Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Au delà (113)

Tuer Dieu tue   Le 7 janvier 2015, les plus grands noms de la dérision libertaire et bouffeuse de curés étaient abjectement assassinés par les malades de Daech religieusement modifiés. Attentat qu’aucun Satan ne saurait justifier, sauf à le perpétrer lui-même. Cet acte sanguinaire, qui emporta Cabu, Charb, Wolinski et leurs compagnons de dessins, est le blasphème suprême : tuer au nom de Dieu. Paix à leurs âmes en ce jour.   Cela aurait dû apaiser les survivants devenus par leurs "martyrs athées" de nouveaux héros français. Mais non, au lendemain du massacre, l’esprit Charlie, rescapé du drame mais pas de l’athéisme intégriste, s’est à nouveau manifesté, derrière la légitime émotion du pays, sous un autre blasphème : la caricature du sacré. A la une de Charlie il y a un an, le prophète était dessiné écrasé d’un pardon trop chrétien. Avec le slogan "Je suis Charlie" entre les mains qui…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Noël après le 13 novembre   Les chrétiens se préparent à fêter la naissance du Christ. Comme chaque année, les églises seront pleines. Ce soir de Noël, en effet, beaucoup de Français aiment venir à cette messe si particulière au cœur de la nuit, même s’ils ne sont plus des pratiquants habituels. Il y a une part de nostalgie, sans doute : devant la crèche, chacun retrouve un peu de son cœur d’enfant. Il y a aussi l’attachement à une tradition et à un héritage spirituel : Noël ne serait pas vraiment Noël si on réduisait cette fête aux cadeaux, au foie gras ou aux huîtres… Même les moins pratiquants, et peut-être même les moins croyants, pressentent la dimension spirituelle de cette nuit-là. C’est toujours émouvant pour un prêtre de voir les familles se rassembler dans l’église, toutes générations confondues et, le temps d’une messe, faire la paix, penser à ce qui…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Gnose et gnostiques des origines à nos jours
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
“Laudato si” “Laudato si” : l’écologie comme science de la maison de la famille humaine. En publiant l’encyclique Laudato si’, le pape François a-t-il écrit une encyclique sur l’écologie ? A-t-il manifesté un engagement d’écologiste ? Je préférerais dire qu’il a fait œuvre d’écologue. J’ose même dire qu’il a fondé (peut-être sans le vouloir) l’écologie vraiment scientifique, au sens de ce que sera la science dans l’avenir, une fois que son caractère de "technoscience" aura été intégré dans un nouveau modèle de savoir, à la fois plus large et plus précis – et dont l’application compte moins d’effets mortifères.   Il n’y a pas de science sans la puissance du concept. Les plus anciens exemples en sont sans doute le concept d’attraction universelle, ou le principe d’inertie. Par ces concepts surpuissants, notre esprit saisit et imagine à la fois l’essentiel structurant qui définit l’un de ses objets. Une fois acquise la…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Un brûlant témoin de l’Amour   Il y a trois ans un homme exceptionnel mourait à Madras. Son visage rayonnait d’une immense bonté, souvent traversée par la douleur de la compassion. Ceux et celles qui l’ont rencontré, ne fût-ce qu’une fois dans leur vie, n’ont pu oublier cette rencontre. Je veux parler de Pierre Ceyrac, jésuite, né en Corrèze en 1914, parti en Inde en 1937, puis ordonné à Kurseong, dans l’Himalaya, en 1945. Aumônier des étudiants catholiques de l’Inde de 1951 à 1966, engagé auprès des dalits (littéralement les "opprimés", ceux que l’on appelait autrefois les Intouchables) de 1967 à 1980 ; il rejoint les camps de réfugiés khmers à la frontière du Cambodge et de la Thaïlande, de 1980 à 1992 – "la période la plus émouvante" de sa vie, dira-t-il plus tard. De retour en Inde, il oriente son combat vers l’accueil d’enfants pauvres ou orphelins et crée…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Méditation sur le temps de Pâques   Dieu est un grand Roi, plein d'amour. Nos "péchés" peuvent le peiner parce qu'ils nous éloignent de lui ; pas l'offenser ! Le Christ n'est pas venu sur Terre pour "payer" à notre place à son Père une quelconque "réparation". Abandonnons cette représentation de Dieu. En s'incarnant, le Christ s'est inséré dans l'humanité entière, des origines de l'humanité à la fin des temps, comme le levain dans la pâte, pour accomplir en nous et avec nous le difficile et douloureux travail de notre conversion, jusqu'à nous porter en lui à l'unisson de l'Amour de son Père. C'est là toute la foi de l'Eglise primitive et aujourd'hui des Eglises d'Orient. De même que les trois personnes de la Trinité ne forment qu'un seul être, de même tous les hommes ne forment avec le Christ qu'un seul être. Nous sommes tous consubstantiels entre nous et…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Tous les chrétiens vont bientôt célébrer le mystère central de leur foi : la Croix. Mais la contemplation des chrétiens d'Occident et d'Orient n'est pas du tout la même. Pour les catholiques et toutes les variantes protestantes, c'est le Christ qui expie à notre place le châtiment mérité par nos péchés pour apaiser la colère du Père et obtenir notre pardon. Pour les chrétiens d'Orient, les souffrances du Christ ne concernent absolument pas son Père. C'est le Christ qui, par un lien mystérieux mais réel, concret, par-delà le temps et l'espace, prend sur lui nos épreuves et surtout nos tentations, pour en triompher en Lui, mais aussi en nous, si nous le voulons bien, jusqu'à la tentation suprême du désespoir absolu : "Mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ?" suivi de "Papa, je remets mon âme entre tes mains". Deux contemplations de la Croix totalement différentes !    
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
      Meilleurs vœux !           ma carte de vœux : un @book,            un Chemin de Compostelle gravé        http://atelier.audedekerros.fr/e-book/        Cliquez, puis descendez jusqu'au livre :               "Le Chemin des Etoiles"
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0
Entretien avec Cheyenne Carron à proos de "L'Apôtre" Cheyenne Carron : "Il faut parler des choses qui fâchent sans se fâcher" Après La fille publique, sur sa jeunesse d’enfant de la DDASS accueillie dans une famille aimante, Cheyenne Carron, productrice, scénariste, réalisatrice,  signe un nouveau film, "L’Apôtre" (*) : le récit mouvementé de la conversion d’un jeune musulman au christianisme. Seule (elle n’a reçu aucun soutien financier du monde du cinéma), forte et intrépide, elle répond entièrement de sa conviction : parler en vérité est l’unique façon d’éviter que le sang ne coule. Le Figaro : Quelle est la part de fiction et la part de réalité dans votre film ? Cheyenne Carron : L’histoire s’est construite à partir de plusieurs faits réels. Le premier est un drame qui me touche de près. Dans mon village de la Drôme, il y a une vingtaine d’années, la sœur d’un prêtre que je connaissais bien, a été assassinée…
Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version