Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Mariage homosexuel

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans un pays très affecté par la crise économique, où beaucoup craignent pour leur emploi et celui de leurs enfants, les débats électoraux ont porté largement sur les dites "questions de société" - et tant mieux, car il est au moins aussi important de se demander : Comment allons-nous vivre ? que de se demander : Combien aurons-nous pour vivre ?
Ainsi un certain nombre de citoyens n’ont pas voté Hollande parce qu’il était entendu qu’il légitimerait aussitôt le mariage homosexuel (mesure qui ne coûte pas un sou et qui fait plaisir aux journalistes). Mais chacun savait bien que Sarkozy, lui, aurait fait la même chose quelques temps ou quelques années plus tard. On dirait bien que ce genre de mesure nous attend comme un destin grec ! Un inéluctable, et cela est corroboré par la déclaration récente du président Obama. Dire le contraire ne serait pas moderne, et jetterait aussitôt un président dans les marges du populisme.
Pourquoi inéluctable ? Parce que dans nos sociétés, tous les arguments susceptibles de s’opposer à ces mesures sont d’ordre religieux. Et nos concitoyens n’ont plus de religion. Alors on ne voit pas à quel titre on les empêcherait de faire n’importe quoi. Et tous les combats contre le mariage homosexuel, ou l’euthanasie (pour prendre ces deux exemples récents) sont des combats le dos au mur, obsidionaux, et évidemment perdus d’avance : leur justification n’est comprise et partagée que par quelques arriérés dans mon genre.

Des chrétiens vont me répondre que le mariage homosexuel heurte la nature, et que la religion à cet égard ne fait qu’écouter la nature. Mais la nature a bon dos. Avec ce même argument les catholiques prétendaient, il y a un siècle, que les femmes devaient souffrir pendant l’accouchement parce que c’était naturel… L’homme est un être de culture. Nous distançons et nous dominons sans cesse la nature, et c’est tant mieux. La difficulté consiste à savoir quelles limites il faut se garder de franchir, à partir de quand les dégâts dépasseront les avantages, et finalement, à partir de quand le progrès coûte trop cher. On pourrait dire les choses ainsi : c’est dans notre nature de dépasser la nature, et nous sommes vraiment humains quand nous le faisons ; mais c’est notre devoir de nous poser la question des limites, et nous sommes irresponsables et insensés si nous ne le faisons pas.

Ainsi, dans toutes les sociétés, les limites sont définies et précisées, chez nous jusque-là par la religion monothéiste qui a irrigué notre continent, ailleurs par les traditions religieuses ou non. En Chine, la récusation du clonage s’appuie sur les traditions et sur la valeur consacrée de la famille et de la filiation. Seulement, chez nous, toutes les valeurs traditionnelles sont chrétiennes, et quand la chrétienté s’efface, c’est comme si on nous retirait le sol sous les pieds – plus rien ne reste. C’est à dessein que je dis "rien". Car l’exigence du mariage homosexuel, et de l’adoption des enfants qui va avec, est un dessein nihiliste. Non parce qu’il va contre la "nature". Mais parce que par principe il refuse de débattre sur la question des limites : tout ce que je veux, et tout de suite, et quelles qu’en soient plus tard les conséquences.

Deux facteurs suscitent ce nihilisme. Le premier est la détestation de la religion, de ses dogmes et de ses interdits : et les adeptes de ces mesures sont clairement prêts à tout, et même à tout casser, pour briser définitivement des croyances ennemies. D’où la haine qui les porte, d’où une telle hargne qui les a portés (contre toute légalité démocratique, à force de menaces et de lobbying) à rendre illégale toute opinion contraire à la leur. De la même façon l’apologie de l’euthanasie atteint une hargne qui dépasse largement la compassion qu’on invoque : il s’agit bien d’une volonté fanatique de revenir au paganisme ordinaire – dans toutes les sociétés du monde, depuis la Grèce ancienne jusqu’à l’Inde moderne, on tue l’enfant-fille qui gêne, pour ne prendre que cet exemple.

Le deuxième facteur c’est le remplacement des valeurs morales par l’unique critère de la souffrance et du désir individuels : empêcher deux homosexuels de se marier est inhumain, car enfin ils en souffrent. Pourquoi les en empêcher puisqu’ils s’aiment ? Avec ce raisonnement on justifie n’importe quoi. Des Hollandais ont contracté un mariage à trois. Un jeune australien s’est marié l’année dernière avec son chien. Des enfants de dix ans pourraient se marier, s’ils s’aiment. Et aussi un père avec sa fille de dix ans, s’ils s’aiment.

