Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Prudence

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Prudence
 
"Nous ne pouvons vivre en nous haïssant."
Emmanuel Macron est trop lettré pour ne pas connaître ce mot d'Albert Camus. Alors que le projet de loi portant sur la révision des lois bioéthiques est imminent, le chef de l'État sait que le sujet de la procréation médicalement assistée (PMA) étendue à toutes les femmes divise. Sidéré par le climat exécrable ayant entouré le débat sur le mariage pour tous, il s'est promis de ne pas réitérer les erreurs commises par son prédécesseur. Les États généraux ont permis à nombre d'associations et de scientifiques de faire valoir leurs arguments de prudence quant à cette extension, à laquelle le Comité national d'éthique se montre favorable.
La discorde traverse aussi la droite et la gauche. "Progressistes" et "réactionnaires", ces mots commodes de la logomachie politique n'opèrent plus pour qualifier toutes les opinions dissonantes exprimées à l'intérieur même des camps.
 
La PMA pour toutes serait-elle inéluctable ? Voire ! Ici on avoue son embarras, ses réserves ou son opposition à la conception d'enfant sans père, qui constitue une vertigineuse rupture anthropologique. Là on met en garde contre la transformation de ce qui était un recours médical à l'infertilité en un "service à la fécondation", doublé à courte échéance de la naissance d'un marché international des gamètes, avec ses dérives.
Ces points méritent au moins réflexion.
 
Il y a autre chose. "La PMA est une promesse de campagne", disent ses promoteurs. C'est vrai, au milieu de dizaines d'autres. En janvier 2018, un sondage Kantar Sofres-OnePoint révélait les priorités des Français parmi les réformes promises par Macron : la PMA figurait en 22ème position (sur 24), loin derrière la lutte contre le terrorisme, la lutte contre l'immigration clandestine, l'aide à l'emploi pour les jeunes, la baisse des impôts.
Autant de dossiers qui sont aussi des promesses de campagne du candidat Macron. Ils concernent la vie quotidienne de tous, notamment des plus pauvres, des plus exposés, qui attendent des mesures et des résultats.

Paru dans Le Figaro, éditorial, 29 octobre 2018
MONTETY de  Etienne

Né le 2 mai 1965
Marié – 5 enfants
 
Journaliste,

Ecrivain
 

Maîtrise de droit et sciences politiques
DESS de sciences politiques
 
Directeur adjoint de la rédaction du Figaro
Directeur du Figaro littéraire (depuis 2006)
Dirige également les pages "Débats Opinions" du quotidien depuis 2008
Anime une chronique quotidienne intitulée "Encore un mot".
 
Ouvrages
- Thierry Maulnier (biographie) (1994) -  Salut à Kléber Haedens (1996) - Honoré d’Estienne d'Orves, un héros français (2001)     Prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot en 2001 - Des Hommes irréguliers (2006) - L’Article de la mort (2009) - Encore un mot : billets du "Figaro" (2012) - La Route du salut (2013) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version