Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

HADDAD  Mezri

HADDAD Mezri

Né le 2 juillet 1961
Marié - 2 enfants
 
Philosophe
Ancien Ambassadeur


Doctorat de philosophie morale et politique
   Problématique des rapports entre l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel dans l’Islam et dans le Christianisme.
DEA de philosophie morale et politique
   Matérialisme historique et lutte des classes chez Karl Marx
Maîtrise de philosophie morale et politique
   L’idéologie communiste et l’islamisme : analyse et perspective. Une étude politico-philosophique 
Maître de conférences en théologie catholique (Premier candidat de tradition musulmane qualifié)
 
Réalisateur et maquettiste de la Revuede la Radio Télévision Tunisienne (1982-1983)
Chercheur au Centre de recherche sur la Pensée antique (grecque), associé au CNRS (1991-1994)
Chercheur au Centre d’histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévales, associé au CNRS (1999-2001)
Enseignant d’histoire à Paris VII - Denis Diderot, UFR Géographie, Histoire et Sciences de la Société (1999-2001)
Conseiller politique auprès de la rédaction de l’hebdomadaire indépendant Réalités (depuis 2000)
Ambassadeur de Tunisie auprès de l'UNESCO
 
Ouvrages
Introduction à la pensée islamique - ouvrage d’Histoire des idées politiques (1990, réédition 1991 et 1992)
Islam et athéisme, dans Rétrospective (2000)
Le politique est coupable, pas le religieux - ouvrage collectif intitulé L’islam est-il rebelle à la libre critique ? (2001)
Symbiose et non osmose, diversité et non dilution - ouvrage collectif intitulé "Arabofrancophonie" (2001)
Du théologico-politique comme problématique commune à l’islam et au christianisme –
      ouvrage collectif intitulé Pour un Islam de paix (2001)
Réflexion sur l’islam et le christianisme dans leur rapport au personnalisme –
      ouvrage collectif intitulé La Personne et son avenir (2002)
Non Delenda Carthago - Carthage ne sera pas détruite - Autopsie de la campagne antitunisienne (2002)
Rôle du dialogue des religions pour asseoir les fondements de la paix –
      ouvrage collectif intitulé Du dialogue euro-arabe, exigences et perspectives (2003)
L’information et la continuité culturelle entre les Arabes et l’Occident (2004)
Tunisie : des acquis aux défis - ouvrage collectif (2004)
Violence anomique ou violence atavique ? –
      ouvrage collectif (direction de Raphaël Draï et J-François Mattéi) intitulé La République Brûle-t-elle ?
Essai sur les violences urbaines françaises (2006)
Genèse de la dissidence dans l’islam des origines - Préface au livre La grande discorde de l’islam (2006)
Peut-on considérer le Comparatisme comme pierre angulaire du dialogue entre les religions et les civilisations et comme  
     fondement éthique et épistémologique de la Tolérance ? – ouvrage collectif intitulé Dialogue des Religions d’Abraham pour la
     tolérance et la paix (2006)
Du théologico-politique dans l’islam et dans le christianisme (2007)
Histoire universelle des idées politiques (2 volumes), en négociation avec Grasset et La Table Ronde (2007)
La face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque (2012)
 
Nombreuses collaborations
Près de 500 articles publiés dans les domaines culturel, politique et relations internationales, dans la presse écrite arabe (Al-Moharrer, Al-Hayet, Al-Watan,Réalités, Al-Quds) et française (Libération, Le Figaro, Le Monde, Jeune Afrique, Marianne, Le Point, Afrique Asie…)
dont :
 
