Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Certaines féministes ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Quand certaines féministes ... finissent par nuire aux femmes !

Promouvoir la dignité de la femme, l’égalité de ses droits et sa capacité à accéder à toutes les responsabilités dans la société, y compris les plus hautes, est une noble tâche. Veiller à détecter les discriminations qui perdurent année après année, malgré de nombreuses réformes en faveur de l’égalité, est une juste cause.
Pourtant, être obnubilé par une croisade en faveur de l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, au mépris de la reconnaissance des différences et des souhaits variés que peuvent avoir les mères, conduit parfois à des réformes aussi absurdes que nocives, in fine, pour beaucoup de femmes.
En voici quelques exemples récents :

Pour lutter contre le travail précaire des femmes, la loi de sécurisation de l’emploi du 24 juin 2013 a interdit d’embaucher un salarié pour moins de 24h par semaine. Le résultat est que certaines mères dont l’organisation familiale ne permet pas d’envisager de travailler davantage qu’à mi-temps se retrouvent désormais confrontée à de graves complications pour réussir à être embauchées par une entreprise.
Au nom de la non-discrimination entre les hommes et les femmes, la loi sur l’égalité homme-femme, en cours de débat, prévoit que les administrations devront désormais écrire de façon systématique à toutes les femmes sous leur nom de jeune fille. On peut plaindre les pauvres facteurs qui vont chercher en vain sur des boites aux lettres des noms qu’ils ne trouveront pas. On imagine aussi la réaction de toutes les femmes qui ne recevront pas en temps et en heure des papiers importants, qui perdront le droit à une allocation, qui se retrouveront hors délai pour répondre à un service de l’Etat et qui devront faire des heures de queue pour être rétablies dans leurs droits.

Pour favoriser une meilleure insertion des femmes dans le monde professionnel, le même projet de loi d’égalité homme-femme prévoit que l’allocation de congé parental sera raccourcie de 6 mois pour les familles de deux enfants et plus dont les parents ne prendront pas chacun au moins 6 mois de congé parental. Cette mesure se retournera directement contre les femmes qui auront eu la mauvaise idée d’avoir des enfants avec un artisan, un commerçant, un chef d’entreprise, une profession libérale et tout autre conjoint qui ne pourra pas ou ne désirera pas prendre sa part du congé parental. Où est le progrès pour ces femmes-là ? Où est le progrès également pour les mères qui privilégient le fait de s’occuper elle-même de leur enfant jusqu’à son entrée en maternelle ?

Le sommet est atteint en ce qui concerne les assistantes maternelles en activité. Lorsqu’une assistante maternelle a l’autorisation de garder trois enfants à son domicile et qu’elle souhaite garder son propre enfant en bas âge, elle ne peut plus garder que deux autres enfants et bénéficie de l’allocation de congé parental qui vient compenser son manque à gagner. Désormais, elle se verra privée de cette allocation aux deux ans et demi de son enfant, son conjoint devra prendre à son tour six mois de congé parental pour garder leur chérubin mais surtout, il devra garder ce petit à l’extérieur du domicile conjugal, sinon, l’assistante n’aura pas l’autorisation de garder un enfant supplémentaire. On marche tout simplement sur la tête !
Alors, oui au féminisme, mais comme beaucoup de bonnes choses, à consommer avec modération, écoute, bienveillance et soucis de toutes les femmes.
BROSSES des Marie-Laure

Née le 30 juin 1963
Mariée - 4 enfants

Conseil et Formation en Innovation (depuis 2002)


Diplômée d’HEC – Option Entrepreneurs
Troisième cycle de Ressources Humaines à l’ESSEC

Présidente du Mouvement Mondial des Mères
     Spécialiste de la conciliation vie professionnelle - vie familiale
 

Enseignante en Management de l’Innovation en école de commerce (depuis 2002)
Responsable des Ressources Humaines & Organisation chez Saatchi & Saatchi (1998-2001)
Co-fondatrice de la Saatchi & Saatchi School (1998-2001)
Directrice de clientèle dans la publicité chez Lintas puis Saatchi & Saatchi (1990-1998)
Créatrice & Responsable de la Flottille Saint Jacques (1989)
Co-fondatrice de la Nuit de la Publicité HEC

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version