Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

GROSJEAN Herve

GROSJEAN Herve

Né le 27 janvier 1978



Curé de la paroisse de Saint-Cyr l'Ecole


Secrétaire Général de la Commission "Ethique et Politique" du Diocèse de Versailles
     Dans ce cadre, il a fondé entre autres les Universités d'Eté "Acteurs d'Avenir" ( www.acteursdavenir.net )
     pour promouvoir la formation spirituelle et éthique des décideurs de demain.

Ordonné prêtre en 2004
Prêtre du Diocèse de Versailles


Anime avec deux confrères le Padreblog.fr

Ouvrages
Aimer en Vérité (2014) - Catholiques, engageons-nous ! (2016) - 

URL du site internet:

Lettre à Christiane Taubira

Publié dans Du côté des élites
Les vraies batailles – Lettre à Christiane Taubira
 
Madame,

Il y a quelques jours, interrogée par Guillaume Daret sur le plateau de France 2, vous avez affirmé vouloir ré-ouvrir le débat sur l’accès pour les couples de femmes à la Procréation médicalement assistée (PMA) – vous avez même parlé dans un reportage pour Canal + d’une "bataille à mener" – considérant cette revendication comme "légitime". Puis, sans même que le journaliste ne vous pose la question, vous avez enchaîné sur l’usage des stupéfiants, réclamant qu’on puisse "en débattre", c’est-à-dire ouvrir le débat de leur dépénalisation. Vous venez de confirmer votre intention ce dimanche soir sur BFMTV.
Les politologues évoqueront peut-être une habile stratégie de diversion, pour faire oublier les chiffres du chômage ou l’insécurité. D’autres y verront une volonté de ressouder la gauche autour de thèmes sociétaux censés "être de gauche". Pour notre part, nous ne connaissons pas vos intentions profondes et n’imaginons pas que vous soyez simplement dans la provocation. Vous n’êtes pas la seule dans le monde politique sur cette ligne libertaire, mais de par votre charisme vous êtes de loin la plus influente…
 
Pourquoi ?
Alors nous vous posons cette question : pourquoi cet acharnement à affaiblir ce qui nous est le plus précieux à tous, croyants ou non : la famille et la jeunesse ? Pourquoi ce double message catastrophique envoyé à la société française, déjà si fragile et si blessée ? N’avez-vous vraiment pas d’autres batailles à mener ? Cette question n’est pas que rhétorique, elle est profonde. Comme prêtres, nous sommes prêts à venir vous la poser et vous écouter, tant nous voudrions comprendre ce qui vous anime.
La "PMA pour toutes" n’est rien de moins que le droit à l’enfant institué en actes, et vous le savez certainement. Nous entendons bien le désir sincère de ces femmes qui vivent en couple et qui voudraient avoir un enfant. Mais ce désir ne peut être tout-puissant : il ne peut légitimer qu’on "fabrique" un enfant sans père ! Dans sa conception même, la place du père est gommée, son nom effacé, sans même qu’il ne soit remplacé par une autre figure masculine. Le manque de père, quelle qu’en soit la raison, est déjà une souffrance ; nous le voyons si souvent sur le terrain. L’instituer en amont est une profonde injustice pour l’enfant. La médecine est là pour soigner, pas pour répondre à tous les désirs.
Remarquez, vous êtes assez cohérente : nous avons toujours dit que le "mariage pour tous" que vous avez porté brillamment, ne pouvait qu’ouvrir un jour à la PMA puis à la GPA. C’est dans la logique… Les démentis prudents de votre gouvernement ne nous ont pas dupés. Vos propos nous donnent raison… mais nous n’avons pas perdu l’espoir de limiter les dégâts, en attendant qu’arrive le temps de reconstruire.
 
Ne vous trompez pas de bataille
Ce sont aussi les jeunes qui risquent de payer cher votre deuxième bataille, celle pour un débat sur la dépénalisation du cannabis…  Sur le terrain, dans les collèges et les lycées, nous observons suffisamment quels ravages peut faire cette saleté de drogue, entraînant tant de jeunes dans une spirale d’échecs, de mensonges, de décrochage scolaire. Nous sommes aussi témoins des efforts parfois héroïques que doivent faire ces jeunes pour s’en sortir et s’en libérer. Comment comprendre que des adultes – et qui plus est la ministre de la Justice, et des élus avec elle – puissent donner l’impression de relativiser ce danger ? Car au-delà de tous les arguments que vous pourrez produire pour ré-ouvrir le débat, vous ne pourrez éviter que l’idée même de dépénalisation signifie dans l’esprit des jeunes que "finalement le cannabis, c’est pas si grave … puisque ça n’est plus un délit". Encore une fois, ce seront les plus fragiles, les plus jeunes et les plus pauvres qui subiront la casse, et non les quelques nostalgiques de 68, adeptes du pétard récréatif dans leur loft de Saint-Germain-des-Prés.
 
