Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (475)

"Ainsi va le monde… et c’est ainsi depuis toujours !"   De la crise de modèle à l’implosion du système 2006 : Crise des matières premières, le brut surfait autour des 150 $ le baril. Les meilleurs experts spéculaient allègrement à l’époque sur des hypothèses à 200, 400 $... Un baril autour des 50 $ n’était absolument plus imaginable compte tenu de la pression de la demande des BRICS, soit quasiment un milliard de nouveaux entrants, qui ont rallié notre modernité de façon spectaculaire en 25 ans. Pour autant ce transfert de modèle n’a concerné qu’une minorité de classes moyennes émergentes au sein de ces pays, ce qui laisse actuellement 5 milliards d’individus en dehors des critères de prospérité et de développement portés par notre vieil Occident… Ce dernier qui ne représente plus que 7,5 % de la population et à peine 40 % de la création de richesse (1) mondiale s’est depuis…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Vers un monde de ruptures   Je suis bien embêté et le responsable est monsieur Trump. Je m’explique. Theodore Roosevelt, le Président US qui me rappelle le plus Donald Trump avait coutume de dire que la diplomatie était chose facile : il fallait parler doucement et se balader avec une grosse massue. Monsieur Trump, quant à lui parle très fort et distribue des coups de massue à droite et à gauche avec beaucoup d’abandon. A l’évidence, il veut foutre en l’air le cauchemar globaliste de Georges Soros et chacun peut voir qu’il y prend un grand plaisir. Nous sommes en effet en train de changer de monde : jusqu’à monsieur Trump, nous vivions sur la croyance que les USA était une sorte de gentil "Hégémon" dont le rôle principal était de maintenir leur prééminence "diplomatique et culturelle" en acceptant de passer et de respecter des accords de coopération économique qui pouvaient parfois leur…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Iran-Amérique : deux stratégies sans issue   CHRONIQUE - Invoquant leur dignité bafouée, les dirigeants iraniens ont eu tort de refuser l'offre de dialogue de Donald Trump. Mais la Maison-Blanche aurait tort de suivre les recommandations extrêmes de John Bolton.   Depuis que la victoire de leur allié baasiste dans la guerre civile syrienne est apparue évidente, les gardiens de la révolution iraniens n'ont pas manqué de se gargariser de leur stratégie. Quels progrès la République islamique d'Iran n'avait-elle pas accomplis depuis 1988, date à laquelle, épuisée par huit ans de guerre, elle avait dû accepter un armistice sans bénéfice avec son agresseur, l'Irak de Saddam Hussein ! Il y a peu, les pasdarans se vantaient encore auprès de leurs visiteurs étrangers que la Perse des mollahs avait conquis son accès à la Méditerranée et mis la main sur quatre grandes capitales arabes : Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Ce n'est…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Washington consolide l'axe russo-chinois   CHRONIQUE - En détériorant sa relation avec Moscou et Pékin, Donald Trump prend le risque de voir les deux puissances redevenir alliées, comme elles l'étaient dans la décennie 1950-1959.   Lorsque Henry Kissinger pilotait la politique extérieure américaine dans la première moitié de la décennie 1970-1979, il avait inventé le concept de "triangle stratégique". Il fallait que l'Amérique s'arrange toujours pour être plus proche à la fois de la Russie et de la Chine que ces deux nations orientales pouvaient l'être entre elles. Au cours de l'année 1972, il parvint à ce que Richard Nixon se déplace en février à Pékin - pour y établir des relations diplomatiques - et en mai à Moscou - pour y signer le premier traité de limitation des armes nucléaires stratégiques.   L'Amérique de Donald Trump suit un chemin opposé. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on se demande comment…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Sur la Turquie d'Erdogan, Trump a raison !   CHRONIQUE - Le nouveau sultan essaie actuellement d'élaborer un chantage à l'Otan, expliquant urbi et orbi qu'il peut trouver d'autres puissants partenaires stratégiques. Si c'est à la Russie qu'il songe, ce ne sera pas pour lui un parcours semé de roses.   