Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

THIBAUT Francoise

THIBAUT Francoise

Née à Paris

 
Essayiste, historienne
  

Professeur des Universités 
     (Paris II et XI, Besançon, Poitiers, Montréal, Varsovie, Beyrouth, NUS Singapour, Adélaïde, South Australia) (continument depuis 1990 pour des missions)
     (Droit international, procédures européennes et internationales, droit public français, science et sociologie politiques …
Professeur
     à l’Ecole Militaire Spéciale de Saint Cyr-Coëtquidan (1993-1997)
     à L’Ecole Supérieure de la Gendarmerie nationale (Melun) (pendant 14 ans)
 
Membre correspondant de l’Institut de France (Académie des Sciences Morales et Politiques)
Membre de l’Association française de droit constitutionnel(AFDC)
Ex Chargée de mission auprès  du Secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur
 
Chroniqueuse pour Canal Académie : plus de 100 émissions 
     Principalement consacrées à
     La Zone Pacifique, Asie du Sud Est, Japon, Singapour, Australie et Nouvelle Zélande
     L'histoire des découvertes, navigateurs et naturalistes (devenus académiciens)
     L'économie et socio-politique contemporaines
     Le 1er Empire français (avec Jean Tulard)
 
Ouvrages
Le virtuel et l’archaïque (1990)
Voies de passage et communications internationales (Ellipse) (1991)
Le cinéma de Louis Malle, une permanente transgression (Presses Univ. d’Aix–M.) (1994)
Métier militaire et enrôlement citoyen (PUF) (1998)
Le Japonais chante tous les matins (Publibook) (2005)
La Finlande, politique intérieure et neutralité active (LGDJ) (épuisé- non réédité)
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur
Chevalier des Palmes académiques

URL du site internet:

De la Chine... (2)

Publié dans De par le monde
De la chine (2)                                                              
[suite de l'article "De la Chine" (1) publié le 14 août 2018]

Le constant sourire de l'aimable président Xi JinPing pâlit un peu – très peu - en dépit de l'ouverture en grande pompe et trompettes de la gigantesque Foire Internationale de Shanghaï, qui réunit plus de 2 700 entreprises étrangères. La conjoncture planétaire n'est pas très engageante, et les beaux Plans à 50 années, assortis des pharaoniques projets de l'OBOR marquent le pas. Le jeu dévastateur du "je te taxe- tu me taxes- taxons nous tous ensemble" enclenché par la stratégie nord-américaine déstabilise les marchés, exclue nombre de partenaires d'un marché libéralisé, et condamne intervenants directs ou institutionnels à la prudence, cela sans perspective de long terme. Or une économie planétaire globalisée ne peut être solide si elle ne sait pas où elle va et n'a pas de réelle ambition de moyen ou long terme : "L'usine du monde" a donc quelques soucis, même si elle reste largement bénéficiaire.
Par ailleurs, les rouages internes de la République Chinoise, sont en difficulté en raison d'une société laborieuse mieux informée, malgré les censures médiatiques, du décalage croissant entre la nouvelle classe moyenne des grandes villes et la persistante pauvreté des régions agricoles traditionnelles ; enfin, le fossé entre le discours officiel et la réalité vécue reste prégnant : "les beaux discours ne consolent pas le peuple, ils l'abrutissent et le fâchent" (Proud'hon).
 
Dans ce contexte un peu gris – mais sans doute passager – il est possible de revoir quelques aspects de la stratégie Xi JinPing à la lueur de la tradition et du nouveau monde en train de s'ouvrir, en dépit de l'apparent chaos :
 
* La politique dispense un bon éclairage : les Chinois ont toujours souri des obsessions démocratiques des Occidentaux, de leurs manies électoralistes et de la constante remise en cause de leurs résultats. La disjonction expliquée dans les Livres Blancs entre un pouvoir fort et continu, lequel se conduit en "père de famille" et l'indispensable ouverture libérale de l'économie est confirmée : l'annonce, le 4 novembre, d'une ouverture plus large de la Chine aux importations de tous pays (hors les USA), et la perspective d'un ré-équilibrage, notamment avec les partenaires européens, serait pour ces derniers un véritable ballon d'oxygène, et pourrait commander un regard plus attentif vers le Grand Est.
Mais ce qui agace les Chinois, et leur souriant président, est la discontinuité des responsables occidentaux, l'obligation de s'adapter en permanence aux nouvelles têtes, à des politiques errantes et parfois contradictoires. Le désordre européen est un obstacle où les répétitifs scrutins envahissent le paysage. Xi JinPing et son puissant Parti aussi monolithique qu'unique, ont résolu, comme leurs prédécesseurs, impériaux ou communistes, la question de la continuité du pouvoir politique, en choisissant pratiquement le contrat à vie : Monsieur Xi durera aussi longtemps que Mao, que la Reine d'Angleterre ou l'Empereur du Japon (encore que ?) puisqu'il est bienfaisant, assurant ainsi la stabilité de la nation, indispensable à tout épanouissement économique.
 
A cet égard, le message des Livres Blancs de 2017-18 est clair, d'une grande lucidité sur la nécessité d'écarter les erreurs de l'instabilité et des "jeux de Cour". Seul un pouvoir central, non oppressif mais constant et ferme dans sa continuité, pourra développer l'économie, assurer à l'immense Chine la certitude du progrès. C'est (comme il a été déjà écrit) la version chinoise du système "control and confort " pratiqué avec succès à Singapour ou en Corée du Sud, dans lequel en exigeant de la population dans son ensemble un comportement raisonnable et "conforme", l'Etat bienveillant et paternel assure le bien-être social et un "vivre ensemble" à peu près satisfaisant. Le côté "Chine éternelle" ressurgit aussi, appuyé sur quelques principes confucéens des plus rassurants. Encore faut-il que le contrat soit rempli par le pouvoir ; or dans un contexte international aussi remuant et incertain, ce n'est pas chose facile.
 
