Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (305)

Europe des peuples, Europe des élites   Varsovie est désormais à Budapest. Pas un effet du réchauffement climatique, mais du réchauffement politique. La victoire des conservateurs aux législatives polonaises a été grandement favorisée par le refus massif dans le pays de l’énorme vague de migrants venue de Syrie. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, qui a longtemps bataillé seul face au diktat allemand et aux leçons de morale françaises, reçoit enfin du renfort. Avec Varsovie et Budapest, sans oublier leurs acolytes du Groupe de Visegrád (République tchèque et Slovaquie), c’est toute l’Europe centrale et orientale qui affirme sa volonté de défendre une Europe catholique et blanche, aux peuplements homogènes, garante de la paix civile face aux délires postmodernes des dirigeants franco-allemands (et suédois), Docteurs Folamour du multiculturalisme et de la déchristianisation. Il est vrai que ces pays d’Europe orientale sont les héritiers de l’Empire des Habsbourg et qu’ils ont vécu…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La crise des migrants, l'opération anti-passeurs de l'UE et de l'ONU   Le 7 octobre 2015, l'Union européenne (UE) a mis en place sa deuxième phase de son plan anti-passeurs. Et le vendredi 9 octobre, l'ONU a donné son aval pour arrêter en haute mer des navires de migrants venant de Libye qui tentent de gagner l'Europe. Il s’agit d’une opération nouvelle et attendue depuis plusieurs mois. Même si la justice italienne avait déjà pris des initiatives, notamment en interrogeant des migrants parvenus en Sicile, c’est la première fois que l’Union européenne engage véritablement une action contre les passeurs, baptisée "Sophia" ou "Sofia", du nom d’une petite fille de migrants née en mer. Cette nouvelle mission, conduite par des bâtiments de guerre, a pour objectif d’intercepter des bateaux susceptibles de contenir des passeurs et, en cas d’éléments permettant une présomption de trafic illégal de migrants, de les arrêter et de…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Europe n’existe plus   Poutine avait réuni à Vienne des ministres des affaires étrangères pour parler de la Syrie ; il y avait là Feridun Sinirliogun, le Turc, John Kerry, l’Américain, Adel al-Jubeir, le Saoudien et Serguei Lavrov, le Russe. Des pays aux intérêts divergents mais tous acteurs majeurs dans la question syrienne. De l’Europe personne et en particulier pas le ministre français Fabius sensé parler au nom d’un pays traditionnellement impliqué au Proche Orient, en particulier en Syrie et qui, jusqu’à il y a peu, y avait une grande influence. L’Europe ne représente plus rien, n’a aucune politique cohérente, aucune puissance militaire et finit toujours par s’aligner sur les Etats Unis.   La France est obsédée par l’idée de faire chuter Bachar el-Assad sans se préoccuper aucunement de ce qu’il se passera ensuite, ayant oublié l’Irak et le chaos qui suivit l’éviction de Saddam Hussein et la Libye après qu’on…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Le réveil des peuples bouscule la politique   Que cherchent-ils, ceux qui se mobilisent contre la montée du "populisme" en Europe ? Oh ! Très simple : ils veulent faire taire les peuples en colère. Or ces derniers semblent décidés à résister aux grands prêtres de la mondialisation qui, à commencer par les technocrates de Bruxelles, les ont conduits de force là où ils refusaient d’aller : vers des sociétés postnationales, déracinées, amnésiques, sans frontières, aux identités floues. Nombreux sont les citoyens européens qui craignent une subversion islamiste, si rien ne vient stopper la braderie de leur civilisation au profit d’une autre, dépourvue d’états d’âme. C’est ce que les Suisses, porte-parole du regain souverainiste, ont confirmé dimanche en votant majoritairement pour l’UDC, parti anti-immigration. L’union gauche-droite qui se dessine en France contre le FN oblige les ligueurs à diaboliser un sentiment national qui partout se réveille. L’angélisme merkelien, qui a enclenché en septembre l’énorme…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Erdogan : du double langage au double jeu   Quand il vient à Strasbourg, il tient un meeting devant plus de 10 000 personnes - coraniquement séparées entre hommes et femmes - qu’il exhorte à ne pas s’assimiler aux pays dans lesquels ils vivent, sans qu’aucun de nos progressistes patentés ne moufte. Quand il se rend ensuite à Bruxelles, il n’hésite pas à faire la leçon à