Madame, vous avez d’autres batailles à mener, pour lesquelles vous pourrez compter sur nous. Par exemple la lutte contre la GPA, que notre pays s’honorerait à mener au niveau mondial. Que faites-vous concrètement contre ces sociétés américaines qui viennent chercher leurs clients en France, que faites-vous surtout pour que la loi dissuade réellement ceux-ci ? Les femmes pauvres sont les premières victimes de cette marchandisation de la maternité. Nous voudrions vous soutenir également dans la bataille pour une justice rapide et accessible à tous, même aux plus fragiles, l’accompagnement des victimes, la réinsertion des prisonniers à l’issue de leur peine, la lutte contre la récidive, l’indépendance de la justice… Autant de thèmes parmi beaucoup d’autres sur lesquels nous vous attendons pour le bien de notre pays.
Ces vraies batailles vous attendent. Il faut cesser d’abîmer le peu qu’il reste de ces repères essentiels qui nous construisent et participent au bien d’un pays. Cette vague libertaire à laquelle vous avez associé votre talent et votre énergie, nous ne voulons pas la voir dévaster notre civilisation.
Cette civilisation, nous y tenons. Et ce tsunami libéral-libertaire qui veut la submerger, rasant ses fondations, ses repères et ses institutions, pour imposer le désir individuel comme norme ultime et rejeter toute idée de vérité et de bien commun, nous nous y opposerons encore et encore. Car les premières victimes de ce tsunami seront toujours les plus fragiles…
 
Merci !
Permettez-nous par ailleurs de vous remercier, Madame. Cela peut sembler paradoxal ! Mais malgré vous, vous avez participé à réveiller la génération qui vient. Nous sommes ceux que 68 a laissés orphelins, ceux à qui on a volé l’héritage du passé, ceux à qui on a refusé de transmettre. Voilà que cette vague libertaire, à laquelle avec beaucoup d’autres vous participez, nous a forcés à nous lever. Il fallait résister et pour cela s’engager. Une vraie prise de conscience s’est opérée. Et si demain toute une jeunesse se sera engagée, ce sera en partie pour rebâtir ce que vous aurez participé avec tant de soin à déconstruire…
Nous vous redisons le profond respect que nous avons pour votre fonction si importante – et aussi pour vous-même – car on ne réduit heureusement jamais quelqu’un à ses actes ou ses idées. On combat des idées, et nous le ferons de toutes nos forces, mais jamais les personnes : nous serons même toujours prêts à la rencontre, au dialogue franc et direct. Nous vous assurons aussi de notre prière. Les chrétiens ont toujours prié pour ceux qui les gouvernaient. Ils ont toujours voulu se comporter en "citoyens exemplaires" comme le leur demandait déjà saint Pierre, le premier pape. Cela ne les a jamais empêchés de s’élever avec force et persévérance contre toutes les injustices, "pour rendre témoignage à la Vérité", même si le prix à payer fut souvent lourd… Les générations d’aujourd’hui y sont prêtes. Plus que jamais.

Paru sur www.padreblog.fr

Migrants, ...

Publié dans A tout un chacun
Migrants : l’indifférence impossible
 
Les photos sont insoutenables. Ces corps d’enfants rejetés par la mer. Cette mer Méditerranée devenue jour après jour "ce grand cimetière" – le pape nous alertait d’ailleurs de ce risque dans son discours devant le Parlement européen en novembre 2013 – pour des milliers de migrants qui fuient la misère ou la guerre. Ces nouveaux "boat-people" nous bouleversent et nous effrayent en même temps.
 