Au surplus, on ne saurait négliger deux écueils incontournables :
D'une part, le plus grand ennemi de l'avenir de la Chine, est sa corruption endémique. Et à tous les niveaux, des plus hautes sphères au village le plus pouilleux du système. Que penser des nombreux potentats régionaux, vivant et prospérant à des milliers de li de Beijing dans la parfaite impunité que confèrent la distance de l'autorité centrale et la "camaraderie" au sein de la cellule locale du Parti ? Certes, il y a bien quelques limogeages emblématiques au plus haut niveau, comme celui de Wu Xiaohui (patron du tentaculaire groupe d'assurances Anbang) ou bien les doutes sur la fortune de Guo Guangchang (patron du groupe Fosun, racheteur en France du Club Med), mais cela reste parcellaire et sans réel effet tant l'argent est dilué dans toutes sortes de combinaisons nationales et internationales. D'ailleurs ces interventions gouvernementales dévoilent le second écueil du système : la manie "d'effacer" brutalement les gêneurs, ou ceux considérés comme "déviants" ; les prétextes sont multiples : dérives financières, mauvaises fréquentations, propos imprudents, risques d'ambitions inacceptables, la liste est longue… C'est ce qui est arrivé à Meng Hongwei, le directeur de l'Interpol (basé à Lyon) carrément "kidnappé" et disparu, au grand étonnement des Occidentaux. Ce n'est pas nouveau : tous les empereurs de toutes les dynasties ont toujours fait disparaître derrière un mur de silence ceux dont ils ne voulaient plus voir la face, et qu'ils considéraient comme dangereux ; les différents chefs révolutionnaires puis communistes ont fait de même. Ce qui conduit au plus grand danger pour un gouvernant : l'isolement, la surdité et le repli du pouvoir dans une spirale soit d'inertie soit de violence... laquelle finit toujours par générer une opposition. Cette violence soudain dévoilée à l'international laisse perplexe sur bien d'inavouables aspects du paradis asiatique.
 
* Le second risque du Contrat à 50 années est la difficulté à créer une cohésion sociale dynamique et durable : l'opposition entre villes et campagnes reste vive, même si d'appréciables progrès ont été accomplis pour certaines régions. Parfois le décalage s'amplifie au gré de grands chantiers innovants dont l'apport aux plus déshérités est fort douteux, détruisant de manière autoritaire l'environnement rural, les habitats, les emplois anciens. La condition des femmes en milieu rural reste très difficile, de même qu'en ville "le peuple des rats", ces ouvriers (et surtout ouvrières) sous-payés, logés en dortoirs ou entassés dans des sous-sols, reste une réalité. (1)
Autre souci, lequel a la particularité de juxtaposer une erreur tenace et une incontournable vérité : le mélange de la stratégie de l'enfant unique, qui fut en son temps une idée (et une contrainte) raisonnable afin de contourner une démographie galopante et le retour des famines, est assortie du vieillissement de la population dû, comme partout, aux progrès des soins médicaux et de l'alimentation ; sous peu, la République Populaire de Chine va se retrouver avec un déficit aggravé d'adultes – notamment de femmes capables à la fois de travailler et de procréer – et un poids considérable de personnes âgées.  Dans les villes, notamment, les jeunes femmes désormais "instruites", veulent "une carrière" et pas d'enfants. Par ailleurs, la stratégie de l'enfant unique est tellement ancrée dans les mœurs que la famille "élargie" tend à disparaître. L'abandon de la vie rurale par les jeunes générations produit également les effets pervers de la dislocation socio-familiale.
 
On ne réforme pas une société en quelques lustres...Surtout dans l 'espace chinois où territoires immenses et populations sont tellement divers. La mosaïque des groupes sociaux est infinie, tant par leurs mœurs que leurs croyances. Ne jamais oublier que certains groupes se détestent les uns les autres, et seraient facilement prêts à en découdre. Les Empires du Nord n'ont jamais oublié leur puissance perdue. L'évolution ne peut être que lente... même si Monsieur Xi aimerait plus de rapidité, mais on ne peut rien contre la mémoire et le temps. D'autant que la Chine est "lente" : son temps de réactivité est long, dû justement à la diversité et à l'immensité ; ce peut être aussi un atout. En Chinela vie est une longue patience. Monsieur Xi en est conscient, obtenant de ses pairs le plus long contrat possible, sa propre vie... afin de contrecarrer l'inexorable succession des Lunes.
Depuis le 11 mars 2018, celui que l'on surnomme désormais l'Empereur rouge a obtenu – à 65 ans et à la quasi-unanimité -  des représentants du peuple (2 contre, 3 abstentions sur 2 960 votes ) de conserver le pouvoir aussi longtemps qu'il lui plaira ; il est aussi Secrétaire général du Parti et chef des armées. Nous sommes donc dans un schéma connu, lequel mène parfois à la paranoïa et au rejet de toute dissidence si ténue soit-elle. Il apparaît en outre vis à vis de l'opinion comme un chevalier blanc exempt de tout soupçon, ne voulant que "le bien du peuple et d'une Chine qui a enfin sa place dans le contexte international". Pour l'instant, tout en inspirant une certaine crainte, le président Xi est fort populaire.
 
