Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

HOUARD Hyacinthe Marie

HOUARD Hyacinthe Marie

Né le 20 octobre 1927
 

Séminaire Saint Sulpice à Paris
Institut Catholique de Paris
Sorbonne
 
Otage des forces d’occupation - Echappe à l’exécution (5 avril 1944) 
                           
Professeur puis censeur à l’Ecole Saint Charles de Saint-Brieuc (1955-1963)
Aumônier des étudiants à l’Université Catholique d’Angers         (UCO) (1963)
 
Organisation de l’accueil des étudiants de l’Université Notre-Dame (Indiana USA) (1964)
Fondation du Centre International d’Etudes Françaises (CIDEF) (plus de 1500 étudiants étrangers chaque année)
Nommé secrétaire général de l’UCO (1965)
Entreprend la construction de bâtiments (plus de 10 000 m2)
     qui sont inaugurés le 9 mai 1968 par M. Edmond Michelet, ministre de la Culture
Après la crise de 1968 et l’affaire dite des "équivalences", participe à la création des
     premiers instituts universitaires professionnalisés (1970)
Construction de la nouvelle bibliothèque de l’UCO (1979-1980)
Fondation avec l’aide de la Région des Pays de la Loire et du Département de
     Maine-et-Loire de l’Institut des Relations Publiques et de la Communication
     (IRCOM) (1983)
Fondation de l’Institut Albert-le-Grand (formation de Lettres et Sciences Politiques) (1993)
 
Ouvrages
 
Parcours d’un combattant, Presses de la Renaissance (2006)
Mots de Passe, Editions Carrick, Scouteuropresse (2007)
L’esprit de communication, Amis de l’Ircom (2008)
 
Distinctions
Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur
Médaille du Département pour services rendus au Maine-et-Loire

URL du site internet:

La foi n'est pas coutume

Publié dans Au delà

Un regard d'aujourd'hui sur des réalités de toujours. Quand journaux, radios et télévision parlent d'un renouveau religieux qui agiterait l'opinion, les indifférents sont perplexes et les autres se demandent de quelle religion il s'agit tant se multiplient les familles spirituelles. L'auteur s'emploie à exposer ici, dans le langage familier, la réponse du christianisme. Pendant deux mille ans, tandis que ne cessaient d'évoluer nos connaissances, celui-ci a pu vérifier que le progrès n'ébranlait en rien le socle de sa foi mais pouvait au contraire être guidé par elle. Qu'il s'agisse de l'enfant qui dessine ou de l'ingénieur qui construit, l'homme est naturellement créateur. Il exprime ses idées dans les choses tandis qu'autour de lui, les secrets de l'univers disent la
pensée qui les a conçus. Curieuse rencontre entre créateur et création. Mais la voie s'ouvre pour la découverte d'une proximité insoupçonnée. Quelqu'un était là, tout près de moi, familier de mes entreprises, averti de mes limites, apte à pallier mes défaillances comme à partager ma peine et tellement heureux de fêter avec moi la victoire. Il était là, et je ne le savais pas ! (Gn 28,16) Il, c'est Dieu. Ces pages vous invitent à faire connaissance. C'est en agissant que vous le rejoignez. Sans cesse tiraillé entre la confiance et la méfiance, soucieux de voir si votre foi est une hypothèse qui fonctionne bien, vous n'avez rien à craindre des découvertes qui troubleraient votre tranquille
accoutumance.

Editions du Jubilé - le sarment

Le temps des ONG

Publié dans A tout un chacun

Qui pourrait aujourd'hui contester le naufrage de notre système éducatif ? Dans un article paru dans le Figaro du 7 janvier, Luc Ferry, ancien titulaire de ce ministère, déplore les 160 000 adolescents quittant l'enseignement sans diplôme ! Encore ne fait-il pas état de tous les diplômés dont le diplôme ne vaut pas grand'chose.
On peut penser, avec lui, à une réforme radicale de la malheureuse utopie du collège unique. Mais le remède qu'il propose paraît bien difficile à mettre en oeuvre. Il pense que les enseignants y sont prêts. Mais le monde professionnel peut-il se laisser envahir par les enfants qui viendraient compenser chez lui les déficiences de leur formation ? En effet, le mal vient de plus loin, du défaut de maîtrise des mécanismes élémentaires de la pensée, des mécanismes qu'on ne peut connaître qu'en les appliquant.
Quand sombre ainsi le paquebot, qui pourrait en vouloir à ceux qui lancent des canots de sauvetage ? Et comment en vouloir à l'Eglise ? Elle fut la première à comprendre que l'instruction est, pour chacun, la clef de l'avenir. Ses initiatives ont ainsi fait d'elle, entre autres, la première ONG du développement durable de la jeunesse. On objecte qu'elle isole ainsi ceux qui montent à son bord. Mais elle ne force personne et ne refuse que ceux qui la feraient couler.
Et d'ailleurs, quel bénéfice y a-t-il aujourd'hui à se noyer dans la masse ? Rousseau disait "l'homme naît bon ; la société le déprave". On peut douter de l'innocence native. On ne peut plus douter de la nuisance sociale. C'est aux plus grands que l'enfant emprunte la grossièreté du langage, le laisser aller de la tenue et la dégradation des moeurs.
Du moins le moment est-il venu de "surfer" comme on dit, sur la vague de générosité qui se gonfle en ces temps difficiles. Elles mobiliseront les bonnes volontés dans de nouvelles ONG qui n'auront pas besoin d'aller loin pour bien faire. Le chantier est ouvert du développement durable de leurs jeunes camarades ;
Elles ont "leurs croisades à domicile" et peuvent reprendre ce qui fut le slogan de la "croisade des enfants" ; "ce que nos pères n'ont pas fait ; nous le ferons ! "

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version