Humilité avant tout
Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi dire. Peut-être faut-il commencer par cette humilité-là ? Reconnaître que nous sommes désemparés. J’entends bien que le problème est complexe. Que tous ne fuient pas les persécutions. Qu’il y a des enjeux géopolitiques derrière. Que certains pays jouent un jeu trouble. Qu’il ne faut pas être dupe. "Qu’on ne peut accueillir toute la misère du monde". Que les partisans des solutions faciles – les " y’a qu’à…" – ou les auteurs de grandes envolées riches en émotion seront souvent les derniers à porter concrètement les conséquences de leurs propositions… Je sais tout cela. J’ai aussi lu Le camp des saints de Jean Raspail… et je n’habite pas Calais, qui croule sous le nombre de réfugiés, ou ces cités où l’échec de l’intégration rend la vie impossible pour beaucoup.
Ma paroisse accueille une famille de huit chrétiens d’Irak qui a fui Mossoul en Irak. Je vois bien ce que cela représente comme difficultés, une fois la joie et le soulagement des débuts passés. Pour eux, comme pour ceux qui bénévolement se démènent pour les aider et les intégrer, tant au niveau de la ville que de la paroisse. Car il ne s’agit pas d’accueillir pour quelques jours mais bien d’intégrer pour longtemps, si ce n’est pour toujours. Les campements et les solutions d’urgence ne résoudront rien sur la durée.
Alors on ne dit rien ? On ne fait rien ? J’entends les appels du pape répétés depuis sa venue à Lampedusa. Il n’a pas attendu les photos choc, lui ! C’était le seul à l’époque, parmi les dirigeants, à alerter sur le drame qui se jouait. Aujourd’hui, je sens bien que ce drame ne peut pas nous laisser inactifs. Encore moins indifférents. Je crois même qu’il représente un vrai défi pour notre veille Europe.
 
Un défi pour ceux qui nous gouvernent
L’Eglise n’a pas les solutions. Elle est là pour alerter les consciences. Le pape François ne cesse d’exhorter les pays "à coopérer avec efficacité pour empêcher ces crimes qui offensent la famille humaine toute entière". Il attend que les dirigeants prennent leurs responsabilités. L’histoire se fait avec des hommes et des femmes. Elle peut dépendre d’une ou deux décisions courageuses. Reconnaître qu’on s’est trompé. Décider d’intervenir. L’impunité de Daech reste révoltante ! C’est la pression des peuples qui force le courage des gouvernants et leur impose de trouver une solution. C’est aussi autour de ces grands défis, de ces grandes causes qu’ils pourront rassembler leur peuple. Rétablir le droit dans ces pays qu’on fuit. Tout faire pour convaincre et aider ces familles à rester. Eradiquer ces passeurs qui jouent avec les vies. Faire plus pour le développement des ces régions qu’on a souvent livrées au chaos, ou pillées allègrement. Le pape rappelait dans son encyclique "la grave dette sociale" que nous avons envers ces pays aujourd’hui pauvres. On pourrait parler d’une dette morale aussi envers ceux que nous avons laissés s’enfoncer dans le chaos… Qu’avons-nous fait de l’Irak ou de la Syrie ?…
 
Un défi culturel pour notre pays et pour l’Europe
Accueillir l’autre me fait peur quand je ne suis pas sûr de moi, quand je ne me sens pas solide dans mon identité. Du coup, l’autre est synonyme de danger. La France est fragile. Elle ne sait plus très bien dire ce qu’elle est, quelles sont ses racines, quel est son héritage. Du coup, elle a peur. Elle est divisée. Elle ne s’aime pas. Elle perd son temps dans des querelles vaines. Elle détruit ce qui fait sa force et sa beauté. Elle n’est pas fière d’elle-même, de son histoire, de sa foi, de son héritage. Elle n’est pas prête à relever de tels défis. Il y a là un immense travail de refondation culturelle à faire. Il s’agit enfin d’assumer ce que nous sommes : un pays de tradition judéo-chrétienne et de culture gréco-latine. Il s’agit d’assumer de transmettre cette culture et de l’affirmer. Nous pourrons alors, forts de ce que nous sommes, ne pas craindre d’accueillir l’étranger. Il saura qui l’accueille. Il respectera ce pays qui l’héberge, car on ne respecte que ce qui est clair et assumé. Nous sommes – nous Français – capables de nous montrer généreux et accueillants si une proposition claire, fondée, audacieuse, réfléchie et forte nous est faite. Rappelons-nous l’élan suscité par l’appel de l’abbé Pierre, durant l’hiver 54. Il a marqué toute une nation. Il est temps de redevenir ce que nous sommes, pour être capables de faire ce que le monde attend de nous.
 