* Le grand absent du paysage idyllique proposé par le président Xi est l'environnement. Que la planète soit en train de mourir sous le poids d'une modernité saccageuse n'est pas son problème. Mais vu la place de la Chine dans le concert des nations polluantes, une réflexion honnête sur le côté dangereux de cette croissance à n'importe quel prix rendrait le message plus pertinent.
Le monde entier connaît la pollution aérienne des mégapoles chinoise, les ravages de l'énergie produite avec le charbon, le détournement des cours d'eau, la construction de barrages géants au détriment des habitants des vallées, des cultures et des forêts…
La liste est longue et s'allonge : on ne peut qu'adhérer au superbe programme OBOR "One Belt One Road " qui va désenclaver l'Asie centrale et contribuer au développement de la Chine et de la Russie intérieures. Mais à quel prix ?... Le premier axe (du nord de Beijing à Duisbourg en RFA) sera opérationnel dans sa totalité en 2023. Il l'est déjà partiellement. L'autoroute deux fois deux voies est accompagnée d'installations photovoltaïques gigantesques, de villes nouvelles préfabriquées, de dépôts de carburants et d'entrepôts de transit. Une voie de chemin de fer parallèle à la route est prévue, ainsi que des terminaux d'aéroports nouveaux. Les bretelles additionnelles vers le Pakistan, l'Inde, l'Iran, Moscou et la Baltique, sont programmées, voire commencées. La nouvelle route de la soie intrigue, inquiète ou enchante, on ne sait… Mais, sur place, ce ruban de béton à travers les vastes plaines centrales, apporte avec ses chantiers destructeurs, son matériel envahissant, sa pollution, bien des craintes. Les habitants locaux n'en profitent pas, au contraire, et sont peu associés. Là aussi la corruption bat son plein. La quasi-totalité de la main d'oeuvre est "importée" et chinoise. Que vont devenir la légendaire steppe de Dersou Ouzala (2) et le mystère du lac Baïkal, si cher à Sylvain Tesson, dont l'eau est encore la plus pure du monde ? Deviendront-ils des lieux de déchèteries industrielles, ravagés de résidus bitumineux ?
 
Que dire aussi, des "villes nouvelles" destinées à enrayer la croissance désordonnée des mégapoles, telle Xiong'an (dite "ville intelligente") au sud de Beijing, ou des zones économiques spéciales des districts de Rongcheng ou de Tianjin ? Cette démarche n'est pas nouvelle : déjà en 1980 Deng Xiaoping a créé la zone spéciale de Shenzhen près de Hong Kong, et en 1992 Jiang Zemin lança la zone nouvelle de Pudong à Shanghaï sur l'autre rive du fleuve, afin de désenclaver la ville asphyxiée. Mais le gigantisme des nouveaux projets effare, d'autant que leur mise en œuvre se fait de manière très autoritaire, avec l'objectif annoncé de "remodeler la vie des gens", et profite surtout aux géants des hautes technologies chinoises tels Alibaba ouTencent et Baidu, en y déployant l'intelligence du futur sensée transformer radicalement le tissu social et la vie urbaine.. Les requins de l'immobilier ne sont pas en reste, qu'il s'agisse du taux des loyers ou des possibilités d'acquisition d'un logement. Toutefois... certains chantiers sont en panne, et certains projets retardés ou simplement abandonnés. Le "peuple" est peut-être moins malléable qu'espéré, d'autant que la perspective de l'arrivée massive de grandes entreprises a fait flamber les prix. Des millions de gens ont été ainsi délocalisés et contraints, faute de moyens, de partir dans des districts voisins.
 
Heureusement, les Chinois ont la bonne habitude de ne vivre que dans le présent. Leur histoire lointaine ou contemporaine le leur a appris. Il y a aussi des bienfaits (peut-être n'en parle-t-on pas assez). La République vient tardivement à la protection de la nature : si le Parc National a été inventé aux Etats Unis en 1872 pour freiner les désastres des déboisements sauvages, les Chinois découvrent leurs propres richesses naturelles et tentent désormais de les protéger des exploitations abusives ou du béton. Ainsi, le premier Parc national de Chine a été ouvert dans la Province nord-ouest du Yunnan en 2006, à l'initiative d'une organisation non gouvernementale et des autorités locales. Mais sa portée est également politique puisque cette belle zone agricole traditionnelle est peuplée en fait d'agriculteurs et d'éleveurs tibétains.
 
L'angoisse alimentaire est omni présente dans la mentalité et le pouvoir de la Chine. Ses peuples ont eu tellement faim... toujours... La perspective de nourrir deux milliards d'individus reste la préoccupation majeure, souvent non exprimée. Elle peut expliquer en partie la main mise sur l'immensité d'Asie centrale dont les possibilités de développement ne sont pas exclusivement industrielles et commerciales, ainsi que l'achat de terres agricoles dans le monde entier, qu'il s'agisse de l'Europe, de l'Amérique latine et surtout de l'Afrique.
Les aventures environnementales de la République chinoise se prolongent en mer, avec ses ambitions de conquêtes des espaces côtiers, ce qui génère de constants conflits avec ses voisins les plus proches (surtout le Japon). L'édification de plateformes et d'iles artificielles le long de ses côtes inquiète, à la fois sur un plan écologique et politique. Son ambitieuse stratégie portuaire essaime tout au long de ses rivages, crée d'implacables zones destructrices des espaces naturels pour laisser place aux silos de carburant et au béton. Attendons la suite….
 
Sur le plan international, par l'ambition de ses projets, l'adoucissement de ses attitudes, l'apparente occidentalisation de ses stratégies et de ses manières diplomatiques, la République Populaire de Chine s'est hissée au tout premier rang des "puissances" de manière visible sous deux angles : d'une part dans le cercle de l'ONU et de la diplomatie multilatérale, elle tend à occuper les terrains récemment abandonnés par les Etats Unis, et se pose - elle aussi – en "arbitre du monde". Son rôle dans l'épineux problème nord-coréen est évident. Au Conseil de sécurité, elle ne pratique plus le veto systématique dans la foulée de la Russie, mais exprime souvent des choix modérés, conciliant ses propres intérêts et ceux de la communauté occidentale. En second lieu, la Chine se dégage progressivement de son étiquette "d'atelier du monde", uniquement manufacturier et marchand, pour accéder à une considération financière et diplomatique généralisée. Désormais au cœur des stratégies financières de rachats de dettes, d'avoirs bancaires et d'orientations de long terme dans les pays dits "émergents", son arbitrage est écouté. Ses alliances avec l'Inde ou le Pakistan étaient inimaginables il y a quelques années, de même que l'extension de ses influences en Afrique ou dans le pourtour de la zone Pacifique.
Aucune idéologie précise n'est imposée, le souci étant l'expression de perspectives d'avenir commun sous son impulsion. Par contre, le désir d'intégrer peu à peu Hong Kong dans le système de Chine continentale, de récupérer Taïwan et - pourquoi pas ? - d'ajouter Singapour à sa panoplie, est clairement exprimé. Si l'expérience réussit, les tentacules de l'OBOR se déploieront dans toutes les directions, aboutissant à tous les rivages océaniques, modifiant considérablement la géographie du commerce international et ses flux financiers. Cela peut se prolonger jusqu'en Méditerranée où la Chine est déjà partenaire du Pirée, de Gênes, de Valence. L'OBOR est prévu jusqu'à Brest et Santander vers 2030/35.
 
