Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Du fanatisme athée au...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Du fanatisme athée au fanatisme dévot
 
Le temps de la compassion ne doit pas exclure le temps de la réflexion. Prise de distance, mise en perspective, d’autant plus nécessaires qu’une époque nouvelle s’ouvre où le sentiment tragique de l’existence occupera une place que la modernité avait cru dépassée.
Les analyses politiques, géopolitiques sur les derniers évènements ne firent pas défaut. Leur justesse ne saurait être mise en cause. Mais ne peut-on pas voir en quoi de tels évènements sont des avènements aux racines tout à la fois profondes et solides ? Indices d’un changement de paradigme dont les effets pervers ne doivent pas masquer la mutation civilisationnelle de ce début de millénaire.
 
Nombreux sont les observateurs qui, tel Max Weber, ont bien montré que le cycle moderne débute par le fameux "désenchantement du monde". Sécularisation privilégiant un rationalisme unilatéral. Tout est soumis à raison, tout doit donner ses raisons ! Ce qui tend à éradiquer, fondamentalement, tous les autres aspects : passion, émotion, affect constituant, aussi, la vie individuelle et collective.
C’est bien cela qui revient en force. C’est même la marque essentielle de la postmodernité naissante. Certes, il est nécessaire de se donner une justification, a posteriori, mais il n’est pas, forcément, paradoxal de dire que derrière le fanatisme islamique, il y a, tel le retour du refoulé, le besoin de communions émotionnelles que les élites modernes ont, durablement, dénié.
Il en est de même de la recherche de l’authenticité. Recherche des racines. Voilà encore quelque chose qui fleurait le bon vieux temps. Le spectacle prévalant, la simulation dominant, il était habituel de nommer "jargon de l’authenticité", ceux qui en appelaient à des exigences autres. Celles du qualitatif, des préoccupations spirituelles et autres soucis mystiques.
Mais voilà que c’est lorsqu’une société ne sait pas ritualiser ou encore homéopathiser et donc canaliser de tels désirs qu’ils deviennent pervers et dès lors immaîtrisables.
 
C’est Rousseau qui rappelait l’étroite parenté existant entre le "fanatisme athée" et le "fanatisme dévot" ! N’est-ce point à l’aune d’une telle assertion que l’on peut mesurer les phénomènes terroristes qui utilisent le prétexte religieux pour exprimer une soif de l’infini que le matérialisme occidental n’a, aucunement, su prendre en compte ?
C’est en ce sens, qu’à l’encontre de la "doxa" dominante, on peut dire que c’est l’intégrisme laïc qui, sans bien sûr en être conscient, est le fourrier des positions et des actes extrémistes.
Et en ces temps de détresse, même s’il est difficile d’en faire l’économie, il ne sert à rien de clamer les litanies convenues sur la République Une et Indivisible ou sur les valeurs de la laïcité comme socle irréfragable de notre "vivre ensemble" !
Car la laïcité qui, à l’origine était le fait de la tolérance non cléricale tend à devenir un autre dogmatisme : celle du politiquement correct, du rationalisme arrogant, en bref "un laïcisme" intolérant. C’est celui-ci qui ne peut qu’engendrer les paroxismes sanguinaires dont l’actualité n’est pas avare. Et nous ne sommes pas sortis de l’auberge !
En particulier si on continue à stigmatiser le soit disant "communautarisme" qui gangrènerait notre société. Il se trouve que les communautés sont là. Et, certainement, pour une longue durée. Ainsi, à l’image de ce que disait Hannah Arendt lorsqu’elle analysait l’idéal démocratique s’élaborant lors de la modernité, ne pourrait-on pas parler d’un idéal communautaire en gestation ? Celui d’une "res publica" fondée sur le pluralisme ou le polythéisme des valeurs.
En d’autres termes, plutôt que de condamner a priori, n’est-il pas judicieux d’accompagner un mouvement inéluctable ? Et, du coup, d’en éviter les effets nocifs aux conséquences inéluctables ?
En fait, ce n’est plus "d’esprit du temps" qu’il faut parler, mais bien du temps de l’esprit. Celui où le besoin religieux retrouve une indéniable force et vigueur. C’est un tel "sacral", diffus, contaminant la sphère politique, sociale, économique qu’il faut savoir accompagner. Ne l’oublions pas : c’est en déniant les rêves qu’ils s’inversent en cauchemars.
MAFFESOLI Michel

Né le 14 novembre 1944
Marié - 4 enfants.
 
