Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le président Obama

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le président Obama
 
La plupart des commentateurs français présentent le Président Obama comme un dirigeant falot. Comment 55 % des Américains peuvent-ils être satisfaits de son action ? Surtout quand on pense au score en fin de mandat de nos présidents passés ou actuel. ..
Rappelons que le Président Obama fut élu parce qu’il promettait d’améliorer le système de soins médicaux en l’étendant aux plus pauvres (Obama care) et de rapatrier les corps expéditionnaires d’Afghanistan et d’Irak, qui ont coûté une fortune aux Etats-Unis sans obtenir de résultats probants.
Ce qui fut fait, malgré l’obstruction systématique du Congrès, dominé par les Républicains. Les seuls échecs furent l’impossibilité de fermer le camp d’internement de Guantanamo, et l’impossibilité d’améliorer les relations raciales...
Dès son élection, Obama constata que l’économie américaine était en faillite : 10 millions de chômeurs, 10 millions d’Américains ont perdu leur demeure. Obama parvient à sauver l’industrie automobile, à arrêter la récession, à encadrer les activités financières. Le nombre de chômeurs a été divisé par deux et la croissance est repartie. Obama arrive à doter d’une assurance maladie 20 millions d’Américains qui en étaient démunis.
180 000 soldats américains étaient déployés en Afghanistan et en Irak : il n’en reste que 15 000 aujourd’hui.
De plus, le Président Obama a entrepris d’améliorer les relations des Etats-Unis avec Cuba et l’Iran : on ne peut pas dire que notre diplomatie l’ait aidé, surtout lorsque Monsieur Fabius était notre ministre des affaires étrangères.
Obama a pris la décision courageuse d’éliminer Ben Laden, acceptant le risque d’une crise entre son pays et le Pakistan qui tolérait la présence sur son sol du fondateur d’Al Qaïda.
Une autre décision courageuse fut de ne pas intervenir au sol en Syrie : l’élimination de Bachar el Assad et de ses partisans, c’était inéluctablement l’arrivée au pouvoir en Syrie d’islamistes incontrôlables, dont Daech a montré le véritable visage. Les camps opposés se sont tous illustrés par leur refus d’appliquer le droit de la guerre et tous ont utilisé des gaz toxiques provenant des stocks libyens, ce que nos média n’ont pas su dire. De toutes façons, notre ennemi principal, c’est Daech, en France, au Mali ou en Syrie : nous aurions dû nous allier à tous ceux qui s’opposent à cette organisation, donc à Bachar el Assad et à Poutine.
Le Président Obama mérite mieux que la condescendance de la majorité de nos journalistes. Comme j’aurais voulu que nos dirigeants fussent aussi efficaces que lui !
SALVAN   Jean

Né le 3 mars 1932
Marié (1953) – 5 enfants



Officier, général de corps d'armée


Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
Ecole d’Etat-Major 
Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire
Général de corps d’armée (1988)
Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 
Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)
Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine
Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public
Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 
Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 
Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions
Grand Officier de la Légion d’Honneur
Croix de la Valeur Militaire
Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban
Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version