Religion et politique - Jeune Afrique n° 1979 - 15-21 décembre 1998
Discours de la méthode islamiste - Marianne - 3 janvier 1999
Voile islamique : la loi au-dessus de la foi - Le Figaro - 14 octobre 2003.
L’islam, otage des talibans – Libération - 21 mars 2001
Allah, que de crimes en ton nom ! - Le Monde - 9 mars 2001
La Tunisiene vit pas un cauchemar - Le Monde - 6 février 2001
Le virus théocratique - Le figaro - 3 octobre 2001
Les leçons d’un attentat - Le Figaro - 20 avril 2002
Du droit-de-l’hommisme - Le Figaro - 4 novembre 2002
Aux sources du refus français - Le Figaro - 26 février 2003
L’intégrisme, une chance pour la laïcité ! - Le Figaro - 20 février 2004
Un spectre hante l’Hexagone : l’activisme islamiste - Le Figaro - 28 juin 2003
Par-delà le Bien et le Mal – Libération - 19 septembre 2001
Prélude au choc des civilisations – Libération - 15 avril 2003
Europe-Turquie : le marchand de tapis et la stripteaseuse – Libération - 31 décembre 2004.
Discours américain et méthode tunisienne - Le Figaro - 28 mars 2005
SMSI : les véritables enjeux de Tunis - Tribune de Genève - 30 septembre 2005
La Shoah, second péché originel ou l’humanisme en question - Réalités n° 1042 - 15 décembre 2005
Islamisme et démocratie : lequel dissout l’autre ? - Le Monde - 4 février 2006
Vrais et faux ennemis de l’islam – Libération - 26 septembre 2006
Plaidoyer pour une éthique de la responsabilité - Le Figaro - 6 octobre 2006
Les limites de la perestroïka turque - La Libre Belgique - 8 novembre 2006
Les effets pervers d’une loi vertueuse - Le Soir (Belgique) - 18 octobre 2006
 
Conférences
En FRANCE, Université Paris II-Assas, Université Paris IV-Sorbonne, Université Paris VII-Jussieu, Maison universitaire du Maroc (Paris), Centre culturel égyptien (Paris), Institut du Monde Arabe (Paris), UNESCO (Paris), Institut Hannah Arendt (Paris), HEC (Jouy en Josas), Sénat (Paris)
en BELGIQUE, Université Libre de Bruxelles
en GRANDE BRETAGNE, London School of Economics
au CANADA, Université Laval
aux ETATS-UNIS, Georgetown University
au QATAR, Palais des Congrès
en TUNISIE, Faculté de Droit et de Sciences Politiques, Institut de Presse et Sciences de l’Information, Institut supérieur de Théologie (Tunis), …
en SUISSE, au Palais des Nations Unies (ONU, Genève)
 
Membre-Sociétaire de la Société des Gens de Lettres de France (SGDL), fondée en 1838 par H. de BALZAC et V. HUGO
Membre du Conseil d’Administration de Daedalos Institute of Geopolitics, Nicosie, CHYPRE
Membre fondateur de l’association Synergie France-Tunisie (Paris)
Fondateur et Secrétaire Général du CLPFT, le Cercle des Libres Penseurs Franco-Tunisiens (Paris)
Membre du Rassemblement des écrivains arabes
Membre de la Fondation des philosophes arabes.

URL du site internet:

F. Fillon, victime expiatoire

Publié dans Du côté des élites
François Fillon, victime expiatoire de la crise des démocraties libérales ?
 
Que ceux qui essayent d'éliminer le redoutable concurrent qu'est François Fillon s'inspirent de l'exemple américain : les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump… pour le meilleur ou pour le pire !
 
Et si le procès que l’on fait au candidat des Républicains n’était en fait que le procès de la démocratie ?  Et si ce procès sans juge, sans avocat, sans partie civile et sans tribunal - si ce n’est la Haute cour médiatique et ses résonnances cybernétiques - n’était en réalité que celui de la démocratie en général, voire du régime démocratique dans son essence, depuis que Platon en a disséqué le corps et sondé l’esprit ? Et si l’affaire n’était en réalité que le reflet de ce grand Malaise dans la démocratie, remarquablement analysé par Jean-Pierre Le Goff ?   
En d’autres termes, ce n’est pas tant l’attitude supposée d’un François Fillon qui serait à blâmer, encore moins à lyncher publiquement, mais le système démocratique lui-même qui est à repenser, à expurger et à réformer, parce qu’il est porteur des germes de sa propre auto-corruption et que les dérives de la démagogie, du populisme, du clientélisme et du népotisme sont inscrites dans ses chromosomes, constituant ainsi son péché originel.
 