Qu'il s'agisse de l’État ou d'initiatives privées, la Chine est désormais sur tous les fronts de la finance, de la culture, du commerce et de l'innovation ; en témoigne la 5ème édition, en Juin 2018, du World Cities Culture Symposium à Chengdu, capitale provinciale du Sechuan, attirant pour la première fois en Chine, les représentants des 38 Cités membres de cette organisation créée en 2012, afin d'élaborer et de promouvoir des politiques culturelles communes dans le monde entier. Ou bien la 4ème Foire Internationale du Tourisme à Lhassa au Tibet qui met somptueusement en scène les atouts de la Région Autonome ; une façon de démontrer aussi que 50 ans de "colonisation" forcée n'ont, au bout du compte, apporté que des bienfaits. Le domaine de la science et de la recherche n'est pas oublié, puisque plus de 800 conventions de tous ordres sont conclues avec les Centres de recherche les plus innovants de la planète. (3) Le TOP 20 des meilleurs Universités mondiales comprend désormais pas moins de cinq Centres chinois, etc...
Le président Xi et ses proches font le pari du temps long, tout en exigeant un rythme accéléré de réformes et d'innovations. Même s'ils savent que les USA "tiennent" le monde par le billet vert et leurs réseaux d'information et de renseignements, ils misent sur l'affaiblissement du règne américain. Pour leur plus grand profit : puisque la stratégie yankee est "un repli sur soi et la haine de l'autre, laissons l'Amérique aux Américains, elle est bien assez vaste (…) la Chine offre l'ouverture au monde, sans imposer sa loi, ni mélanger cette démarche avec sa politique intérieure" (4) ... Sans commentaire.
 
Pour les Européens "l'éveil" chinois est une opportunité sans doute exceptionnelle, qui consistera à ne pas se laisser dévorer, mais à nouer des liens eurasiens de Brest à Shanghaï et du Cercle Polaire au Sechuan. Les relations sont déjà très avancées, mais se font davantage pays par pays, plutôt qu'avec l'entité Europe. A force de s'enliser dans leurs stériles chamailleries, les Européens - quels qu'ils soient – n'ont toujours pas intégré la formule de Paul Valéry : "l'Europe n'est qu'une péninsule avancée de l'Asie". Le regard rivé sur le turbulent "Ami" atlantique – qui sauve et lamine tout à la fois – ne suffit plus. L'Eurasie est une réalité qui couvre 12 fuseaux horaires et va de l'Arctique au Tropique du Cancer. Le président Xi en a, lui, parfaitement conscience et se donne les cartes pour s'approprier indirectement le plus gros marché économique du monde. Lors de la Réunion Asie-Pacific, de ce Novembre, il ne manque pas de fustiger amplement la politique "de très court terme" de la Maison Blanche et de présenter OBOR et les autres projets "comme une main tendue et non une menace". De ce point de vue l'alliance faite avec la Russie de Vladimir Poutine pour l'OBOR, renverse les perspectives. L'Europe occidentale a toujours considéré la Russie comme "un parent pauvre" : elle risque de se tromper maintenant. Alors qu'elle est alourdie de souvenirs affreux, bloquée dans ses contradictions, empêtrée dans la discorde, elle ferait bien de regarder vers l'Est nouveau qui se profile. Même si tout est loin d'être parfait, cela donnerait quelque espoir à sa jeunesse, comme le proposent les slogans affichés à l'entrée des villes et villages des provinces chinoises : "Notre jeunesse est notre richesse".

(1) Voir "le peuple des rats", Patrick Saint-Paul, Grasset, 2016
(2) Dersou Ouzala, légendaire chasseur de la taïga, aida en 1902 le capitaine Arseniev dans sa découverte de l'Asie centrale. Akira Kurosawa réalisa un film magnifique sur cet épisode, en 1974. 
(3) Soit dit en passant, une plateforme formidable pour les copies, les contrefaçons, etc...
(4) Transcription d'une chronique hong kongaise dans  Courrier International N°1445 juillet 2018

Envoyé par l'auteur, 17 novembre 2018

De la Chine... (1)

Publié dans De par le monde
De la Chine...                                                         
 
Le président Xi Jinping ne publie pas de Petit livre rouge. Il se contente de jolis cahiers blancs, traduits en 9 langues qui expliquent à ses concitoyens et au reste du monde sa version du bonheur en Chine, présent et à venir.
Il existe 2 volumes relatifs à La gouvernance de la Chine, le second ayant été lancé en grande pompe à Londres en avril dernier. S'y ajoute un Livre Blanc diffusé fin Juin, relatif au rôle que la Chine entend jouer dans l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), dans laquelle elle eut tant de mal à entrer, seulement en 2001, mais dont elle aborde désormais les principes avec sérénité et dont elle entend même élargir les ambitions de coopération.
Que raconte ces essais littéraires ?
 
D'abord, ils sont inattendus. Il est rarissime, exceptionnel, pour ne pas dire incongru, qu'un chef d'état (ou du moins une structure gouvernementale) dévoile à ce point ses intentions, ses projets de long terme, ses différentes pistes d'évolution pour soi-même et son peuple. Cela est avant tout destiné à prouver au monde et à soi-même la solidité de l'entreprise, ainsi que son aspect pacifique.
Il faut souligner cette nouveauté : la croissance de la Chine et les multiples démarches qui l'environnent, dans des directions très variées, et dont la plupart des Occidentaux n'a pas vraiment conscience, sont envisagées et pratiquées dans un esprit de Paix, objectivement bienfaisant et au destin mondial.
C'est très confucéen, très loin des rodomontades batailleuses émanant des Etats Unis, le principal destinataire de ces messages : selon Confucius, le pouvoir n'est pas destiné à oppresser, mais à faire progresser matériellement et surtout spirituellement les peuples dont il a la charge - car le pouvoir est "fardeau" : de bons sens, de compassion et de pacification ; le chef d'état doit être un "chef de famille" pour son peuple : bienveillant, mais sévère quand il le faut. Il doit aussi respecter les dieux et les ancêtres, établir les structures assurant l'avenir, notamment par l'instruction et le respect des "rites".
Les 2 livres de gouvernance renouent avec cette tradition : après les tumultes et saccages perpétrés depuis des décennies, le pouvoir en Chine réhabilite le passé, la tradition, les évolutions opérées par les différentes dynasties, ce qu'elles ont apporté, ce qui les perpétue dans le présent, et sans gommer le séisme maoiste.
 