Un défi spirituel pour chacun
Sans tomber dans les solutions faciles portées par l’émotion d’un moment, comment rester capable d’une véritable compassion ? Comment tenir ce regard de foi sur ces pauvres qui semblent "assiéger" notre continent ? Comment persévérer à voir en chacun son frère ? Là encore, je me méfie des belles phrases faciles. Le SDF devant ma paroisse me lance sans le savoir ce défi chaque jour, surtout quand il est ivre et qu’il hurle ! Il me fait mesurer le poids de ce combat de la charité, pour voir en l’autre un frère, une sœur. Et même… le Christ. "Ce que tu as fait à l’un de ces petits… c’est à moi que tu l’as fait". Notre raison se révolte. Les arguments pleuvent pour justifier le rejet. Je sais tout ce qui dépend de lui, et qu’il ne fait pas. Mais je ne peux me détacher de ces mots de l’Evangile. De ceux qui suivent, encore plus terribles "ce que tu n’as pas fait à l’un de ces petits, c’est à moi que tu ne l’as pas fait…". Combien plus pour ces pauvres qui viennent de loin. Demain, s’ils sont à ma porte, quel regard poserai-je sur eux ? La question se pose à tous. Mais les chrétiens encore plus que les autres, de par ce qu’ils portent, sont attendus sur la réponse…
 
Aujourd’hui et demain
On réagit rarement de façon juste dans l’émotion. Cette photo d’un enfant rejeté par la mer n’exige pas de nous une réaction efficace immédiate – qu’on a du mal à imaginer – mais elle doit susciter une vraie prise de conscience. De façon profonde et à long terme, nous pressentons ce qu’il nous faut faire : tenir dans nos racines et ouvrir nos cœurs.
Et pour aujourd’hui ?
Prier et se mobiliser pour que nos gouvernants œuvrent réellement pour la paix dans ces pays. Pour que les puissants de ce monde s’engagent. Face à ces crises terribles, nous tournons le regard vers nos chefs. Qui nous entraînera à sa suite, dans un engagement durable et profond au service de nos frères ? Pour sauver le système financier, ils ont su se mobiliser. Pour libérer le Koweït et ses champs de pétrole, ils ont décidé la guerre. Que feront-ils pour imposer la liberté religieuse, protéger les minorités et éradiquer les barbares de Daech ? Quels sacrifices sommes-nous capables d’accepter ? Combien de vies sommes-nous prêts à voir tomber parmi les nôtres pour cela ?
Me rappeler aussi qu’au-delà des chiffres, des problèmes politiques, des slogans, il y a des personnes. Ne pas l’oublier quand j’en parle. A leur place, j’aurais peut-être essayé de faire de même. Folie certes. Mais un papa qui ne peut plus nourrir ses gosses est prêt à cette folie. Surtout quand on lui promet monts et merveilles, là-bas, de l’autre côté de la mer. Au moins me laisser bousculer, interpellé. Ne pas fermer les yeux. Ne pas m’habituer à la misère.
Enfin, vivre la charité. Maintenant, là où je suis. Avec ceux qui sont là. Avec mon voisin, avec les pauvres cachés de nos quartiers. Solitude, précarité, retard scolaire, drogues… que de pauvretés cachées, mais bien là, pas loin de moi, touchant tous les âges. Peut-être encore plus dur à voir sans s’habituer. Mais pour le coup, je peux agir. Un cœur qui s’entraîne, qui s’exerce à la charité, n’en devient que plus généreux. Il est prêt, s’il faut faire plus demain. La charité se fait inventive. Elle nous presse. Nous inventerons, avec une seule certitude : au-delà des "résultats" ou des "erreurs", nous ne regretterons jamais d’avoir aimé…

www.padreblog.fr/, 3 septembre 2015

Entre Daech et Chrétiens d'Orient

Publié dans Du côté des élites
Entre Daech et les Chrétiens d'Orient, la RATP doit choisir
 
En pleine semaine sainte, la polémique ne pouvait passer inaperçue.
Mgr Di Falco a révélé que la RATP avait exigé que soient retirées des affiches annonçant le prochain concert du groupe "Les Prêtres" la mention "au profit des Chrétiens d'Orient". Aux premières demandes d'explication, le groupe répond par le principe de "laïcité".
La bêtise de l'argument va jusqu'à mettre en colère le député Joël Giraud, dont le Parti Radical de Gauche est pourtant connu pour sa vision souvent restrictive de la laïcité. Ce député vient au secours de son évêque en dénonçant une décision de la RATP qui relève selon lui d'un véritable "intégrisme laïc".
Les réseaux sociaux s'enflamment, et la RATP promet une nouvelle réaction, en lien avec sa régie publicitaire Metrobus. Cette nouvelle réaction est encore pire et révèle au choix une ignorance crasse de la situation ou un mépris incroyable des minorités persécutées dont il est question.
 
