce, rien ne justifiait en effet de l’application d’un arrêt de travail sans prévis. Une telle procédure implique l’urgence d’un danger immédiat pour la sécurité du personnel ou des usagers. Seule la faiblesse des pouvoirs publics explique que les syndicats, et singulièrement la CGT, ont choisi l’épreuve de force, sans égard pour les gens pris au piège. La déliquescence de l’autorité donne des ailes à ceux qui veulent faire la loi.
Le plus inquiétant est de constater que la littérature elle-même est atteinte par le sectarisme des nouveaux justiciers, adeptes de l’épuration. Dans Causeur, l’écrivain et éditeur Roland JACCARD révèle que Gabriel MATZNEFF, à qui il était rendu hommage lors d’une soirée organisée jeudi dans un café du Quartier Latin, a été violemment pris à partie par des militants d’extrême droite lui reprochant ses écrits licencieux sur les jeunes filles. MATZNEFF a eu à subir également, ce même jour, les foudres de militants d’extrême gauche. Quelques jours plus tôt, Renaud CAMUS avait été agressé par des antifas dans le Jardin du Luxembourg. Dans ce même périmètre, La Nouvelle Librairie, située rue de Médicis, est régulièrement la cible des nouveaux fachos qui ne supportent pas son positionnement à droite. L’établissement avait été pris d’assaut en février, lors d'un épisode des Gilets jaunes, par ces mêmes antifas. Ils ont renouvelé leur opération commando le 4 octobre, en pulvérisant la vitrine de la libraire parce qu’elle allait accueillir Jean-Marie lE PEN pour la signature (maintenue) de son dernier livre. A aucun moment ces violences faites à des écrivains et à des livres, au cœur du Paris littéraire, n’ont été dénoncées par les habituels nez délicats : ne sentent-ils rien du "nauséabond" qui les gagne ?

Paru sur blog.lefigaro.fr/rioufol, 21 octobre 2019

La République des grands mots

Publié dans Du côté des élites
Débâcle de la République des grands mots
 
CHRONIQUE - Tandis que le tapis rouge est déroulé par les Européens sous les talons d’Erdogan, les autorités françaises multiplient les bassesses pour acheter la paix intérieure.
 
Ils disaient : "La Turquie a toute sa place en Europe !" Ces Français se présentaient comme ouverts et progressistes, voyant juste et loin. À ceux qui leur conseillaient de regarder de plus près le nouveau sultan, Recep Tayyip Erdogan, ils lançaient leurs mots empoisonnés : islamophobes, xénophobes, racistes, nauséabonds, etc. Pour ces beaux esprits, le Frère musulman Erdogan n’était qu’un "islamiste modéré", semblable à nos "démocrates-chrétiens". Il reste à faire l’inventaire des âneries débitées par les partisans de l’entrée de la Turquie en Europe. Et pour cause : l’homme s’est révélé, comme prévu, en islamiste conquérant et maître chanteur. En envahissant, le 8 octobre, le nord-est de la Syrie pour y chasser les Kurdes, Erdogan a choisi de combattre des vainqueurs de l’État islamique, donc de faire le jeu de Daech. Pour sa part, Donald Trump a opté pour une stratégie hasardeuse en retirant ses troupes de cet imbroglio oriental et en laissant les Kurdes à découvert.

Cet aveuglement sur l’islamisme en marche est une illustration de plus de la bienveillance de l’Occident face aux envahisseurs. Depuis la crise pétrolière de 1973, l’Union européenne ne cesse de s’ouvrir aux concessions migratoires et culturelles exigées par les 57 États musulmans de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). Le "dialogue euro-arabe" est devenu le prétexte pour imposer à l’Europe sans pétrole le point de vue islamique. Cet état d’infériorité lui vaut d’être déconsidérée par Erdogan. C’est lui qui intime aux Turcs de France de ne pas s’assimiler, en leur expliquant : "L’assimilation est un crime contre l’humanité."  Jamais aucun responsable n’est venu lui rétorquer que l’assimilation est constitutive de l’identité française. Article 21-24 du code civil : "Nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie pas de son assimilation." Il est vrai que l’esprit de cet article a été oublié…
 
Dans la débandade face à la Turquie, la France n’est pas plus glorieuse que les Américains : ses forces militaires ont pareillement quitté les zones syriennes à risques, en renonçant à soutenir les Kurdes et les admirables femmes combattantes. Cette fuite résume le rapport de forces qui s’est instauré, cul par-dessus tête, entre la République des grands mots et l’islam importé. Voici une "religion" encore minoritaire en France (environ 10 % de la population) qui ne cesse de bousculer l’État. Elle fracture la nation par ses exigences de visibilité. Derrière les envolées sur le pouvoir inflexible se dissimule la couardise des apôtres de la diversité. Tandis que le tapis rouge est déroulé par les Européens sous les talons d’Erdogan, qui menace de lâcher vers l’ouest plus de trois millions de réfugiés, les autorités françaises multiplient les bassesses pour acheter la paix intérieure. Le combat contre "l’hydre islamiste", annoncé par Emmanuel Macron, est mal parti.
 
L’État affaibli redoute l’épreuve de force avec l’islam politique, même quand il met les pieds sur la table. Le gouvernement reste enclin à reculer à la moindre émotion. L’exemple en a été donné vendredi à Dijon, lors d’une assemblée du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Parce qu’une mère accompagnatrice d’une classe de CM2 portait un hidjab noir dans le public, un élu RN, Julien Odoul, a demandé à la présidente de faire enlever ce voile islamique : une réflexion rendue inaudible à cause d’une autre séquence montrant cette fois la mère consolant son fils venu se blottir dans ses bras. Du coup, c’est sur l’élu RN que se sont abattus les reproches des prêchi-prêcheurs. Mais à quoi rime l’appel présidentiel à une "société de vigilance" s’il reste périlleux d’alerter sur l’uniforme islamique ? À quoi rime l’invitation du ministre de l’Intérieur à identifier les signes de radicalisation si cette démarche doit, en même temps, s’interdire de "stigmatiser" ?

Paru dans Le Figaro, 18 octobre 2019

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version