Le second aspect de la gouvernance complète solidement et de manière moderne la vision ancestrale : un gouvernement peut être autoritaire et très centralisé sans être oppressif et dévastateur ; qu'il s'agisse d'un gouvernement de Parti Unique (Chine Populaire) ou d'un Clan partisan ou familial (Singapour ou Corée), la pratique d'un centralisme politique peut parfaitement s'accompagner et même être soutenue par un code de droits, adapté aux désirs citoyens et d'un libéralisme économique favorable au progrès qu'il soit d'initiative privée ou publique. Ce libéralisme économique s'internationalisera quasi automatiquement grâce aux interdépendances économiques et financières qui sont le tissu du progrès moderne.
Au surplus et dans une stratégie d'information internationale, le Président Xi, désormais élu pratiquement à vie, se démarque par cette continuité toute chinoise, des frénésies électorales de l'Occident, notamment celles qui occupent un peu trop son rival direct : les Etats Unis américains et leur président. Le Tome 2 met en avant la stabilité politique, garante par sa solidité d'une croissance cohérente et bénéfique, qui ne sera pas interrompue par les lubies électorales et les changements de majorités qui détricotent tous les 4, 5, ou 6 ans toutes les intentions économiques, même les meilleures. Le socle de la réussite économique de la République Populaire est donc en béton.
 
En fait, il s'agit, dans une autre version, du système "control and confort ", pratiqué avec succès par d'autres Etats du pourtour Pacifique : Il est demandé aux citoyens - dès l'enfance - d'avoir un comportement conforme, raisonnable et suffisamment coopératif, en échange de quoi le progrès individuel et collectif, la prospérité et le confort économique leur seront assurés. La version chinoise semble consister dans la grande idée du Crédit social, développé dans les banlieues urbaines et les villages les plus éloignés du pouvoir. Car dans cette immensité, le pouvoir central est à peu près absent. Les citoyens sont appréciés localement en fonction de leur participation au bonheur de la collectivité, par leur travail, leur disponibilité, leur empathie : cela par les membres de la collectivité à laquelle ils appartiennent. Ce qui n'est pas tellement nouveau et rappelle d'inquiétantes périodes d'autocritique généralisée. Les mieux notés obtiennent des bonus en produits gratuits, billets de transports, excursions, … etc. En principe il n'y a aucune sanction, si ce n'est la désapprobation collective et l'injonction à s'améliorer…
 
Quelles sont les axes les plus visibles exposés dans cesCahiers blancs ?
1° la gestion des espaces et des populations :
l'immensité territoriale est, dans le contexte moderne, une découverte : à partir des années 90 le regard s'est porté sur la conquête – ou la reconquête – de l'intérieur du territoire. Le développement économique s'est d'abord concentré à l'Est, le long du littoral, provoquant un profond déséquilibre entre sa prospérité et la grande pauvreté des provinces intérieures, les vidant de leur population jeune et active. Le rééquilibrage économique et démographique était urgent. Le développement rapide d'une ville comme Ghengdu, capitale du pauvre Sechuan – qu'aimait tant notre fils du consul, Lucien Bodard -  inverse la tendance et y stabilise les jeunes générations, située au surplus sur la route du Tibet résolument intégré au patrimoine chinois. L'exemple est également valable pour Wuweï tout au nord au Gansu, ou encore à Xi'an sur le fleuve Jaune. Il y a aussi la création de Cités idéales, telle Xiong'an, au nord-ouest de Beijin.
 
La politique de l'enfant unique, qui fut une terrifiante bonne idée en son temps, pour résoudre le problème de la croissance trop rapide d'une population trop nombreuse et éloigner les perspectives de famine, s'avère catastrophique 50 ans plus tard, avec une charge énorme en personnes âgées et l'insuffisance dramatique de population jeune, féminine (puisqu'on éliminait surtout les filles) et le manque de main d'œuvre à venir. Il faut donc redéployer une stratégie démographique différente, tournée vers des familles prospères à 2 ou 3 enfants et un repeuplement de l'intérieur, en le basant sur le principe de l'égalité homme/femme, mais le chemin à faire est encore bien long et les habitudes du passé difficiles à combattre ...
Le grand projet d'expansion OBOR y est d'ailleurs lié, tourné vers un éventail élargi de possibilités individuelles...Tout cela prendra du temps, d'où l'impératif de la stabilité politique et sociale.
 
2° L'immense littoral de l'Est devient - fort tardivement – un pion essentiel de développement et d'ambition.
La Chine de Monsieur Xi se découvre soudainement "à fort potentiel maritime". Cela engendre, d'une part une politique maritime internationale assez agressive destinée à protéger et agrandir sa mer de Chine intérieure, ce qui est très mal vécu par le Japon et la Corée du Sud directement visés et a déjà provoqué de multiples incidents. Par ailleurs le gouvernement a adopté la "politique des ports moyens" dispersés le long de la côte, - comme la pratiquent les Etats Unis depuis la fin du 19ème siècle : cela évite la trop grande concentration des moyens dans un seul point et permet une politique de distribution commerciale et alimentaire bien plus efficace vers l'intérieur et permet d'exporter dans le monde entier du Nord au Sud, sans rupture avec les lieux de production. Rude concurrence à venir pour les "princes" du commerce international maritime tels Singapour, Busan ou Yokohama.
 