Faute d'avoir obtenu, après l'avoir maintes fois réclamée, la libération d'un pasteur américain injustement emprisonné depuis vingt-deux mois en Turquie, l'Administration Trump vient de prendre des sanctions contre le gouvernement islamo-nationaliste du président Recep Erdogan. Le 1er août 2018, le département du Trésor de Washington a sanctionné le ministre turc de l'Intérieur et son collègue de la Justice, responsables de l'arrestation, de la détention sans fondement sérieux, puis du simulacre de première audience judiciaire d'Andrew Brunson, un pasteur marié et père de trois enfants, qui animait très calmement depuis plus de deux décennies une très petite communauté protestante dans la…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De la Chine...                                                            Le président Xi Jinping ne publie pas de Petit livre rouge. Il se contente de jolis cahiers blancs, traduits en 9 langues qui expliquent à ses concitoyens et au reste du monde sa version du bonheur en Chine, présent et à venir. Il existe 2 volumes relatifs à La gouvernance de la Chine, le second ayant été lancé en grande pompe à Londres en avril dernier. S'y ajoute un Livre Blanc diffusé fin Juin, relatif au rôle que la Chine entend jouer dans l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), dans laquelle elle eut tant de mal à entrer, seulement en 2001, mais dont elle aborde désormais les principes avec sérénité et dont elle entend même élargir les ambitions de coopération. Que raconte ces essais littéraires ?   D'abord, ils sont inattendus. Il est rarissime, exceptionnel, pour ne pas dire incongru, qu'un chef d'état (ou du moins une structure…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les obstacles au rapprochement russo-américain   CHRONIQUE - Donald Trump pense que l'Amérique doit avant tout éviter l'alliance stratégique de Moscou et Pékin contre elle. Mais plusieurs obstacles se dressent sur le chemin d'un rapprochement russo-américain.   La Maison-Blanche a indiqué, le 27 juillet 2018, que le président Trump recevrait le président Poutine à Washington au tout début de l'année 2019, et qu'il se rendrait lui-même plus tard à Moscou. Ce sera alors le troisième sommet russo-américain en l'espace d'une année, si l'on compte la rencontre d'Helsinki du 16 juillet 2018. Ces rencontres multipliées préfigurent-elles un rapprochement russo-américain ? Depuis qu'il s'exprime sur la politique étrangère de son pays, c'est-à-dire depuis plus de trente ans, Donald Trump a toujours milité pour un tel rapprochement. Le président américain estime que l'Amérique a un compétiteur stratégique, qui est la Chine, qu'il faut contenir. Aux yeux de Trump, la Russie, qui n'est plus l'URSS…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Pourquoi Trump s'en prend-il à l'Iran ?   CHRONIQUE - Tout se passe comme si les États-Unis avaient bel et bien renoncé à trouver un arrangement diplomatique avec le régime des mollahs.   S'exprimant dimanche 22 juillet 2018 devant un parterre de diplomates iraniens, le président Rohani a tendu une demi-branche d'olivier aux États-Unis. "L'Amérique devrait comprendre que sa paix avec l'Iran serait la mère de toutes les paix mais que lui faire la guerre serait la mère de toutes les guerres !", a dit ce président réformateur, élu en 2013 et réélu en 2017 par la population iranienne, sur un programme d'ouverture à l'Occident. Rejetant cet appel du pied diplomatique de Téhéran, le Président Trump a réagi le 23 juillet par un tweet d'une extrême intransigeance : "Au président Rohani : ne vous avisez plus jamais de proférer des menaces contre les États-Unis ; sauf à vous exposer à des conséquences que très…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De Bretton Woods à 1929   Ceci est la troisième note que j’écris sur les causes du déficit commercial des Etats-Unis – déficit auquel Donald Trump a décidé de s’attaquer. Dans la première, j’ai expliqué comment les Américains avaient abusé du système qu’ils avaient eux-mêmes créé en 1944. Dans la seconde, j’ai montré que ce déficit tenait essentiellement à la politique économique des Etats-Unis. Dans cette troisième, je note que les règles du système international des échanges ayant été bafoués, une crise économique mondiale est inévitable si Donald Trump met à exécution ses menaces à l’égard de la Chine.     Le 15 juin, Donald Trump a imposé un tarif douanier de 25 % sur les importations d’acier et d’aluminium. Le 10 juillet, il a décidé de soumettre une liste de produits en provenance de Chine à des taxes punitives. La Chine a immédiatement pris des mesures de rétorsion sur…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version