Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Mariage pour tous ou pour personne ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le lobby gay avait pourtant tout prévu.
Le slogan publicitaire : le mariage pour tous. Les chiffres bidonnés et grossis de "familles homoparentales". Les récits exemplaires d'enfants "si bien dans leurs baskets" relayés complaisamment par la presse de gauche. Les sondages en béton. Le lobby gay jouait sur les complexes de la droite, la pusillanimité de l'Eglise et la désacralisation du mariage, miné par le romantisme de l'amour et le divorce de masse. Ses militants réalisaient le rêve de l'extrême gauche : tuer le mariage bourgeois. Le parodier pour mieux l'achever.
Ce sont les enfants qui ont tout gâché.
Déjà, les Français, d'instinct, faisaient davantage confiance aux couples de lesbiennes pour les élever. Puis, ils découvrirent, effarés, que père et mère seraient désormais supprimés et remplacés dans le livret de famille par parent 1 et parent 2 !
Cette grotesque transformation sémantique était inévitable et logique.

L'homoparentalité est un concept qui nie le réel. Un enfant a toujours, à sa conception, un père et une mère, même si l'un des deux est occulté. De nombreux homosexuels ont ainsi eu des enfants. Ils ont toujours pu se marier. On comprenait  enfin que pour faire entrer les couples d'homosexuels dans le schéma traditionnel, il fallait détruire le schéma traditionnel. Le mariage pour tous devenait le mariage pour personne. La marge subvertissait la norme pour mieux la désintégrer. On saisissait mieux les alarmes de ceux qui expliquaient sous les cris d'orfraie que le mariage fondé uniquement sur l'amour permettrait toutes les transgressions, mariages à plusieurs – mais qui s'aiment – mariage d'un frère et d'une sœur – mais qui s'aiment !
De nombreux homosexuels faisaient savoir que le mariage leur avait toujours paru un repoussoir petit-bourgeois. Certains en appelaient à un référendum. Des députés et sénateurs s'agitaient. Autour de Hollande, certains chrétiens de gauche plaidaient pour un renoncement. Soudain, le combat avait changé d'âme.

Paru dans Le Figaro Magazine, 9 novembre 2012

ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version