Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'Europe qui s'est rendue odieuse

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(3 Votes)
"Un défouloir" : c’est ce que gauche et droite redoutent des élections européennes du 25 mai. Elles ont raison. La crise de la politique, née d’une incapacité à écouter les gens et à engager les réformes attendues, s’y exprimera rudement. Le contentieux oppose une oligarchie despotique à des nations humiliées. Les Commissaires, si bien nommés, ont cru anesthésier l’âme des peuples sous la loi du marché et le seul confort matériel. Ils se sont trompés. En France, c’est à Nicolas Sarkozyque revient la faute d’avoir contourné le rejet, par référendum en 2005 (à 55 %), de la Constitution européenne. Ce faisant, il a aggravé la crise de confiance qui plombe l’Europe. Aussi, quand François Baroinsuggère une intervention de l’ancien président pour éclairer les électeurs, il oublie que les "nonistes" ont de la mémoire. Pour eux et d’autres depuis, voici venue l’heure des comptes.
Des vérités sont à dire sur cette Union européenne (UE) bâtie dans l’indifférence des particularismes et des frontières. Belle idée dévoyée, elle s’est rendue odieuse à beaucoup de ceux qu’elle devait protéger. Les partis en conviennent, quand ils assurent que "l’Europe doit changer". Mais ils n’ont jamais rien fait pour obliger cette construction, froide et distante, à préserver les souverainetés. Le législateur français a été dépossédé de près de 80 % de ses pouvoirs. A cinq semaines du scrutin, il faut tendre l’oreille pour percevoir, chez les mandarins, l’écho d’une autocritique ou d’un débat. Changer, oui. Mais pour qui, pour quoi ? Personne n’ose s’avouer l’ampleur de la reconstruction. Les eurosceptiques et autres "populistes" ont là l’occasion historique d’imposer un coup d’arrêt à cette UE si peu démocratique, confisquée par les juges, les experts, les banquiers, les moralisateurs…

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/

RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version