Par-delà l'affaire elle-même, dont le dénouement n’appartient qu’à la justice, il faudrait s’abstenir d’occire l’ennemi et de frapper l’hostie, pour se pencher sur l’essentiel : la crise de la démocratie libérale dont l’affaire Fillon n’est que l’un des symptômes.  
Malheur à celui par qui le scandale arrive : le grand paradoxe ou injustice est que cette réforme fondamentale de la démocratie parlementaire et postmoderne est portée par celui que certains stigmatisent et que d’autres culpabilisent, non guère par vertu mais par haine de classe, comme dirait leur très cher Marx, et surtout par calcul bassement politicien. Serait-ce parce qu’il dénonce cette corruption éminemment plus grave et dévastatrice pour la France, à savoir celle des valeurs, des idées, de la civilisation, de l’identité, de la laïcité, de la République… qu’on cherche à le discréditer par la casuistique moralisante d’une hypothétique prévarication ?
 
Il n’y a pas pire bassesse que de disqualifier un adversaire politique sans livrer bataille. Il n’y a pas pire lâcheté que d’éliminer un candidat sans l’affronter à visage découvert, sur les idées qu’il défend et sur le programme qu’il préconise pour relever un pays économiquement exsangue, sécuritairement exposé, socialement atomisé, culturellement agressé et spirituellement anesthésié. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et cela vaut aussi bien pour François Fillon que pour tous les hommes politiques, depuis Valéry Giscard d’Estaing jusqu’à Dominique de Villepin, en passant par Pierre Bérégovoy dont on avait "livré aux chiens l’honneur" pour reprendre cette formule à Mitterrand. Combien d’hommes d’Etat ont été jugés et exécutés sur une présomption, une délation fallacieuse, ou même un égarement moral, et jamais sur leurs compétences intrinsèques et à plus forte raison sur leur patriotisme ? Les hommes, tous les hommes ont leurs titres de noblesse et de faiblesse.

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre, enseignent les Evangiles que le laïcisme honni et que le gauchisme méprise. Plutôt que de voir la paille dans l’œil de Fillon, les archanges de la pureté morale et autres Torquemada de la vertu devraient regarder la poutre dans leurs propres yeux. La quasi-majorité des élus de droite comme de gauche emploient des proches ou intercèdent en leur faveur pour les faire embaucher dans telle ou telle ministère ou entreprise. Ce n’est pas un crime ni un délit.
C’est un habitus, une tentation humaine, trop humaine pour susciter autant de calomnies et de lynchage médiatique n’épargnant ni un homme présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, ni son épouse, ni ses enfants.
 
Il est parfaitement clair que dans cette cabale très bien ficelée et synchronisée, les gardiens de la vertu et de la pureté ont ciblé l’épouse pour atteindre le candidat à la présidence. Mettre à mort un adversaire politique, ce n’est pas nouveau dans le rituel "démocratique". Si la démocratie athénienne a fait son entrée dans l’Histoire par la condamnation à mort de Socrate, la démocratie française a inauguré son règne par la décapitation de Louis XVI et de son épouse, Marie-Antoinette, celle que la horde appelait l’étrangère et que l’élite souillait par la vraie fausse "affaire du Collier". Dans ce que certains qualifient déjà de "Penelopegate", il y a beaucoup de violence symbolique et il y a également du non-dit qui joue sur le ressentiment populaire, sur l’atavisme instinctif et sur la mémoire collective !   
 
A supposer qu’il y eut "faute", nonobstant le caractère parfaitement légal d’embaucher son conjoint, tout homme a droit à l’erreur précisément parce qu’il est humain. Même pour les sacro-saints Papes, l’infaillibilité est un dogme, pas une essence. Mais, comme le disait si justement Shakespeare, "Sois aussi chaste que la glace et aussi pur que la neige, tu n’échapperas cependant pas à la calomnie". La politique est intrinsèquement violente et dans l’éthique de certains, tous les moyens sont bons pour éliminer un redoutable concurrent qui pourrait mettre fin à leur pouvoir et provoquer le redressement politique, économique, diplomatique et civilisationnel de la France. Mais attention aux effets d’agrégation : aux Etats-Unis, les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump…pour le meilleur ou pour le pire !
Publié sur Atlantico, 6 février 2017 envoyé par l'auteur