ces Européens "qui ont longtemps fermé leurs cœurs aux réfugiés venant de Syrie". Erdogan ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît. Celui que les Turcs ont surnommé le "nouveau sultan" - dans un mélange d’admiration et de frayeur - est en tournée. Tournée électorale - élections législatives pour tenter de récupérer sa majorité parlementaire perdue. Tournée diplomatique - pour s’entendre avec l’Europe sur le traitement des "migrants" venus de Syrie. Et même tournée militaire, pour obtenir l’appui de l’OTAN - dont la Turquie fait toujours…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand l’Europe humiliée en redemande…   Le président turc est déjà chez lui en France. C’est à Strasbourg que Recep Tayyip Erdogan a tenu meeting électoral, dimanche, devant 12 000 compatriotes et une marée de drapeaux turcs. Dans la salle, les femmes étaient d’un côté, les hommes de l’autre. En préalable à son discours, un imam a dirigé la prière. Puis Erdogan s’en est pris aux "terroristes" ; non pas ceux de l’État islamique que la France combat, mais aux Kurdes qui résistent à l’islam radical. Ensuite, l’ombrageux sultan a encouragé ses compatriotes, dont les 650 000 qui vivent en France, à prendre la nationalité des pays hôtes tout en leur enjoignant de ne pas s’assimiler. Enfin, en dépit de sa présence dans la cité européenne, il a présenté son pays en défenseur de la "vraie civilisation", accusant l’Europe d’être affectée par"la xénophobie, l’islamophobie et le racisme". Il lui a craché à la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Volkswagen : des origines aux limites du "made in Germany"   Le scandale Volkswagen a secoué l’industrie automobile mondiale et plus encore l’Allemagne. Il est le résultat d’une politique économique poussée à son paroxysme dont l’origine remonte loin dans le temps.   L’Allemagne est le pays le plus performant à l’exportation. Son excédent commercial est le plus élevé au monde en valeur nominale et relative. Cette performance n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une politique qui remonte à la fin du 19ème siècle. L’Allemagne connaît alors une croissance démographique très forte. (1) Deux solutions s’offrent à elle : accroître la production pour retenir la population ou encourager l’émigration. C’est la première solution qui est choisie – l’exportation sera l’exutoire de l’augmentation de production liée à l’accroissement de la population. (2) Peu à peu, les produits allemands font leur apparition sur le marché britannique où ils font concurrence à la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La Catalogne contre l’hydre des Régions   Les Catalans ont posé un pied dans le Rubicon. Mais l’eau est froide. Ils hésitent encore. Les partis indépendantistes ont remporté la majorité des sièges au Parlement de la Région mais avec une minorité des voix (48 %). De quoi laisser aux pêcheurs en eaux troubles un dernier espoir de sauver l’unité de l’Espagne. Les Catalans hésitent encore, mais pour de mauvaises raisons. Peur de l’inconnu. Peur que le Barça soit privé de son Clásico contre le Real Madrid. Mais le chemin est bien dégagé. Celui de l’indépendance de la Catalogne. La revanche historique sur les troupes du roi d’Espagne (le petit-fils de Louis XIV !) qui, en 1714, vainquit les dernières résistances au pouvoir de Madrid. L’indépendance vient de loin. Elle s’est d’abord appelée autonomie. Après la mort de Franco, on est passé du tout-castillan au tout-catalan : services publics, panneaux indicateurs, histoire à l’école.…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Syrie, effet boomerang ?   Tout drame humain mérite compassion... C’est bien-sûr le cas de la noyade de cet enfant échoué sur une plage de Turquie, dont les médias nous ont repassé l’image à l’envie, avec force détails – dont la plupart se sont révélés rapidement faux ou arrangés, sur sa famille et sa courte vie. On s’est empressé de la comparer à celle de la petite fille du Vietnam courant nue sous les bombes américaines, à celle du petit Biafrais qui a consacré le rôle des médias dans le registre de l’émotion, comme si on n’attendait que ce cliché pour accélérer et justifier le déferlement de réfugiés sur l’Europe. C’est dans ce contexte de matraquage émotionnel que nos dirigeants européens ont pris des décisions dont il semblerait, depuis, que certain des plus "généreux" commence à se repentir en remettant des contrôles à ses frontières.   Que l’émotion soit devenue…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version