Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

RIOUFOL Ivan

RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

URL du site internet:

La République des grands mots

Publié dans Du côté des élites
Débâcle de la République des grands mots
 
CHRONIQUE - Tandis que le tapis rouge est déroulé par les Européens sous les talons d’Erdogan, les autorités françaises multiplient les bassesses pour acheter la paix intérieure.
 
Ils disaient : "La Turquie a toute sa place en Europe !" Ces Français se présentaient comme ouverts et progressistes, voyant juste et loin. À ceux qui leur conseillaient de regarder de plus près le nouveau sultan, Recep Tayyip Erdogan, ils lançaient leurs mots empoisonnés : islamophobes, xénophobes, racistes, nauséabonds, etc. Pour ces beaux esprits, le Frère musulman Erdogan n’était qu’un "islamiste modéré", semblable à nos "démocrates-chrétiens". Il reste à faire l’inventaire des âneries débitées par les partisans de l’entrée de la Turquie en Europe. Et pour cause : l’homme s’est révélé, comme prévu, en islamiste conquérant et maître chanteur. En envahissant, le 8 octobre, le nord-est de la Syrie pour y chasser les Kurdes, Erdogan a choisi de combattre des vainqueurs de l’État islamique, donc de faire le jeu de Daech. Pour sa part, Donald Trump a opté pour une stratégie hasardeuse en retirant ses troupes de cet imbroglio oriental et en laissant les Kurdes à découvert.

Cet aveuglement sur l’islamisme en marche est une illustration de plus de la bienveillance de l’Occident face aux envahisseurs. Depuis la crise pétrolière de 1973, l’Union européenne ne cesse de s’ouvrir aux concessions migratoires et culturelles exigées par les 57 États musulmans de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). Le "dialogue euro-arabe" est devenu le prétexte pour imposer à l’Europe sans pétrole le point de vue islamique. Cet état d’infériorité lui vaut d’être déconsidérée par Erdogan. C’est lui qui intime aux Turcs de France de ne pas s’assimiler, en leur expliquant : "L’assimilation est un crime contre l’humanité."  Jamais aucun responsable n’est venu lui rétorquer que l’assimilation est constitutive de l’identité française. Article 21-24 du code civil : "Nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie pas de son assimilation." Il est vrai que l’esprit de cet article a été oublié…
 
Dans la débandade face à la Turquie, la France n’est pas plus glorieuse que les Américains : ses forces militaires ont pareillement quitté les zones syriennes à risques, en renonçant à soutenir les Kurdes et les admirables femmes combattantes. Cette fuite résume le rapport de forces qui s’est instauré, cul par-dessus tête, entre la République des grands mots et l’islam importé. Voici une "religion" encore minoritaire en France (environ 10 % de la population) qui ne cesse de bousculer l’État. Elle fracture la nation par ses exigences de visibilité. Derrière les envolées sur le pouvoir inflexible se dissimule la couardise des apôtres de la diversité. Tandis que le tapis rouge est déroulé par les Européens sous les talons d’Erdogan, qui menace de lâcher vers l’ouest plus de trois millions de réfugiés, les autorités françaises multiplient les bassesses pour acheter la paix intérieure. Le combat contre "l’hydre islamiste", annoncé par Emmanuel Macron, est mal parti.
 
L’État affaibli redoute l’épreuve de force avec l’islam politique, même quand il met les pieds sur la table. Le gouvernement reste enclin à reculer à la moindre émotion. L’exemple en a été donné vendredi à Dijon, lors d’une assemblée du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Parce qu’une mère accompagnatrice d’une classe de CM2 portait un hidjab noir dans le public, un élu RN, Julien Odoul, a demandé à la présidente de faire enlever ce voile islamique : une réflexion rendue inaudible à cause d’une autre séquence montrant cette fois la mère consolant son fils venu se blottir dans ses bras. Du coup, c’est sur l’élu RN que se sont abattus les reproches des prêchi-prêcheurs. Mais à quoi rime l’appel présidentiel à une "société de vigilance" s’il reste périlleux d’alerter sur l’uniforme islamique ? À quoi rime l’invitation du ministre de l’Intérieur à identifier les signes de radicalisation si cette démarche doit, en même temps, s’interdire de "stigmatiser" ?

Paru dans Le Figaro, 18 octobre 2019

PMA et écologisme, ...

Publié dans Du côté des élites
PMA et écologisme, pour oublier le peuple
 
CHRONIQUE - L’entêtement de l’État à promouvoir à la fois des intérêts communautaristes et une idéologie postnationale l’éloigne toujours plus des gens d’en bas
 
Ils disent : respectons la nature et ses limites ! Les macroniens ne jurent plus que par l’écologisme, ce mondialisme qu’ils croient plus présentable. Mais les mêmes s’enflamment pour défendre la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes seules. Transgresser la nature serait donc interdit… mais autorisé. La contradiction montre la fragilité de la conversion d’Emmanuel Macron à l’idéologie verte, cet universalisme de substitution. Les plus cohérents des écolos sont ceux qui, comme José Bové, refusent toute manipulation du vivant, qu’il soit végétal, animal ou humain. Le projet de PMA pour toutes, examiné par les députés depuis mardi, viendra bouleverser la condition humaine. Celle-ci sera dégagée du fait qu’un enfant était jusqu’alors, sauf pour les couples hétérosexuels infertiles, le fruit d’une rencontre charnelle entre une femme et un homme. Désormais, la technique autorise l’homme-dieu à devenir son propre créateur. Dès lors, tout est envisageable. L’homme transgenre pourra même être mère. Bienvenue chez les apprentis sorciers.
Les minorités homosexuelles militantes, qui attendrissent les progressistes, sont en train de bouleverser la procréation au nom de l’égalitarisme et de leur bon plaisir. Elles arguent de leur douleur à ne pouvoir enfanter. Du coup, les lobbies en sont à justifier l’homme enceint. Ainsi, dans Libération, Cléo Carastro, historienne et anthropologue, a pu écrire mardi, dans la logique d’une PMA ouverte aux femmes devenues hommes (les "trans") : " (…) C’est pour tou-te-s qu’il faut penser (la PMA pour toutes), pour les hommes et les femmes souhaitant engendrer (…) Deux hommes peuvent engendrer en mobilisant leurs seules forces procréatrices, et deux femmes le peuvent également (…)." Ces déconstructeurs ont perdu toute décence. Ils sont devenus mabouls. S’ébauche Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley : un univers totalitaire où les bébés fonctionnels sortent de laboratoires.
 