Dans la mare pétrolière du Qatar

Publié dans Du côté des élites
Un pavé dans la mare pétrolière du Qatar
 
Mezri HADDAD, philosophe et directeur du Centre International de Géopolitique et de Prospective Analytique (CIGPA)
 
Il y a les aphorismes de Sénèque, les pensées de Pascal, les essais de Montaigne, les propos d'Alain... et les adages de Séguéla ! Parmi les plus célèbres, cette perle relative à l'ancien héritier sans héritage du gaullisme, Nicolas Sarkozy : "Si, à cinquante ans, on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie". De quoi motiver certains ambassadeurs qataris, susciter certaines vocations et donner des envies suicidaires à 95 % de la population française, y compris les philosophes, les polytechniciens, les universitaires et les professeurs de médecine qui ne portent pas de Rolex ! Mais pas à un certain nombre de ministres, de députés et de sénateurs qui ont bien retenu la leçon hédoniste du philosophe Jacques Séguéla.
 
A croire les révélations nauséabondes de Christian Chesnot et Georges Malbrunot dans leur dernier livre Nos très chers émirs, il y aurait des ministres, des députés et des sénateurs qui ont réussi leur vie plusieurs fois ! Plus exactement tous les ans, lorsqu'ils recevaient notamment une Rolex des mains de l'ancien ambassadeur du Qatar en France, Mohamed Al-Kuwari, qui a passé dix années à Paris (2003-2013) à distribuer cadeaux onéreux, enveloppes et "bons d'achats dans les grands magasins" à des élus et à des ministres qui étaient vraiment dans le besoin. Nommé depuis 2013 ambassadeur aux Etats-Unis, cet orfèvre de la diplomatie du carnet de chèque aurait corrompu plusieurs figures de l'élite républicaine, et pas seulement celles que les auteurs livrent en pâture dans leur réquisitoire !
Bien des noms "illustres" de la classe politique de gauche comme de droite, qui broutaient dans les mains du diplomate bédouin, sont en effet épargnés par les auteurs faute de preuves. Et qui aurait fourni les preuves accablantes si ce n'est le nouvel ambassadeur de l'émirat islamo-mafieux, nommé en France en 2013 pour y faire le grand nettoyage au Karcher et donner une meilleure image de son pays désormais gouverné par le jeune émir Tamim, un réformateur, qui "se veut prudent dans sa politique tant extérieure qu'intérieure". D'où le dosage bien méticuleux des noms qu'il faut sacrifier parce qu'ils ne sont plus utiles à la propagande qatarie, et ceux qu'il faut préserver et occulter parce qu'ils peuvent encore servir dans l'avenir la "démocratie" qatarie. On coupe les branches mortes et on épargne le tronc et les jeunes pousses.
 
