Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Russie, la famille européenne !

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(6 Votes)
Ramenons la Russie dans la famille européenne !
 
A l’ordre du jour du Conseil européen, qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2016, figure un "débat d’orientation sur les relations avec la Russie". Angela Merkel a déjà préconisé, par voie de presse, le durcissement des sanctions de l’Union européenne à l’égard de la Russie. Faut-il que la France suive l’Allemagne sur cette ligne ou plutôt qu’elle invente une politique différente ?
 
Les manœuvres de l’opération Spring Storm de l’Otan, qui déployèrent, en mai 2016, quelque 6 000 soldats à la frontière nord de l’UE avec la Russie, avaient leur raison d’être : il s’agissait de rassurer les trois Pays baltes sur la solidité de l’alliance stratégique qui nous unit à eux depuis 2004. Quand, dans les airs ou sur les mers qui entourent le continent européen, les forces russes se montrent, il faut aller à leur rencontre, avec un sourire poli, mais ferme.
En revanche, la politique européenne de sanctions anti-Moscou est contre-productive. On n’infléchit pas la politique d’une nation aussi résiliente et orgueilleuse que la Russie par des embargos. Les sanctions commerciales européennes ont pénalisé nos propres producteurs industriels et agricoles. Elles ont envenimé nos relations avec la Russie, sans faire fléchir le Kremlin le moins du monde sur le dossier ukrainien.
 
Ces relations n’ont jamais été aussi mauvaises depuis la chute de l’URSS en 1991 et les médias russes parlent de la possibilité d’une troisième guerre mondiale, où la Russie serait l’agressée. Moscou a rompu un accord de coopération avec Washington sur la gestion du plutonium militaire et organisé, du 4 au 7 octobre, un grand exercice simulant une attaque nucléaire contre la Russie, impliquant 40 millions de citoyens. En raison des invasions napoléonienne et hitlérienne passées, la Russie souffre d’une fièvre obsidionale qui lui fait toujours penser qu’elle est assiégée et que des complots et des préparatifs d’invasion se trament contre elle. Or, involontairement et par méconnaissance de la mentalité russe, la politique de l’Otan alimente cette paranoïa. La stratégie de l’Occident vise à exercer un effet dissuasif, mais elle produit sur la Russie un résultat inverse. Nous sommes tombés dans un cercle vicieux : par son ingérence au-delà de ses frontières, la Russie poursuit en fait des buts défensifs, parce qu’elle s’estime menacée. Face à cette ingérence, nous prenons des sanctions et déployons des moyens militaires, mais cela ne fait que renforcer la peur qu’éprouve la Russie et dope son agressivité dans un engrenage infernal.
 
La Russie est un pays occidental. Dostoïevski, Tolstoï et Tourgueniev irriguent la culture occidentale. Mais notre intransigeance la pousse dans les bras de la Chine, qui est notre rivale, à tel point que les deux pays ont effectué des manœuvres communes d’entraînement dans les eaux de la mer de Chine méridionale, du 12 au 19 septembre 2016. Face à la Chine, la Russie devrait être avec nous, pas contre nous.
La Russie est tout sauf un agneau, mais on ne fait de la politique que sur des réalités. Pays le plus vaste du monde, cette puissance nucléaire, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, est aussi le fournisseur énergétique de l’Europe. Politiquement, Poutine n’est pas un démocrate, mais il est le dirigeant le plus libéral de toute l’histoire de la Russie. Son régime est préférable à la terreur rouge stalinienne et au chaos des années Eltsine. Diplomatiquement, la Russie est incontournable au Moyen-Orient. Elle y combat le djihadisme sunnite, qui se trouve être notre plus mortel ennemi. Nous blâmons la Russie pour son intervention en Syrie. Mais, sans elle, Damas serait tombée en septembre 2015 aux mains des djihadistes, il y aurait eu un génocide des alaouites et, au mieux, une expulsion générale des chrétiens. Nous ne mettrons pas fin à la guerre en Syrie sans dialoguer avec les Russes.
 
Il faut ramener la Russie dans la famille européenne. Pour cela, il faut engager un vrai dialogue avec Poutine. Que les Occidentaux et les Russes aient le courage de proclamer clairement leurs intérêts vitaux, pour qu’on puisse ensuite trouver un terrain d’entente. Pour les Européens, il s’agit du respect absolu de l’intégrité territoriale des États d’Europe centrale et orientale (y compris baltes). Pour les Russes, il s’agit de conserver les ex-Républiques soviétiques d’Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie, de Géorgie, comme autant d’États tampons neutres, tels la Finlande des années 1945-1990, et d’y protéger les droits des minorités russes qui y vivent. Ce n’est pas une prétention aberrante. Si nous garantissons à la Russie la neutralité de l’Ukraine, elle rendra à son voisin les 420 kilomètres de frontières qu’elle occupe actuellement.
 
Ignorer, dans notre diplomatie, la paranoïa russe, constitue une erreur cardinale. Nous devons être les intermédiaires de la réconciliation entre Russie et UE, ce qui conférera à la France un nouveau leadership européen.

Paru dans Le Figaro, 18 octobre 2016
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version