Lorsque plus rien n’arrête le désir, ni la religion ni la tradition, ni aucun sagesse plus haute, alors les dégâts ne sont pas loin. Nos contemporains d’ailleurs le savent bien, puisque dans tous les autres domaines, ils militent contre la loi du désir tout-puissant : face à l’environnement, face à l’économie. Dans ces domaines, ils sont conservateurs au bon sens du terme : au sens où nous devons conserver l’avenir. Pourquoi faudrait-il limiter nos caprices dans le but de protéger l’avenir des forêts ou celui des salariés, et non de protéger l’avenir de la famille et de la filiation ?
Paru dans Le Figaro, 21 mai 2012

DELSOL  Chantal

Née le 16 Avril 1947
Mariée - 6 enfants.


Membre de l'Institut
Professeur des universités


Doctorat d'Etat ès Lettres (Philosophie) - La Sorbonne (1982)
Académie des Sciences morales et politiques (2007)

Maître de conférences à l'Université de Paris XII (1988)
Professeur de philosophie à l'Université de Marne La Vallée (depuis 1993)
Création et direction du Centre d'Etudes Européennes : 
     enseignement et travaux de recherche avec la Pologne, la Hongrie, la République
     Tchèque, la Roumanie, la Bulgarie.
Professeur des universités - UFR des Sciences Humaines – 
Directeur du Laboratoire de recherches Hannah Arendt 
Docteur Honoris Causa de l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca
Création en 1992 et direction jusqu’en 2006 du Département des Aires Culturelles et Politiques 
     (philosophie et sciences politiques) comprenant 5 Masters professionnels et de recherche,
Création et direction du laboratoire ICARIE (depuis 1992) 
     devenu Espaces Ethiques et Politiques, travaillant sur les questions européennes 
     (relations est-ouest et relations entre Europe et l’Amérique Latine)
Direction de 17 thèses, en philosophie politique et science politique
Directeur de la collection philosophique Contretemps aux Editions de la Table Ronde
Editorialiste dans plusieurs quotidiens et hebdomadaires
Romancière

 

Ouvrages 
Le pouvoir occidental (1985) - La politique dénaturée (1986) - Les idées politiques au XX° siècle  traduit en espagnol, tchèque, arabe, russe, macédonien, roumain, albanais - L'Etat subsidiaire  Prix de l'Académie des Sciences Morales et politiques  (1992) traduit en italien, roumain - Le principe de subsidiarité(1992) traduit en polonais - L'Irrévérence essai sur l'esprit européen (1993) - L'enfant nocturne (roman) (1993) - Le souci contemporain
(1993) - traduit en anglais (USA) - Prix Mousquetaire - L’autorité (1994) - traduit en coréen - Démocraties: l'identité incertaine (1994) (direction d'un ouvrage collectif) - La grande Europe ? (1994) (direction d'un ouvrage collectif) - traduit en espagnol - Histoire des idées politiques de l'Europe centrale (1998) - Prix de l’Académie des Sciences Morales et Politiques - Quatre (roman) (1998) - traduit en allemand, en polonais - Eloge de la singularité, Essai sur la modernité tardive (2000) - traduit en anglais (USA) Prix de l’Académie Française Mythes et symboles politiques en Europe Centrale (collectif) (2002) - traduit en roumain - La République, une question française (2003) - traduit en hongrois -  La Grande Méprise, essai sur la justice internationale  (2004) - traduit en anglais (USA) - Matin Rouge (2004) -  Dissidences  (2005) (co-direction d’un ouvrage collectif avec Michel Maslowski et Joanna Nowicki) -  Les deux Europes  (2007) (co-direction d’un ouvrage collectif avec Mate Botos (Université Pazmany Peter, Budapest) - Michel Villey, Le justepartage (2007) avec Stéphane Bauzon (Université Tor Vergata, Rome) - L'Etat subsidiaire (2010) - La Détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire (2011) - Les Pierres d'angle  (2014) - Populisme, Les demeurés de l'Histoire (2015) - Le Nouvel âge des pères (2015) - La Haine du monde, totalitarismes et postmodernité (2016) -

Articles et collaborations
édités dans diverses publications françaises et étrangères 
 
Conférences
Nombreuses communications dans des colloques nationaux et internationaux, en France et à l’étranger (Afghanistan, Afrique du Sud, Allemagne, Belgique, Bulgarie, Canada, Colombie, Etats-Unis, Grande Bretagne, Grèce, Hollande, Hongrie, Italie, Moldavie, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Suisse, Ukraine, Venezuela)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version