3° l'ouverture au capitalisme libéral pratiquée par Dieng Xiaoping
a fait très rapidement de la Chine l'atelier du monde, ce qui a permis d'engranger des milliards de billions de dollars. Il s'agit désormais de se tourner vers le marché intérieur, d'en exploiter l'infini potentiel et d'en assurer la pérennité. Là est le pari de ce début de siècle : la plus grande crainte est de ne plus pouvoir assurer la subsistance de la population, par manque de ressource agricole et saturation de l'expansion urbaine. D'où le retournement récent de la stratégie : certes, continuer à inonder le monde des productions chinoises, mais – en même temps – donner la priorité aux différents potentiels internes. Afin de faire face aux nécessités démographiques, la Chine fait l'acquisition de terres agricoles dans le monde entier, et assure au surplus leur exploitation et l'exportation de leurs produits vers ses ports. Car il ne s'agit pas que les peuples se révoltent. Xi reprend à son compte la phrase la plus importante prononcée par Mao Zedong en Mai 68 : L'essor du monde paysan est d'une extrême importance. Surtout à une époque où désormais la planète consomme plus qu'elle ne peut "naturellement" fournir.
Par ailleurs les différents savoirs, techniques et activités, après avoir été appris de l'Occident, puis copiés et reproduits, sont désormais autonomes, originaux et avant gardistes, qu'il s'agisse de tous les produits électroniques, de la construction automobile, aéronautique, ferroviaire ou même spatiale, tous les artefacts indispensables à la vie moderne. C'est la raison pour laquelle le récentlivre blanc relatif à l'Organisation Mondiale du Commerce est si important : il dessine les stratégies futures, les possibilités innovantes et manufacturières, les alliances productives et les ouvertures en matière d'investissements. L'ouverture du marché et la baisse des taxes sont aux antipodes des outrances de blocage trumpien. 
 
4° Et, peut être le plus important :
la conquête du monde par la Chine du souriant Monsieur Xi sera aussi celle des esprits : c'est déjà amplement commencé par le nombre et la qualité des Universités, des Centres de recherche et des milliers de contrats de coopération conclus depuis plus de 40 ans. Désormais plusieurs Universités chinoises sont dans le TOP 15 des meilleurs du monde, égalant ainsi les Occidentaux. Mais il y a mieux : une stratégie d'imprégnation généralisée de la planète, par l'art, l'histoire, les programmes de télévision, les films, les produits de tous ordres diffusés par les ondes. La Chine inonde – en douceur – le monde de sa propre culture : les milliers de documentaires diffusés chaque jour sur les chaines et sites, les brochures, livres et affiches, les troupes de danse, de prestigieux musiciens et orchestres, l'opéra, l'accueil de toutes sortes de compétitions sportives, à commences par les J.O., les domaines de la création de mode, d'objets usuels, l'offre de voyages touristiques etc...
 
Les documentaires – en particulier – couvrent 4 domaines principaux : la découverte touristique de la splendide Chine si variée, l'histoire ancienne et les fouilles archéologiques, l'histoire récente avec sa violence, sa tragédie permanente et ses immenses sacrifices, la vie quotidienne actuelle des paysans pauvres, des ouvriers disciplinés et de la moyenne bourgeoisie naissante. Le spectacle des départs en vacances dans les gares des grandes villes pour le Nouvel An Lunaire a sidéré les braves Occidentaux (mais finalement ce n'est pas pire que les 700 kms de bouchon routier en France début août ; simplement une autre version d'une société débordée par ses propres incohérences, acceptées dans le silence et la résignation).
 
Les premiers à s'inquiéter de cette "pénétration" dans leur quotidien ont été les Australiens, qui depuis quelques années se sentent de plus en plus "sinisés", notamment par la quantité d'étudiants chinois dans leurs universités. Cela s'est étalé discrètement sur environ 25 ans, dans une grande urbanité, avec des moyens financiers importants. Le tourisme mondialisé est également un outil performant : les groupes compacts de Chinois aisés, dûment encadrés et très disciplinés qui s'extasient volontiers sur tout et n'importe quoi, dépensent beaucoup d'argent, représentent une tendance qui n'ira qu'en augmentation vu l'évolution probable de la classe moyenne chinoise. Enfin, il n'est pas besoin de revenir sur les gigantesques potentiels industriels et commerciaux, déployés avec art dans des directions très variées, dont les Etats Unis d'Amérique sont indéniablement dépendants. Les différents déficits de commerce extérieur de l'Occident sont à eux seuls une implacable démonstration.
 
5° Enfin, on ne saurait oublier la Défense et surtout le rôle diplomatique majeur de la République de Chine :
la capacité de Défense de la République populaire est considérée comme la seconde mondiale, après celle des USA. Mais elle est peut-être, depuis peu, la première ; l'évaluation est délicate. Les chiffres indiquent, depuis les réformes de 2002 et surtout août 2016, un budget augmenté de 200 %, la capacité d'aligner 318 millions d'hommes (ou 385 ?), 5 Régions militaires opérationnelles, environ 15 000 entreprises travaillant tout ou partie pour la défense. La modernisation est devenue permanente : après avoir longtemps liée à la grande sœur soviétique pour son équipement, l'ouverture des marchés a permis des achats diversifiés, la possibilité de copier les matériels importés, puis d'avoir ses propres manufactures. L'achat massif d'avions de chasse, la conception de missiles, l'informatisation des systèmes par des moyens autonomes, le développement de la Marine (longtemps parente pauvre) afin de sécuriser la mer littorale, sont autant de nouveautés. Par ailleurs, il faut le souligner, les troupes chinoises sont massivement intervenues dans plusieurs conflits africains, sans oublier l'important soutien logistique accordé à la Corée du Nord.
 
