Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le dernier attentat ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le dernier attentat ?
 
Le 22 mai, la Grande-Bretagne a été frappée à Manchester par un nouvel attentat. Cessons de croire que nous pourrions connaître la dernière des guerres ou le dernier attentat : le mal est dans la nature humaine. Comme l’écrivit Céline "Je savais moi, ce qu’ils voulaient les gens. C’est tuer et se tuer qu’ils voulaient". Depuis que j’ai l’âge de raison, les attentats terroristes n’ont jamais cessé, frappant indistinctement  enfants, adolescents, vieillards. Le 22 juin 1946, un attentat fut commis à l’hôtel King David de Jérusalem par le groupe juif dirigé par Menahem Begin, qui termina sa carrière comme premier ministre d’Israël. L’attentat fit 91 morts, dont 28 Britanniques, 41 Palestiniens, 17 juifs, et 45 blessés. Initialement, les terroristes croyaient faire avancer leur cause par des actions ciblées.
 
Mais c’est la guerre d’Algérie, de 1954 à 1962, qui fut la matrice d’où sortit le terrorisme contemporain, celui où n’importe quel hurluberlu se croit justifié en posant des bombes ou en tuant au hasard. On ne dira jamais quelle fut la responsabilité de Sartre et de Frantz Fanon dans cette évolution. Rappelons que pour Fanon, qui se fit enterrer en Algérie sous le nom d’Ibrahim Omar Fanon, la violence est inhérente aux combats de libération : "L’homme colonisé se libère dans et par la violence… Il faut tuer : abattre un Européen, c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer un oppresseur et un opprimé" (Les damné de la terre ,1961). Sartre crut utile de préfacer le dernier livre de Fanon.
Or le combat contre la colonisation put prendre d’autres voies que le terrorisme  aveugle. Pour Camus "Une cause est justifiée par les moyens qu’elle emploie."

Général (2° section) J.G. Salvan, 25 mai 2017
SALVAN   Jean

Né le 3 mars 1932
Marié (1953) – 5 enfants



Officier, général de corps d'armée


Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
Ecole d’Etat-Major 
Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire
Général de corps d’armée (1988)
Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 
Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)
Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine
Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public
Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 
Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 
Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions
Grand Officier de la Légion d’Honneur
Croix de la Valeur Militaire
Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban
Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version