Ce n'est peut-être pas leur objectif premier, mais le brulot de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, édité chez le même éditeur que Qatar-France. Une décennie de diplomatie culturelle, 2003-2013 ( !), ressemble fort bien à une tentative de restauration et de rénovation de l'édifice qatari, un régime oligarchique islamo-mafieux, qui a gangréné la France par l'argent... et par l'islamisme "modéré", et dont l'image en France ainsi que dans le monde n'est plus aussi phosphorescente qu'auparavant. A moins que la politique du jeune Tamim soit désormais effectivement et authentiquement aux antipodes de la politicaillerie nuisible et destructrice qui a été menée durant dix sept ans par les deux Hamad, son père Ben Khalifa al-Thani et son oncle Ben Jassem, l'intarissable financier des Frères musulmans et le pourvoyeur de fonds des islamo-terroristes "modérés" en Syrie, en Irak, au Maghreb, en Afrique et peut-être même en Europe !
Que le fils de son père et de sa mère Mozza ait changé, c'est tout à son honneur et c'est après tout à fait possible et souhaitable. C'est du moins ce que laisse entendre son cousin et ambassadeur en France, Meshaal al-Thani, qui a été nommé depuis septembre 2016 ambassadeur du Qatar aux Etats-Unis, le pays de l'Ethique protestante et de l'esprit du capitalisme ! Selon ce Qatari dont la fin de mission diplomatique en France coïncide étrangement avec la sortie du livre Nos très chers émirs : "Je n'ai jamais vu cela auparavant ! J'ai fréquenté des politiques partout ; mais aucun ne s'est comporté comme certains Français, aucun ne m'a demandé de l'argent aussi abruptement, comme si c'était naturel, comme si on leur devait quelque chose ! On n'est pas une banque...On me demande à Doha de lutter contre la corruption, je ne suis pas là pour régaler les hommes politiques français...", qui prennent l'ambassade pour un "distributeur de billets de 500 euros".
Et il s'en lava les mains tel Ponce Pilate ! Si les serviles serviteurs du Qatar, aujourd'hui lâchés par la mère nourricière, avaient lu un tant soit peu Ibn Khaldûn, ils auraient été un peu plus prudents dans leur relation pécuniaire et épicurienne avec les bédouins de Doha. Le grand précurseur du matérialisme historique et de la sociologie politique avait écrit des pages exquises sur la "fidélité" et la "loyauté" des bédouins du Machrek et du Maghreb.
 
Ainsi, ce n'est plus le péché originel des corrupteurs qui ont pourri la politique, la religion, la diplomatie, la culture et le football par leur pétrodollars, qui est dénoncé, mais la faute aux corrompus dont la prévarication boulimique n'a d'égale que leurs interminables homélies dédiées à la démocratie et leurs odes à la gloire des droits de l'homme... blanc, chez l'Arabe et chez l'Africain. Au pays des Lumières et des valeurs universelles, seules les valeurs boursières semblent avoir survécu... chez les "rolexés"!
Pecunia non olet disait l'empereur romain Vespasien. Si l'argent en général n'a pas d'odeur, celui du Qatar en avait une qui était particulièrement pestilentielle. Et si l'étendue de la prévarication se limitait uniquement à certains élus et ministres de gauche comme de droite, dont le Qatar a balancé les noms, le mal ne serait pas si grand. La corruption en général et pas seulement celle qui émanait du Qatar, a touché indistinctement certains droit-de-l'hommistes, certains avocats, chercheurs et ramasseurs des biens dits mal acquis des autocrates arabes et africains, certains hauts fonctionnaires du Comité olympique, certains écrivassiers, et certaines brebis galeuses de la corporation journalistique, notamment celle qu'on avait prise la main dans la maroquinerie marocaine et qui est devenue depuis la conseillère en communication de l'homme fort de Tripoli, Abdelhakim Belhadj, un ancien d'Al-Qaïda reconverti dans l'islamisme "modéré" et dans l'affairisme outrancier !
 
C'est qu'avant d'être une idéologie totalitaire, théocratique et prosélyte, l'islamisme est d'abord une question de business et d'affairisme véreux. Bien plus grave que les Rolex, les enveloppes, les billets d'avion et les bons d'achats distribués à gauche et à droite, le livre de Chesnot et Malbrunot évoque aussi le financement des mosquées en France et la concurrence pour le contrôle de l'Islam au pays de Voltaire, entre deux frères ennemis, le Qatar et les Emirats Arabes Unis. Le premier pays investissant dans le salafisme et dans la secte des Frères musulmans, et le second pays, dans un Islam quiétiste et compatible avec les valeurs de la République. Signe qui ne trompe pas et qui accrédite la thèse des auteurs suivant laquelle le Qatar a vraiment changé : l'Observatoire de Nabil Ennasri, caisse de résonnance de Qaradaoui et de Tariq Ramadan en France, n'est plus en odeur de sainteté chez les qataris. Taquiya (duplicité), un art dans lequel les Frères musulmans excellent, ou changement idéologique et stratégique réel ?
 