La Diplomatie connaît également une évolution considérable, La Chine Populaire dut attendre 1971 pour devenir membre de l'ONU, mais dans le contexte de Guerre Froide, presque toujours à la remorque de l'URSS. Toutefois, la visite à Pékin du président Nixon en 1972, les efforts d'ouverture du ministre Zhou En Lai, la disparition de Mao en 76 puis, plus tard, la chute du Mur, la dislocation de l'URSS, l'évolution générale des équilibres, et la volonté d'ouverture de Deng Xiao Ping (malgré les affaires du Tibet et du Vietnam) changèrent progressivement la donne. La sidérante croissance économique, les exportations massives dans le monde entier et le potentiel financier qu'elles suscitent, permettent d'installer les relations internationales sur un velours d'urbanité et de conciliants échanges. Les ambitions de déploiement vers l'Ouest du continent eurasiatique, la modification prévisible des grands axes commerciaux, l'ascendant que la République Populaire a pris dans le bassin Pacifique, engendrent une diplomatie d'apaisement mais également ambitieuse. Il est indéniable que la Chine de monsieur Xi a joué un rôle de premier plan dans l'apaisement des relations entre les 2 Corées, dans le conflit pseudo nucléaire avec les Etats Unis. Par ailleurs Xi a trouvé en Vladimir Poutine, non plus un mentor mais un égal et un allié poursuivant des ambitions à peu près identiques, notamment celle de restaurer la grandeur et le prestige d'une patrie méprisée par des Occidentaux ivres de réussite.
Sans être pythonisse, on peut être certain que la Chine joue la carte du long terme au service de l'articulation d'un projet cohérent de mainmise sur l'équilibre mondial.
 
Ces esquisses amènent plusieurs réflexions :  en premier lieu, ce qui est frappant est l'imbrication, l'interpénétration des projets internes et externes, de la réussite sociale liée au commerce extérieur et du déploiement économique interne lié à l'utilisation de procédés de stratégie internationale. C'est Un Grand Tout, dans une optique très cosmique. Encore faut-il, dans cette optique, arriver à contourner la profonde fragmentation sociale et la corruption endémique. Ce qui n'est pas acquis. Le second aspect est cette perspective du temps long, laquelle se démarque et contrarie complètement les fracassantes immédiatetés nord américaines. D'un côté America First, de l'autre China Eterna.
 
Le premier Empereur Qing, l'unificateur et l'inventeur de la Chine, rêva en son temps d'un monde idéal. Mao Zedong imagina et promit une Chine parfaite et collectiviste, le Président Xi aspire à une Chine exemplaire, puissante et prospère. Ses petits livres blancs fixent 2 bornes de bilans : 2021 (très proche), qui sera le Centenaire du Parti Communiste Chinois (PCC), date à laquelle la tentaculaire Nouvelle Route de la Soie et ses nombreuses ramifications seront assez avancées pour en juger. Puis 2049 verra le Centenaire de la République Populaire de Chine, l'occasion de rendre sublime une étincelante réussite, ou affronter un échec cuisant. Nul ne sait.

Envoyé par l'auteur, 14 août 2018

Eurasie

Publié dans Avec l'Europe
Eurasie                                                          
 
Le bref voyage présidentiel, fin mai, à Saint Pétersbourg, au-delà des différends internationaux sur l'Ukraine, la Syrie et l'Iran, comporte des enjeux infra européens bien plus immédiats.
L'objectif, diffus, peu exprimé mais nécessaire, est de désengager l'Union Européenne, autant que ce sera possible, de l'excessive emprise nord-américaine, et a fortiori de libérer ses axes économiques et stratégiques de surprenantes exigences.
La première rencontre avec Vladimir Poutine à Versailles en 2017, au prétexte d'une exposition historique a été plutôt bien préparée, au tout début de notre nouvelle présidence, sans les salamalecs affichés auprès de la présidence nord-américaine. Relativement positive, elle pouvait présager, sauf accident de parcours, d'une suite favorable. Le chef de l'état russe est un solide briscard de la politique, réservé, imperméable aux pantomimes. Il faut donc en attendre les bons signaux.
 
Côté Russie, après avoir subi un mépris et un ostracisme international très mal vécu, à la suite de la chute et du démantèlement du Bloc soviétique, il s'est avéré fort complexe de reconstruire une dignité indispensable dans les relations planétaires. Cela se fait lentement, d'abord tourné vers l'allié traditionnel, la Chine. L'embarrassant conflit ukrainien continue de bloquer plus ou moins toute initiative heureuse vers les Occidentaux. Depuis un laps de temps désormais suffisant, ce conflit (très embrouillé) est englobé dans une stratégie plus vaste vers les débouchés de Mer Noire, la Turquie d'Erdogan et les actions menées dans le conflit de Syrie. Quant à l'Iran, tous les diplomates bien informés depuis longtemps sur la zone, connaissent l'importante influence russe et la bagarre permanente avec les USA pour garder cet encrage stratégique. Ce ne sont pas les humeurs tempétueuses d'un nouveau président US qui pourront changer des décennies d'influences.
 
Côté Europe, c'est banalité de signaler que l'Union Européenne a du plomb dans l'aile. Devenue monstrueuse machine administrative et financière, elle a perdu son âme, c'est certain. Il n'est plus sûr du tout qu'elle soit encore ressentie comme "bienfaisante" par de nombreux citoyens et gouvernements. Avoir absorbé trop vite et mal des nations incompatibles les unes aux autres, elles-mêmes mal informées des contraintes du contrat. Etre principalement tournée vers un positivisme financier sans contre feux ni barrières sécuritaires, en a fait se détourner bien des esprits. Le désir de s'en échapper existe, jusqu'à sa formulation : le Brexit, le ras le bol de l'austérité imposée en Grèce, crainte en Italie, non appliquée au Portugal, délibérément critiquée en Autriche, partiellement abandonnée en Espagne, le mépris affiché par Bruxelles envers "les Etats du sud", et sa grande réserve envers "les ex-de l'Est", les mini pétaudières des différents Nordiques, ne jouent pas en sa faveur. Mal ressentie aussi, est l'apparente domination allemande avec son inusable chancelière (elle-même vacillante). L'ambiguïté française joue à la fois sur son influence moralisante, sa faiblesse budgétaire et son endettement. L'ensemble est au demeurant miné par la question de l'immigration jetée sur des Etats dispersés sans jamais apporter une stratégie d'ensemble.
 
