Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'apôtre

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L'ouverture est violente : une femme, chez elle, est agressée, étranglée. Cela se pass dans une petite ville tranquille. Akim (Fayçal Safi), un jeune musulman qui habite avec sa famille dans le voisinage, est terriblement impressionné par cette tragédie.
Quelque temps plus tard, il a l'occasion d'assister au baptême du bébé d'un ami. Le prêtre qui officie est le frère de la victime. Akim fréquente assidument la mosquée avec son frère, et se prépare à prendre la suite de son oncle imam, mais il est troublé par le message évangélique et par la mystérieuse bonté du prêtre qui a choisi de continuer à habiter à côté des parents de l'assassin "parce que cela les aide à vivre".
Peu à peu, son chemin intérieur l'entraîne sur les pas du Christ.
 
L'apôtre de Cheyenne Carron retrace cette évolution intime au milieu des remous qu'elle provoque dans la famille d'Akim et dans la communauté musulmane. La réalisatrice a de l'énergie à revendre, sa caméra bouge un peu trop, dans le style "Dogme", et elle tire dix fils à la fois pour composer l'étoffe dramatique d'une histoire foisonnante de personnages et de péripéties. On passe d'une salle de sport à un presbytère, d'une salle d'étude coranique à une dispute familiale survoltée, de la rupture à la menace, de la violence à la réconciliation.
 
Cheyenne Carron a le talent rare de pouvoir être à la fois mouvementée et nuancée, déchaînée et délicat.
La famille d'Akim est un mélange extrêmement vivant et attachant de caractères opposés, unis par une affection profonde malgré les divergences de vues et de styles de vie. Et si la vengeance des musulmans zélés à l'égard d'un converti est décrite dans sa brutalité, la méditation parallèle de l'imam subtil et du prêtre tout offert pose en douceur les questions essentielles.
Touffik Kerwaz et Yannick Guérin sont remarquables, et Fayçal Safi donne à ce drame son beau tourment spirituel.

Paru dans Le Figaro, 1er octobre 2014
TRANCHANT  Marie-Noelle

Née le 22 décembre 1951
Célibataire
 
Journaliste culturelle


Lettres classiques (hypokhâgne et khâgne)
Ecole du Louvre
Maîtrise de Lettres modernes à la Sorbonne, Paris IV
(mémoire Baudelaire et Thomas de Quincey)


Enseignement
Français, latin, grec, dans des écoles privées hors contrat (1972-80)

Journalisme :
à la revue ROC (cinéma et la télévision), dirigée par Pierre d'André (1972-1980)
au Figaro, rubrique cinéma, depuis 1980.
Collaboration à la revue Le Spectacle du monde (1995-2001)
     et à l'émission de critique de cinéma "Sortie de secours" sur Paris Première (1991-93).

Plus dans cette catégorie : « Sortir de l'athéisme De l'Islam »

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version