Nos très chers émirs, est un livre qui lève un coin du voile (islamique) sur les turpitudes de l'émirat gazier et la concussion de certains hommes et certaines femmes politiques. Il confirme aussi un trait ontologique au système démocratique, ce qui constitue même son principal talon d'Achille, à savoir la corruption. "Tout ce qui naît est soumis à corruption" disait Platon, pour lequel la démocratie est le pire des régimes politiques précisément parce qu'il est, selon le disciple de Socrate, le régime le plus licencieux et le plus corrompu.
Dans les cercles mondains et diplomatiques, on raconte cette anecdote sur les ambassadeurs : la première année de sa nomination, un ambassadeur travaille pour son pays, la seconde année pour le pays d'accueil, et les années qui suivent, pour son propre intérêt. Je termine par cette anecdote car l'ambassadeur au chômage que j'étais devenu après ma démission le 13 janvier 2011 a rencontré Mohamed Al-Kuwari, le philanthrope du microcosme parisien. "Le régime tunisien, c'est terminé. Pensez maintenant à votre avenir ; j'ai demandé à vous voir pour vous tendre la main", m'avait-il dit un samedi de mai 2012. L'auteur de ces lignes a résisté à la tentation bédouine, non guère parce qu'il était plus vertueux que certains ministres ou députés français, mais parce qu'il n'était ni de gauche ni de droite mais de Tunisie, et qu'il fut naguère l'ambassadeur d'un Etat qui n'était pas du tout démocratique !

Paru sur Le Huffington Post, 3 novembre 2016

Peut-on réformer l’islam... ?

Publié dans En France
Peut-on réformer l’islam sans toucher à ses fondements ?
 

Le philosophe avance les conditions d’une réforme de l’islam de France qui soit compatible avec la République.
 
Si la République providence offre aux musulmans son école, ses soins médicaux et d’autres avantages sociaux, Allah leur assure la vie après la mort et par-delà la mort, un Éden charnel, ésotérique et même érotique. Entre ce que donne la République ici-bas et ce que promet Allah dans l’au-delà, le combat est donc inégal.
On demande aux musulmans de France de défendre leur patrie, mais la majorité des Français la défende-t-elle suffisamment ? Jusqu’aux derniers attentats, l’hymne national n’avait pas droit de cité dans les écoles, encore moins dans les banlieues autarciques de la République. Dans les écoles précisément, Voltaire doit manger halal pour que sa philosophie soit digeste pour certains. Alors que la Nation était une âme pour Renan, elle est devenue une nationalité, un passeport convoité pour ce qu’il procure et non pour ce qu’il incarne.
 
Faute d’assimiler les musulmans de France, on a fini par intégrer à la République un islamisme exogène, incompatible avec aussi bien les valeurs laïques de l’État que les fondements humanistes de la civilisation occidentale. En trente ans d’entrisme islamo-trotskiste et de prosélytisme sournois, l’islam est aujourd’hui sous le contrôle de l’UOIF, qui est une ramification des Frères musulmans, qui sont placés sous la chefferie de Youssef Qaradaoui, dont le discours ne laisse aucun doute quant à ses ambitions : "Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques nous vous dominerons." Est-ce avec les ouailles de cet intégriste qu’on va réformer l’islam ?
 
Réformer l’islam, cela fait des années que de belles âmes occidentales y appellent et que des intellectuels musulmans s’y attellent. Traumatisés par les dernières abominations terroristes, des responsables politiques de gauche comme de droite, jusqu’alors laxistes et islamophiles, ont signifié aux représentants de l’islam de France l’impératif catégorique de procéder d’urgence à la réforme de leur religion. Et aux zélotes de l’islamisme de répondre favorablement à cet appel républicain, subitement conforme aux préceptes coraniques !
Mais qu’entendent-ils au juste par réforme urgente, et d’abord peut-on réformer dans l’urgence une doctrine vieille de quatorze siècles ? Peut-on séculariser un islam communautariste, qui a mis trente ans avant de s’imposer aux musulmans de France, voire à toute une société fragilisée par trois siècles de pernicieuse déchristianisation et submergée par un néopaganisme et un hédonisme effréné ?
On peut réformer dans l’urgence le Code du travail, ou celui de la famille, ou encore la législation sur la protection d’une espèce rare de crapauds, mais il est difficile de procéder de la sorte lorsqu’il s’agit de toucher à une croyance nécrosée et névrosée, qui a été réfractaire à toutes les expériences de sécularisation.
 