 
 
Professeur de sociologie à la Sorbonne    (titulaire de la chaire "Emile Durkheim")
Docteur Honoris Causa    (Universités de Bucarest, Porto Alegre, Braga)
 
 
 Doctorat ès Lettres et Sciences humaines
     La dynamique sociale (sous la direction de G. Durand, 1978)
     Jury : J. Freund, G. Balandier, J. Duvignaud, P. Sansot.
Doctorat en sociologie, à l'Université de Grenoble
     L'histoire comme fait social total (sous la direction de G. Durand, 1973)
Études supérieures (philosophie, théologie et sociologie) à l'université de Strasbourg
 
 
Professeur des universités  (Université Paris V - Sorbonne sciences humaines)  depuis août 1981
Maître assistant à l'université de Strasbourg (1978-1981)
Attaché puis chargé de recherches à l'université de Grenoble
     co-directeur de l'équipe de sociologie urbaine (ESU) (1972-1977)
 

Membre de l’institut Universitaire de France
Directeur du Centre d'Etude sur l'actuel et le quotidien (CEAQ (Paris Descartes)
Directeur du CRI (MSH)
Administrateur du CNRS
Membre de l’Académie Européenne des Sciences et des Arts
Création d’une chaire "Michel Maffesoli" - Université "De las Americas", Puebla, Mexique (2006)
Vice-Président de l’Institut International de Sociologie (II.S)
Membre élu de l’Academia Scientiarum et Artium Europaea
Membre du Prix Européen des Sciences Sociales (Premio Amalfi)
Prix de l’Essai André Gautier (1990)
     (Au Creux des Apparences)
Grand Prix des Sciences Humaines de l’Académie Française (1992)
     (La Transfiguration du Politique)
 
 
Directeur de Sociétés,
     revue internationale des sciences humaines et sociales, éd. De Boeck, Louvain
              desCahiers de l’Imaginaire, éd Presses Universitaires, Montpellier
Directeur du Centre d'Etudes sur l'Actuel et le Quotidien (CEAQ),
     Laboratoire de recherches sociologiques en Sorbonne.
Directeur du Centre de Recherche sur l'Imaginaire
     (Président d’honneur : G. Durand), à la Maison des Sciences de l'Homme (MSH)
 
 
Professeur  invité et conférences
     Universités :
Amsterdam, Athénes, Belo Horizonte, Berlin, Beyrouth, Bologne, Brasilia, Bratislava, Brighton, Bruxelles, Bucarest, Cambridge, Campinas, Casablanca, Chicoutimi, Chicago, Columbia, Düsseldorf, Fes, Fortaleza, Friburg /Brisgau, Genève, Helsinki, Joao Pessoa, Kyoto, Lausanne, Lima, Londrina, Los Angeles, Louvain, Madison, Marrakech, Mexico, Milan, Minéapolis, Montréal, Natal, Neuchâtel, New-York University, Harward, Oran, Ottawa, Palerme, Perugia, Porto Alegre, Prague, Puebla, Pusan, Quebec, Rabat, Recife, Rimouski, Rio de Janeiro, Rome, Salerno, Salonique, Santiago, San Diego, São-Paolo, Séoul, Sobral, Tokyo, Toronto, Trèves, Tunis, Vancouver.