L'Ouest le vrai, en passe de devenir Western, se tourner vers la Russie, peut ouvrir de nouveaux horizons. La lucarne pratiquée par la présidence française, s'affiche en locomotive d'un nouveau mode d'approche et d'une éventuelle refondation européenne.
En fait, il est urgent de reconstituer ce que les politologues appelaient l'EURASIE, tels Paul Valéry, signalant que "l'Europe n'est qu'une péninsule avancée de l'Asie" : la partie Est (au-delà de l'Oural) de cet immense continent, partiellement exploré, peu et mal exploité,  enclos durant des siècles dans des carcans isolationnistes, utilisé avec parcimonie en raison du manque de moyens et des difficultés d'accès et de survie. Que connaît-on de l'Asie centrale, qu'elle soit russe, chinoise, soviétique ou fraichement indépendante, hors les exploits de Michel Strogoff et les coupoles bleues de Samarkande ?

Il y a pour le présent deux trains à ne pas manquer, qui dessinent déjà les contours du prochain demi-siècle :
 
1° La Russie est européenne : peut-on oublier le contentement de Pierre le Grand aux eaux thermales de Spa (maintenant belges) ? Le pont Alexandre III ? La fascination qu'exerçait Staline sur Winston Churchill ? Le cousinage du dernier tsar avec la reine Victoria ? La villa d'assignation à résidence de Vladimir Oulianov Lénine à Saint Palais sur mer (en France) ? L'argent du Parti en Suisse ? La quasi-totalité des relations internationales de la Russie tsariste puis de l'Union soviétique obsédées par l'accès à la mer, aux océans libres ? Les deux Guerres mondiales ? L'histoire commune est immense. La Révolution de 1917, indélébile, explique tout le XXème siècle.
Et aussi, la Russie fait partie de la Chrétienté, marque de fabrique ineffaçable de l'Europe, même laïcisée. Le partage Est-Ouest de la Guerre Froide, ce long avatar, crée, avec le temps qui passe, le terreau d'une tragique histoire commune. Certes, les procédés politiques ont été et restent souvent douteux, mais il faut tenter d'adopter un autre angle.
 
2° la Russie est maintenant l'incontournable lien avec la dévorante Chine, le pont terrestre avec le nouvel Empire de Monsieur Xi Jinping : il ne faut  surtout pas manquer d'intégrer, ou du moins participer au projet OBOR  - One Belt One Road – la nouvelle route de la soie – destiné à modifier considérablement les principaux flux du commerce international.
Lancé en 2013 par le fameux discours d'Astana du président Xi, l'imposant programme d'une deux fois deux voies traversant l'Eurasie de part en part, sur la trace des caravanes anciennes a, depuis 15 ans, entrainé le développement exponentiel des deux villes de Langzou et de Wuwei, l'installation de relais énergétiques, de champs d'éoliennes et de panneaux solaires, d'étapes matérialisées. La pharaonique entreprise est maintenant sortie de Chine, traverse Kazakhstan et Ouzbekistan, atteint enfin l'est de la Russie où la route se disjoint en 3 branches : la plus importante, reliant Wuwei à Duisbourg devrait être opérationnelle en 2023. Une seconde branche s'oriente au nord vers la Pologne, Moscou et la Baltique (le tracé est fait) ; la troisième ira jusqu'à Téhéran, desservira aussi les ports de la mer d'Arabie, du golfe d'Oman et du golfe
l'expansion de la province enclavée du Gansu, persique. Le fond de l'entreprise n'est, à la base, ni politique ni agressif et ne prévoit pas d'anéantir le grand commerce maritime, la ceinture d'or actuelle, mais de la doubler de dessertes terrestres permettant d'unifier les relations et le commerce de la totalité du continent eurasien. La noria des camions acheminera par route les marchandises en 11 à 15 jours entre Wuwei et Duisbourg alors qu'il faut 5 à 8 semaines par mer. Des prolongations sont prévues jusqu'à Rotterdam, Le Havre, Brest et même jusqu'en Espagne.
Il s'agit d'appliquer à l'Europe l'empreinte chinoise, de développer les relations transversales de l'Eurasie, et, au passage, de réussir à développer l'intérieur même de la Chine en y stabilisant ses populations. Car le marché intérieur chinois est potentiellement énorme. Entreprise sidérante, où la Russie joue un rôle important, par ses investissements, les relais industriels et de maintenance qu'elle peut offrir et le tremplin qu'elle représente vers l'Europe de l'Ouest. Le lien financier et commercial sera inévitable autant qu'évident.
 
Un premier pas pourra être fait en allégeant (voire supprimant) les absurdes sanctions économiques dont elle fait l'objet (souvent contournées par les marchés parallèles).
Le nouveau gouvernement italien l'a évoqué. En fait, la réalisation de l'OBOR sur son territoire va peut-être permettre à la Russie de se "découvrir elle-même" dans l'économie libérale capitaliste. C'est du moins ce qui est espéré par les observateurs les plus avertis, lesquels tablent aussi sur une minorisation de l'emprise nord-américaine sur les marchés internationaux et les flux financiers. Reste le mystère de l'absolue suprématie du dollar, même si la Chine pèse désormais d'un poids considérable, jusqu'à faire jeu égal dans plusieurs secteurs. Il ne faut pas être naïf ; sans doute toutes sortes d'intérêts souterrains sont-ils liés à cette gigantesque entreprise. Ce peut être aussi un énorme gâchis, comme les humains en ont le talent.
L'astuce des différents calendriers dans des domaines très variés, permet toutes sortes de rencontres, à commencer par la Coupe du Monde de Football, qui, comme les Jeux Olympiques, permet de bavarder de manière informelle à la faveur du ballet des avions, réceptions et agapes diverses.
Une certitude : l'avenir proche est un partenariat dans l'aventure de l'OBOR, avec ses bienfaits ou ses méfaits, dans laquelle la Russie devient incontournable. L'Union Européenne et les Etats qui la composent, doivent sortir des guêpiers de l'isolationnisme batailleur.

Envoyé par l'auteur, 7 juin 2018

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version