Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Loin des yeux, loin du cœur

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

"Je ne connais plus le visage d’un seul pauvre". C’est la réponse de Vincent de Paul à la reine Anne d’Autriche qui le félicite du succès de ses œuvres de charité.
Belle réflexion sur l’illusion des moyens réputés faciliter les relations entre les hommes. Ainsi a-t-on cédé partout et dans tous les domaines à une sorte de frénésie de l’organisation, pensant gagner en efficacité et surtout en rentabilité. Ce que la générosité des uns ou la foi chrétienne des autres laissait aux initiatives personnelles, persuadés de faire mieux les pouvoirs publics s’en sont emparés peu à peu. Ils en ont fait des machines qui remplacent les volontaires par des mercenaires. Les dimensions de ces "engins" sont telles qu’elles les paralysent et allongent leur temps de réponse aux besoins du terrain.
Il faut voir un signe de cette coûteuse paralysie dans la multiplication des ONG (organisations non gouvernementales), capables de pallier les insuffisances des "machines" officielles. Ces ONG sont comme un retour à la case départ. Mais trop souvent, hélas, elles sont elles-mêmes gagnées par le virus de la croissance. Alors leur "appareil" grandit et ne tarde pas à s’interposer à son tour entre la requête qui leur est adressée et la réponse qu’elles peuvent donner. Formulaires, dossiers, enquêtes, commissions et statistiques se succèdent : le demandeur a le temps de renoncer à sa requête avant d’avoir satisfaction. On répétait naguère "small is beautiful", on avait raison. La sclérose qui gagne tout organisme qui grandit tendrait à le prouver.
Peut-on expliquer ce phénomène alors que ses conséquences sont connues ? Il semble que ce soit la distance qui s’établit  progressivement entre le sujet et son objet, une distance qui engendre la méfiance et fait oublier les visages.
S’agissant d’une personne, on dit qu’à la mesure où elle s’élève dans la hiérarchie, elle atteint son niveau d’incompétence : c’est le principe de Peter. De même, en grandissant une organisation risque-t-elle d’atteindre son niveau d’impuissance. On a moins de cœur à l’ouvrage car on ne sait plus pour qui l’on fait ce que l’on fait. Le chef d’atelier qui réussit à la faveur des relations qu’il entretient avec ses collaborateurs, risque d’échouer quand il devra faire appel à des intermédiaires. On peut sans doute en tirer une règle générale : quand le lien interpersonnel se détend, la méfiance s’installe et les précautions s’imposent, allongeant inévitablement le temps de réaction.
N’allons pas imaginer que les nouvelles techniques d’information et de communication puissent porter remède à cette situation. Elles l’aggravent plutôt car elles placent le sujet et l’objet dans une trompeuse et même pernicieuse proximité virtuelle.

HOUARD Hyacinthe Marie

Né le 20 octobre 1927
 

Séminaire Saint Sulpice à Paris
Institut Catholique de Paris
Sorbonne
 
Otage des forces d’occupation - Echappe à l’exécution (5 avril 1944) 
                           
Professeur puis censeur à l’Ecole Saint Charles de Saint-Brieuc (1955-1963)
Aumônier des étudiants à l’Université Catholique d’Angers         (UCO) (1963)
 
Organisation de l’accueil des étudiants de l’Université Notre-Dame (Indiana USA) (1964)
Fondation du Centre International d’Etudes Françaises (CIDEF) (plus de 1500 étudiants étrangers chaque année)
Nommé secrétaire général de l’UCO (1965)
Entreprend la construction de bâtiments (plus de 10 000 m2)
     qui sont inaugurés le 9 mai 1968 par M. Edmond Michelet, ministre de la Culture
Après la crise de 1968 et l’affaire dite des "équivalences", participe à la création des
     premiers instituts universitaires professionnalisés (1970)
Construction de la nouvelle bibliothèque de l’UCO (1979-1980)
Fondation avec l’aide de la Région des Pays de la Loire et du Département de
     Maine-et-Loire de l’Institut des Relations Publiques et de la Communication
     (IRCOM) (1983)
Fondation de l’Institut Albert-le-Grand (formation de Lettres et Sciences Politiques) (1993)
 
Ouvrages
 
Parcours d’un combattant, Presses de la Renaissance (2006)
Mots de Passe, Editions Carrick, Scouteuropresse (2007)
L’esprit de communication, Amis de l’Ircom (2008)
 
Distinctions
Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur
Médaille du Département pour services rendus au Maine-et-Loire

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version