Ouvrages
Logique de la domination, PUF (1976) traduit en italien, espagnol, portugais - Essais sur la Violence, banale et fondatrice, Méridiens-Klincsieck, Paris (1984) - La violence totalitaire, Méridien-Klincksieck (1979) traduit en italien, espagnol, portugais - La conquête du présent (1979) traduit en italien, espagnol, portugais, japonais - Réédition, Desclée de Brouwer (1998) - L'ombre de Dionysos, contribution à une sociologie de l'orgie, Le Livre de Poche 1991 - 1ère éd (1982) traduit en italien, espagnol, portugais, anglais, allemand, japonais - La connaissance ordinaire, Méridiens Klinsieck, 1985 traduit en  italien, espagnol, portugais, anglais - Le temps des tribus, 3ème édit La Table Ronde (2000) (1er ed.1988) traduit en italien, espagnol, portugais, anglais, japonais - Au creux des apparences (1990)      traduit en portugais, italien - Le Livre de Poche (1993) - La Transfiguration du Politique (1992) traduit en portugais (1995) - La Contemplation du Monde, Figures du style Communautaire, traduit en finnois, anglais, portugais, italien, japonais - Le Livre de Poche (1993) - Éloge de la raison sensibleLa Petite vermillon, éd La table Ronde(1996) traduit en portugais, espagnol, italien - Du Nomadisme, vagabondages initiatiques (1997) traduit en portugais, italien, espagnol - Le mystère de la conjonction Fata Morgana (1998) traduit en italien - L’Instant éternel, retour du tragique dans les sociétés postmodernes (2000) traduit en espagnol, roumain - La Part du Diable, précis de subversion postmoderne (2002) - Le Rythme de la vie, variation sur l’imaginaire postmoderne, La table Ronde (2004) - Le Réenchantement du monde, une éthique pour notre temps, La Table Ronde (2007) - Iconologies, nos idolâtries postmodernes, Ed Albin Michel. (2008) - Apocalypse, CNRS édtions (2009) - Matrimonium, petit traité d’écosophie, CNRS éditions (2010) - Le temps revient, formes élémentaires de la postmodernité, Desclée de Brouwer (2010) - La  République des bons sentiments, et autres écrits de combat - Rééd. Desclée de Brouwer, coll. Factuel (2010) - Sarkologie Albin Michel (2011) - Homo Eroticus, des communions émotionnelles (2013) - La France étroite, face à l’intégrisme laïc, l’idéal communautaire - avec Hélène Strohl (2015) - La Parole du silence (2016) -
 
     Collectif
Anthropologie des Turbulences, hommage à G. Balandier, Ed. Berg (1985)
La Galaxie de l'imaginaire, dérive autour de l'œuvre de G. Durand. Ed. Berg (1980)
 
     Articles dans des revues scientifiques
Cahiers internationaux de sociologie (Paris)
Recherches sociologiques (Louvain)
Revue de l'Institut de sociologie (Bruxelles)
Revue européenne des sciences sociales (Genève)
L'homme et la Société (Paris)
Espaces et sociétés (Paris)
Revue des sciences morales et politiques (Paris),
Current Sociology (Londres, New-York)
Telos (New-York)
Sociologia Internationalis (Cologne)
Socio-Logos (Moscou)
Sociologia (Tokyo)
Langagem (Lisbonne)
... etc.
 
     Ouvrages consacrés à M. Maffesoli
Reliance et Triplicité, Cahiers Rier, UQAM, Montréal, N° 4 (1984)
A l'Ombre du Rationalisme, ed. St- Martin, Montréal (1984)
Pour  cesser de haïr le présent, miscellanées autour de l’œuvre de MichelMaffesoli,
    Ed.Balzac, Montréal (1992)
Elogio del Hombre ordinario (P. Alzuru) Mérida,Venezuela (1999)
Dérives autour de l’œuvre de Michel Maffesoli, Ed L’Harmattan (2004)
R. Keller : M.  Maffesoli, Eine Einführung UKV  Konstanz (2006)
 
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur
Officier de l'Ordre national du Mérite
Chevalier des Palmes Académiques
Chevalier du Mérite agricole
Officier des Arts et Lettres

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version