Logo
Imprimer cette page

Etre parent et travailler

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Réussir à être parent quand on travaille suppose flexibilité, organisation et solidarité

De nombreux articles traitent le sujet de "réussir à faire carrière" quand on a des enfants. Lors du dîner débat organisé par le MM France (Mouvement Mondial des Mères) le 7 juin dernier, la question était posée à l’envers : quelles sont les meilleures pratiques qui vous permettent de jouer pleinement votre rôle de parent alors que vous travaillez par ailleurs ?


Les réponses sont tellement variées qu’il faudrait les lister toutes pour saisir l’inventivité des parents. Les 127 parents présents au dîner ont en tous cas battu en brèche beaucoup d’idées reçues. Ainsi les crèches souvent proposées comme "LA" meilleure solution par les politiques sont loin de faire l’unanimité : ainsi, pour une maman de petite fille avec un lourd traitement médical, la crèche était la meilleure solution avec la certitude d’une infirmière diplômée pour administrer le traitement. Telle employée travaillant loin de chez elle préférait l’assistante maternelle qui pouvait récupérer sa fille aînée à l’école et la conduire à la danse un soir par semaine. Telle profession libérale avait choisi de prendre une nounou à domicile même si au début la nounou gagnait plus qu’elle, pariant sur l’avenir en ayant une organisation "en béton" à la maison. De même, chaque parent a ses préférences, éminemment respectables. Une maman préférait faire garder ses enfants près de chez elle pour leur éviter un long trajet matin et soir. Une autre préférait les faire garder près de son bureau pour les laisser moins longtemps et pour profiter des trajets pour échanger avec eux.


La flexibilité a été évoquée par de nombreux parents. Dès qu’on travaille loin de chez soi, que l’on a des responsabilités ou des horaires décalés, l’intérêt d’un mode de garde flexible qui permet éventuellement de "dépasser" l’heure prévue est très utile… que ce soit une assistante maternelle compréhensive, une nounou acceptant les heures supplémentaires, une crèche à horaires élargis,.... Pour la vie professionnelle, la flexibilité est particulièrement appréciée sous de multiples formes : autonomie réelle permettant de gérer son temps, patron compréhensif donnant de la souplesse en cas de besoin, collègues se rendant des services mutuels en cas de nécessité, télétravail régulier ou ponctuel, possibilités d’adapter ses horaires aux rythmes scolaires, négociation d’un temps partiel choisi,… Certains parents ont trouvé de la souplesse en rapprochant leur travail de leur domicile… quitte à y perdre financièrement ou en intérêt professionnel. Plusieurs ont rappelé l’intérêt d’oser demander ce dont on a besoin pour mieux concilier. Beaucoup ont évoqué le choix à faire entre qualité de vie et porte-monnaie, beaucoup de familles y compris parmi les plus modestes évoquant la satisfaction qu’elles avaient eues en gagnant un peu moins en échange d’un peu plus de temps avec leurs enfants. A noter toutefois que pour quelques parents le fait d’avoir au contraire des horaires parfaitement définis facilite l’organisation familiale. Là encore, certaines idées reçues sont tombées. Des parents très investis professionnellement n’ont pas hésité à faire des choix drastiques comme de déménager un cabinet de dentiste de 30 kilomètres pour se rapprocher de chez soi. Mais à l’autre bout de l’échelle, des mamans très modestes ont aussi fait le choix de temps partiel pour avoir plus de temps pour leurs enfants et qu’ils "tournent bien".


Les participants au dîner ont beaucoup évoqué l’organisation qu’ils avaient mise en place pour faciliter leur rôle de parents. L’anticipation des besoins est une qualité très partagée (avoir des listes de baby-sitters d’urgence, prévoir les courses, les menus, planifier son temps et celui de la famille,…).

Mais les parents ont aussi souligné la nécessité de savoir lâcher-prise, de ne pas essayer d’être parfaits, de savoir se concentrer sur l’essentiel. Comme par exemple d’être moins exigeante sur le ménage pour savoir passer plus de temps avec ses enfants.
La solidarité de proximité a été évoquée comme essentielle au quotidien et plus encore pour faire face aux imprévus. Qu’elle soit inter-générationelle ou de voisinage, l’entraide, les échanges de services ou de conduites, les conseils mutuels, le partage des tâches entre conjoint et également avec les enfants dès qu’ils en ont l’âge permettent de faire face aux différents besoins de la famille. L’intérêt d’être en réseau localement a été souligné. Si l’école donne un bon réseau d’entraide dès lors que les enfants sont scolarisés, il semble que la mise en relation des parents de très jeunes enfants soit un réel besoin, notamment pour ceux qui sont éloignés de leur famille.

Au-delà de ces grandes lignes, c’est la diversité des témoignages donnés qu’il faut lire pour se convaincre de l’utilité de continuer à poursuivre en France le développement de solutions variées en termes de modes de garde, d’initiatives des entreprises en faveur des salariés parents et d’entraide sociale. Tant il est vrai qu’il n’y a pas une famille type ni une façon idéale d’être pleinement "parent" quand on travaille mais au contraire différentes approches aussi "valides" les unes que les autres, les parents ayant plus de chances dans la diversité offerte par le modèle social français de trouver les solutions qui conviennent à leur situation.

Voir l’intégralité des bonnes pratiques sur www.mmmfrance.org

BROSSES des Marie-Laure

Née le 30 juin 1963
Mariée - 4 enfants

Conseil et Formation en Innovation (depuis 2002)


Diplômée d’HEC – Option Entrepreneurs
Troisième cycle de Ressources Humaines à l’ESSEC

Présidente du Mouvement Mondial des Mères
     Spécialiste de la conciliation vie professionnelle - vie familiale
 

Enseignante en Management de l’Innovation en école de commerce (depuis 2002)
Responsable des Ressources Humaines & Organisation chez Saatchi & Saatchi (1998-2001)
Co-fondatrice de la Saatchi & Saatchi School (1998-2001)
Directrice de clientèle dans la publicité chez Lintas puis Saatchi & Saatchi (1990-1998)
Créatrice & Responsable de la Flottille Saint Jacques (1989)
Co-fondatrice de la Nuit de la Publicité HEC

Dernier de BROSSES des Marie-Laure

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.