Rien n’est plus dangereux que les courbettes du pouvoir devant ces groupuscules despotiques et capricieux, qu’il prend pour l’air du temps. Il est vrai que l’opinion semble s’être laissée convaincre par cette PMA sans père. D’autres pays l’appliquent. Mais cette technique n’est pas un droit anodin offert aux lesbiennes. Lundi, l’Académie de médecine a alerté sur "une rupture anthropologique majeure". Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a trouvé ces réserves "datées". Qu’on en juge : l’académie, qui invoque pour l’enfant le droit à "avoir un père et une mère dans la mesure du possible", met en garde contre "une rupture volontaire d’égalité entre les enfants". Elle estime que cette rupture "n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement". Elle rappelle que "la figure du père" reste "fondamentale pour la personnalité de l’enfant". Elle juge que la médecine, dont la mission est de soigner, n’a rien à faire dans ce commerce qui se profile. Mais que peut la raison contre ceux qui la rejettent ?
 
Le mensonge en vient à être légitimé par l’État. Son soutien aux filiations techniquement bricolées et juridiquement fictives l’oblige à détourner des mots et à bidouiller des situations familiales. Nicole Belloubet, garde des Sceaux, a déjà annoncé que l’acte de naissance d’un enfant né par PMA mentionnerait les termes de "mère" et de "mère" pour désigner le couple ayant enfanté. Exit la trace du père, ou même de l’adoptant. Comme l’a expliqué le député LREM Jean-Louis Touraine : "Aujourd’hui, la mère n’est plus la femme qui accouche, mais celle qui décide d’être mère." Ce règne du : "Moi je" est l’autre ressort qui permettra demain aux couples de gays d’exiger la gestation pour autrui (GPA) et ses ventres de femmes à louer pour neuf mois. Nombreux sont les "humanistes" qui trouvent furieusement moderne ce monde infernal. Pour y résister, la Manif pour tous appelle à manifester le 6 octobre.

Paru dans Le Figaro, 28 septembre 2019

Retraites : les fourmis ...

Publié dans En France
Retraites : les fourmis se révoltent
 
Les fourmis ne veulent pas payer pour les cigales. Ce lundi, les premières seront dans les rues de Paris pour protester contre la réforme des retraites : elle prévoit de leur faire les poches pour financer les secondes. Avocats, médecins, pilote, hôtesses, etc., n’entendent pas être essorés au nom de l’instauration d’un "système universel" qui viendrait colmater les déficits des régimes spéciaux et les incapacités de l’Etat à gérer des retraites équilibrées. Dans cette rébellion, menée par le collectif SOS Retraites, les 70.000 avocats sont plus particulièrement mobilisés. Alors que leur régime autonome – qui n’est pas un régime spécial – ne coûte pas un sous au contribuable, le pouvoir envisage de faire main basse sur ses deux milliards d’euros de réserves, gérées par la caisse nationale des barreaux. Dans cette perspective, les cotisations des avocats passeraient aussi de 14 à 28%, pour des redistributions moindres. Pour sa part, vendredi dernier, la RATP a paralysé les transports parisiens pour défendre, elle, son régime spécial de retraite. Mais lui est financé à hauteur de 60% par l’argent public – donc par tous les autres citoyens. Ce régime permet un départ à la retraite à 57 ans, et même à 52 ans pour les roulants et les travailleurs en souterrain. La pension brute moyenne est de 3 705 euros mensuels, contre 2 206 euros pour un fonctionnaire d’Etat (chiffres de la Cour des Comptes). La cigale, qui vient se plaindre, est indéfendable.
L’injustice est l’aiguillon des révoltes populaires. L’insurrection des Gilets jaunes a été motivée par le sentiment d’iniquité partagé par une classe moyenne appelée à payer toujours davantage de taxes et d’impôts sans en percevoir les retours. La France périphérique est venue rappeler qu’elle valait autant d’attention que la France des cités, arrosée par les milliards de la "politique de la ville". La solidarité nationale, principe sur lequel s’est construit l’Etat-providence dans la France homogène de l’après-guerre, est appelée à être de plus en plus contestée, dans une société qui ne cesse de se morceler. Dans un entretien au Figaro, vendredi, l’essayiste Denis Olivennes remarque : "Notre Etat-providence a engendré une égalité injuste". Plus gravement, le système redistributif en vient à avaliser des spoliations, en pénalisant les plus prévoyants au profit de ceux qui ont pris goût à vivre, comme à la RATP, au dépens de la collectivité. Or cette politique, qui est celle que veut suivre le gouvernement sur les retraites, ne peut être comprise dans sa brutalité. La France éclatée vit sur un volcan. Plutôt que de chercher à casser ce qui fonctionne et ne coûte rien à la collectivité, en s’en prenant aux régimes autonomes, le gouvernement ferait mieux d’inciter les cigales à imiter les fourmis.

Paru sur blog.lefigaro.fr/rioufol, 16 septembre 2019

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version