Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Les mères et les familles ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

(...) (site endommagé en 2013)
... de la réforme des retraites ? Aujourd’hui, les familles en général et les mères en particulier, sont déjà fortement pénalisées à l’heure de la retraite alors que sans elles et sans les efforts qu’elles ont fournies pour éduquer leurs enfants, la survie du système de retraite par répartition est impossible.
Pourtant, dans la réforme des retraites en préparation, rien n’est prévu pour améliorer cette situation … les mesures envisagées risquant même de venir aggraver cette injustice.

Quelques chiffres tout d’abord pour mieux comprendre la situation actuelle.
En 2008, les femmes touchent une retraite moyenne inférieure de 42% à celle des hommes (825 € pour les femmes / 1426 € pour les hommes). Plus une femme a d’enfants, plus sa retraite moyenne est basse (1 122 € pour une femme sans enfants / 703 € pour une mère de 3 enfants / 627 € pour une mère de 4 enfants et plus). Ces chiffres s’expliquent très bien : ce sont majoritairement les mères qui prennent du temps pour éduquer leurs enfants au détriment de leur carrière (congé maternité, congé parental, travail à temps partiel,…).
Si on se replace à l’échelle de la famille, le revenu moyen des familles retraitées, chute également avec le nombre d’enfants … ceci étant directement lié à la chute de la retraite moyenne de l’épouse.
Situation aggravante, le patrimoine des familles - et en particulier le patrimoine financier, susceptible de générer un revenu complémentaire à l’heure de la retraite - chute également avec le nombre d’enfants. Une famille sans enfant dispose en moyenne de 45.000 € d’économies à l’heure de sa retraite. Une famille de 3 enfants n’a que 34.000 € à sa disposition. Et une famille de 5 enfants et plus n’a que 13.000 €.
Là aussi, l’explication est simple : les familles qui ont plusieurs enfants utilisent la plus grande partie de leurs revenus à l’éducation et à l’entretien de leurs enfants et peuvent difficilement épargner.
Or qui finance la retraite … si ce n’est les enfants que ces familles ont fait l’effort d’élever ?
Aujourd’hui, avec l’allongement de la durée de vie (dont on ne peut que se réjouir), une natalité meilleure que celle de nos voisins européens mais qui reste cependant limitée, une crise économique qui amplifie le chômage et la sous activité, l’équilibre de notre système de retraites est en péril et une réforme est nécessaire.

Aucune décision n’est encore arrêtée, mais il semble bien que les seules pistes évoquées tiennent à la durée de cotisation, à l’âge de départ en retraite et éventuellement à la pénibilité de l’activité exercée. Or on peut craindre que ces mesures si elles sont appliquées strictement à tous viennent encore pénaliser davantage les mères puisque ce sont elles qui très majoritairement prennent du temps pour leurs enfants au détriment de leur carrière.
Dans la réforme en préparation, aucun compte ne semble être tenu du nombre d’enfants élevés, du temps consacré à leur éducation, de l’argent investi par les parents dans leur entretien. Or qui paiera les retraites demain, sinon ces enfants - indispensables à l’équilibre de notre système ?
Et pourtant des solutions concrètes existent qui pourraient permettre de rendre la réforme plus juste, par exemple :
- une meilleure prise en compte du congé maternité qui  ne compte pas aujourd’hui comme période cotisée pour la retraite ;
- un système de bonus / malus à appliquer aux pensions de retraite en fonction du nombre d’enfants élevés (aujourd’hui une famille qui a fait l’effort d’élever 2 enfants n’a aucun avantage en terme de retraites par rapport à un célibataire qui n’a jamais eu d’enfants à charge)
- une modulation du nombre de "meilleures années" prises en compte pour le calcul des pensions en fonction du nombre d’enfants dont il a fallu s’occuper.
Pour ne pas laisser à nos enfants la charge d’une dette insupportable, il est indispensable de réformer le système des retraites … mais cette réforme doit rendre justice à l’effort des mères et des familles sans lesquels - rappelons-le - le système ne peut fonctionner durablement.

BROSSES des Marie-Laure

Née le 30 juin 1963
Mariée - 4 enfants

Conseil et Formation en Innovation (depuis 2002)


Diplômée d’HEC – Option Entrepreneurs
Troisième cycle de Ressources Humaines à l’ESSEC

Présidente du Mouvement Mondial des Mères
     Spécialiste de la conciliation vie professionnelle - vie familiale
 

Enseignante en Management de l’Innovation en école de commerce (depuis 2002)
Responsable des Ressources Humaines & Organisation chez Saatchi & Saatchi (1998-2001)
Co-fondatrice de la Saatchi & Saatchi School (1998-2001)
Directrice de clientèle dans la publicité chez Lintas puis Saatchi & Saatchi (1990-1998)
Créatrice & Responsable de la Flottille Saint Jacques (1989)
Co-fondatrice de la Nuit de la Publicité HEC

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version