De la Nahda (renaissance), initiée au XIXe siècle par des philosophes musulmans éblouis par les Lumières françaises, jusqu’aux réformes les plus audacieuses d’un Atatürk ou d’un Bourguiba, toutes les tentatives d’adaptation de l’islam à la Modernité ont lamentablement échoué, y compris en Turquie et en Tunisie où les Frères musulmans sont au pouvoir.
Afin que la réforme de l’islam ne soit pas un slogan ou un vœu pieux, il va falloir nommer l’innommable et dire l’indicible : ils ont fait d’Allah un Moloch, de Mohammed un sanguinaire, du Coran un manuel politique, de la charia un tract djihadiste, et de l’islam une nationalité plutôt qu’une communauté de foi. Déjà au début du siècle dernier, l’égyptien Ali Abderrazek poussait ce cri de détresse : "Oh Prophète de l’islam, ils ont fait de toi un roi car c’est la seule divinité qu’ils respectent !"
 
Pour en assurer l’impact psychologique et en garantir les effets sociologiques, culturels, politiques et sécuritaires, la réforme en question doit d’abord considérer que l’islam est une religion qui s’inscrit dans la continuité du monothéisme judéo-chrétien, et que sa déviance, l’islamisme, est une religion séculière qui s’inscrit dans la continuité totalitaire du nazisme et du communisme. Cette distinction n’est pas un écho au stupide "pas d’amalgame", car il existe bel et bien un lien de causalité entre islam, islamisme et terrorisme ; mais elle répond à une vérité historique indéniable.
Si on la veut profonde et pérenne, cette réforme de l’islam, que seules les autorités intellectuelles et spirituelles musulmanes peuvent entreprendre, doit répondre aux impératifs suivants :
. L’immanence du corpus coranique. En d’autres termes, déclarer le Coran - à l’instar de nos illustres Mutazilites - Texte crée par l’esprit de l’homme et non guère dicté par Dieu.
. La contextualisation des versets coraniques problématiques. Autrement dit, juger caduques les exégèses traditionnelles et adopter l’herméneutique, qui consiste précisément à expliquer le Texte par le contexte.
. La désacralisation intégrale de la Sunna et de la charia qui lui est consubstantielle. C’est-à-dire déclarer nulle et non avenue toute cette littérature théologico-normative qui remonte au IIe siècle de l’islam et qui est par conséquent totalement incompatible avec la Modernité.
. La disjonction du théologique et du politique, qui n’est pas seulement une exigence de la modernité mais aussi une tendance intrinsèquement coranique, nonobstant tous les stéréotypes essentialistes que l’on entend depuis des années si ce n’est des siècles sur le prétendu lien indissociable du temporel et du spirituel dans la religion "mahométane", à l’inverse du christianisme qui serait ontologiquement laïque en raison du "Rendez à César"… La révision de fond en comble du sempiternel dialogue des religions qu’on a fondé sur la fraternité abrahamique et sur la Tolérance, et dont on mesure les conséquences miraculeuses aujourd’hui, aussi bien en Orient d’où les chrétiens sont expulsés ou massacrés, qu’en Occident, où les musulmans affluent de partout alors qu’ils sont de moins en moins tolérés. Désormais, c’est sur la connaissance plutôt que sur la tolérance qu’il faudrait asseoir le dialogue des religions. La connaissance de l’autre (le juif et le chrétien) dans ce que l’autre pense de lui-même, c’est-à-dire dans ses propres Textes fondateurs.
 
Telles sont les conditions d’une réforme globale et stratégique de l’islam de France, si on le veut compatible avec la République et au diapason de la Modernité. Quant à la réorganisation des musulmans en France, elle est désormais du ressort de Jean-Pierre Chevènement qui, pour en avoir été l’un des précurseurs, connaît bien le dossier… ses écueils et ses aléas !

Paru dans Le Figaro, 22 août 2016

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version