Logo
Imprimer cette page

La descente aux enfers de Castro

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(1 Vote)
La descente aux enfers de Fidel Castro
 
Le décès de Fidel Castro, le 25 novembre 2016 à La Havane, marque la fin d’une époque.
La carrière politique du Lider Maximo s’est achevée en 2008 et, depuis, c’est son frère, Raul Castro, qui dirige le pays. On peut diviser cette carrière en deux temps : le temps de la guérilla et le temps du pouvoir. De 1947 à 1959, Fidel, jeune bourgeois, est un opposant politique au régime corrompu du dictateur Batista. À cette époque, Castro n’a aucun rapport avec le communisme et s’attire la sympathie de l’opinion publique internationale. Le jeune sénateur Kennedy fait même son éloge, le comparant à Bolivar.
La réussite de la guérilla a mené Castro au pouvoir. Mais, à partir de là, toute sa carrière de dirigeant a été une descente aux enfers pour son pays.
 
La première marche de cette descente a été le choix du communisme soviétique, provoqué par la maladresse de l’Administration Eisenhower. En effet, Washington a surréagi à la révolution cubaine. Estimant que leurs intérêts économiques étaient compromis dans l’île par le nouveau gouvernement révolutionnaire, les États-Unis décident en 1960 d’imposer un embargo sur le sucre cubain, puis de rompre unilatéralement les relations diplomatiques en janvier 1961, avant de décréter un embargo total en février 1962, soit sept mois avant la crise des missiles. C’est le boycott américain qui va pousser Castro dans les bras de l’URSS. Un cercle vicieux se met ensuite en place. Pour Castro, chercher à se réconcilier, c’est s’humilier. Il sait que les Cubains n’aiment pas le régime communiste, mais qu’ils l’aiment, lui, Fidel, qui a su redonner sa fierté à ce peuple très nationaliste. Pour la Maison-Blanche, lever l’embargo, en dépit de son inefficacité et des drames humains qu’il provoque à Cuba, c’est perdre la voix des millions d’électeurs anticastristes d’origine cubaine qui vivent en Floride, l’un des États-clefs de l’élection présidentielle. Il faudra attendre le réalisme d’Obama, inquiet face à la montée des investissements chinois à Cuba, pour qu’en 2014 soit annoncée la reprise des relations diplomatiques et la levée progressive de l’embargo.
 
La deuxième marche de cet escalier infernal a été la mise en place d’une dictature policière, qui a conduit à l’exil trois millions de Cubains. Emprisonnements politiques, exécutions, persécution des homosexuels, policiers et indicateurs omniprésents ont forgé un petit stalinisme sous le soleil, n’en déplaise à une partie de la gauche française, fascinée par le charisme du Lider Maximo.
 
La troisième marche a été un aventurisme catastrophique en politique étrangère. Castro fut l’exécuteur des basses œuvres de l’URSS dans le tiers-monde. En plus de conseillers envoyés au Mozambique et en Éthiopie, Cuba est militairement intervenue de 1975 à 1991 en Angola. Au profit des métis du MPLA, les soldats cubains ont combattu les forces, authentiquement indigènes, de l’Unita de Jonas Savimbi.
La quatrième marche est une occasion ratée. En 1991, la chute de l’URSS et la fin de la guerre froide auraient dû inciter Fidel Castro à conduire son pays vers la social-démocratie. Il aurait pu accepter la main tendue de nombreux pays latino-américains et européens, qui refusaient l’embargo américain. Au lieu de cela, Fidel a préféré, à partir de 2004, se rapprocher du néobolivarien Hugo Chavez, qui a réussi à ruiner un pays aussi riche que le Venezuela. Certes, le régime castriste a remporté quelques succès sur le plan social. Seulement 1,5 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. L’espérance de vie est de 79 ans, ce qui est très légèrement supérieur à celle des États-Unis et dix-sept ans de plus qu’à Haïti. Le système éducatif est performant. La méthode d’alphabétisation cubaine Yo, si puedo a permis à des millions d’enfants latino-américains d’apprendre à lire. Le système de santé est excellent et accessible à tous.
 
Le grand enjeu pour Cuba est la transition. Le pays va devoir mettre en place un État de droit (condition sine qua non de tout développement économique), garantissant une démocratie pluraliste et une économie de marché, capable de susciter l’initiative privée, afin de sortir le pays de la sous-production. Mais cette libéralisation politique et économique devra se faire sans remettre en cause les quelques acquis positifs de la période communiste. Rien n’est pire qu’une libéralisation se muant en dérégulation aveugle, livrant les plus pauvres à la loi de la jungle.
Afin de recevoir un dernier hommage de la population, les cendres de Fidel vont traverser Cuba, de La Havane à Santiago. Comme, en 1980, la dépouille de Tito avait traversé la Yougoslavie. L’erreur de Tito fut de n’avoir rien préparé pour sa succession. Les frères Castro ont-ils prévu leur succession et une transition en douceur vers la démocratie ? En politique, on n’est grand, on n’est un vrai lider maximo que si l’on se montre capable d’œuvrer pour après soi.
Paru dans Le Figaro, 28 novembre 2016
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Dernier de GIRARD Renaud

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.