Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Face à Trump, ...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
UE : face à Trump, l'épreuve de vérité

Que vaut un engagement de l'Amérique s'il peut être déchiré à tout moment, comme l'accord sur le nucléaire iranien, en fonction des changements de locataire à la Maison-Blanche ?
 
Ce 15 mai se tient à Bruxelles une réunion diplomatique d'une importance cruciale pour l'avenir de l'Union européenne (UE) en tant qu'entité politique. Autour de la haute représentante pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, se réuniront les ministres des Affaires étrangères d'Allemagne, de France et du Royaume-Uni. Ces trois puissances furent signataires, au nom de l'Europe, de l'accord international de Vienne du 14 juillet 2015 sur le nucléaire iranien. Le ministre iranien des Affaires étrangères est invité à se joindre à la deuxième partie de la réunion de Bruxelles.
Négocié pendant près de dix ans, cet accord, dont le nom exact est JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), permet à la Perse de redevenir une grande puissance commerciale (grâce à la suspension des sanctions internationales dirigées contre elle), en échange de son renoncement à devenir une puissance nucléaire. Mme Mogherini a affirmé le 11 mai que l'UE était "déterminée à préserver" le JCPOA, qu'elle a qualifié, à juste titre, de "l'une des plus belles réussites jamais réalisées de la diplomatie".
Malgré le travail considérable qu'avait réalisé le secrétaire d'État John Kerry pour obtenir cet accord garantissant l'arrêt de la prolifération nucléaire au Moyen-Orient, Donald Trump a décidé de le déchirer. L'allocution solennelle, le 8 mai, du président des États-Unis pour annoncer leur retrait du JCPOA et le rétablissement de leurs embargos contre l'Iran, restera dans l'histoire diplomatique pour deux raisons : d'une part, son accumulation d'inexactitudes factuelles ; d'autre part, le reniement de sa signature par une grande puissance, pourtant jadis fondatrice de l'ONU (laquelle avait entériné le JCPOA sous forme de résolution du Conseil de sécurité).
Que vaut un engagement international de l'Amérique, s'il peut être déchiré à tout moment, en fonction des changements de locataire à la Maison-Blanche ? Opposé au traité de Rome de 1957, de Gaulle, revenu aux affaires en 1958, n'avait-il pas mis un point d'honneur à ce que l'État remplisse à l'avance toutes ses obligations découlant du traité européen, car était en jeu le respect de la signature de la France ? Lors de leur réunion du 15 mai, les trois ministres auront à relever deux défis. Le premier, immédiat, consiste à sauver le JCPOA, afin de prévenir la reprise par l'Iran de ses activités d'enrichissement d'uranium, et sa possible sortie du TNP (traité de non-prolifération nucléaire de 1968). Ils trouveront, dans cette tâche, le soutien de la Russie et de la Chine, cosignataires avec eux du JCPOA.

Le deuxième défi est encore plus ardu. Les Européens devront trouver une voie pour protéger leurs entreprises des sanctions promises par les États-Unis. John Bolton, le nouveau conseiller à la Sécurité nationale de Trump, a fait savoir qu'il n'hésiterait pas à faire sanctionner les sociétés européennes qui continueraient à investir ou commercer en Iran, dans les secteurs stratégiques définis par Washington. Le 10 mai, Richard Grenell, le nouvel ambassadeur américain à Berlin avait, dans un tweet, publiquement ordonné : "Les entreprises allemandes qui font des affaires en Iran doivent immédiatement se retirer !" Les Allemands croyaient avoir recouvré leur pleine souveraineté il y a plus d'une génération. Ils s'aperçoivent que ce n'est pas une réalité internationale pour tout le monde…
La Maison-Blanche menace de punir des entreprises européennes qui ne font qu'appliquer une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée unanimement il y a trois ans. On croit rêver ! Que peuvent faire les Européens face à une telle arrogance ? À court terme, ils peuvent activer un règlement du Conseil des communautés européennes de 1996 - surnommé "Blocking Regulations" -, qui interdit à toute personne physique ou morale européenne de se soumettre à des actes administratifs, législatifs ou judiciaires décidés par une puissance étrangère. Cela rassurera un peu les PME européennes, mais pas les grandes sociétés, qui ont trop d'intérêts en jeu sur le territoire américain. À moyen terme, les Européens peuvent dissuader les Américains de passer à l'acte, en promettant que toute sanction de leur part ferait l'objet de représailles de même grandeur. À long terme, les Européens devront se préparer à ne commercer qu'en euros. La BNP a été condamnée en 2016 à 9 milliards de dollars d'amende, au prétexte d'avoir utilisé des dollars pour financer le commerce de pays sous embargo américain. La compensation finale s'étant faite sur le territoire américain (au compte de la BNP à New York), il était donc "normal" que le droit américain s'appliquât à l'ensemble de l'opération… À l'occasion de ce diktat américain inouï, les Européens sauront-ils recouvrer leur indépendance ? C'est l'épreuve de vérité pour le volet politique de l'UE. Si elle se soumet à Trump, elle perdra toute raison d'exister.

Paru dans Le Figaro, 15 mai 2018
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version