Si la RATP a exigé que soit supprimée la mention des Chrétiens d'Orient, c'est parce que "la RATP et sa régie publicitaire ne peuvent prendre parti dans un conflit de quelque nature qu'il soit" selon leur communiqué commun. "Toute atteinte à ce principe ouvrirait la brèche à des prises de positions antagonistes sur notre territoire". Annoncer que ce concert était offert au profit de ces chrétiens d'Orient est "une information se situant dans le contexte d'un conflit armé à l'étranger et (…) le principe de neutralité du service public qui régit les règles de fonctionnement de l'affichage par Métrobus, trouve en effet dans ce cas à s'appliquer."
Vous avez bien lu. Pour la RATP, les Chrétiens d'Orient sont juste un camp face à l'autre, un camp pour lequel on ne peut pas prendre parti. Alors que la France, par la voix de Laurent Fabius, se démène à l'ONU pour que cesse le génocide dont sont victimes ces minorités d'Irak et d'ailleurs, alors que le Président de la République a reçu des Chrétiens obligés de fuir leur pays pour ne pas être massacrés par Daesh, la RATP -elle- refuse de choisir. Entre Daesh et ses victimes, elle veut rester "neutre".
 
Cette neutralité-là est impossible.
Cette neutralité est une complicité avec celui qui massacre, contre l'innocent qui est massacré. Cette neutralité rappelle celle de Pilate et de tous ceux qui l'ont suivi depuis 2000 ans, se lavant les mains des massacres commis, et fermant les yeux sur le sort des victimes, pour ne pas faire de vagues ni perdre leur poste. Cette neutralité est indigne d'un groupe comme la RATP, elle révolte sans aucun doute nombre de ses agents qui ont pleuré avec tous nos compatriotes les victimes de l'horreur terroriste. Cette neutralité-là est une insulte à la France, qui a toujours mis sa fierté à défendre les droits de l'homme, et particulièrement des minorités persécutées, partout dans le monde. Plutôt que de reconnaître humblement et simplement une erreur d'appréciation, la RATP s'enfonce et finit par justifier l'injustifiable. Quel aveuglement et quel mépris a-t-il fallu à celui qui a donné l'ordre de rayer de l'affiche cette mention des Chrétiens d'Orient ! Et à ceux qui ont rédigé ce communiqué ? Pensaient-ils faire taire la voix des persécutés, réduire au silence la communauté chrétienne, et au-delà des Chrétiens, tous ceux qui sont émus par le sort des minorités martyrisées en Orient, en invoquant le principe de "neutralité"?
 
Je repense à la supplication des Chrétiens réfugiés rencontrés à Erbil en Irak, en accompagnant Mgr Barbarin qui venait les visiter et les soutenir. "Ne nous oubliez pas !" disaient-ils aux français. "Ne nous effacez pas !" sera leur nouveau cri du cœur, en apprenant cette histoire qui nous fait honte.
 
Pierre Mongin, président de la RATP, se retrouve ce jour devant trois questions auxquelles il doit répondre pour faire cesser le trouble :
- valide-t-il ce communiqué ou reconnaît-il une erreur bien regrettable mais du coup pardonnable ?
- pense-t-il qu'on puisse être "neutre" devant le massacre des chrétiens persécutés ? Entre Daesh et ses victimes, la RATP peut-elle revendiquer un principe de neutralité ?
- serait-ce le mot "chrétiens" qui gêne certains, comme pourrait le laisser penser, dans un premier temps, le recours à l'argument de la laïcité ?
Il faut espérer qu'il aura à cœur de nous rassurer et de réparer ce scandale, avant qu'il ternisse pour nous tous la joie de Pâques !

Figarovox, 1er avril 2015

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version