Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (481)

Défendre la loi naturelle    l'Église est plus que jamais le seul point de repère qui reste. "Experte en humanité", ainsi que le disait le pape Paul VI, elle rend un insigne service à l'humanité en proposant aux hommes de bonne volonté, quelles que soient leur culture ou leur religion, une réflexion cohérente sur l'homme, sa place dans la Cité, son lien avec la morale. Et elle le fait non pas pour brider sa liberté, contrairement à ce que clament les imbéciles, mais pour l'orienter vers le seul vrai bonheur possible ici-bas et lui éviter les cruelles désillusions qu'inévitablement son prométhéisme lui promet. Ainsi en bioéthique, alors que nous nous orientons toujours plus vers une "chosification" monstrueuse de l'être humain, l'Église nous offre-t-elle une instruction admirable, Dignitas personae, qui, s'appuyant sur la dignité de la personne humaine créée à l'image de Dieu, montre les limites légitimes du pouvoir de l'homme.…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le massacre de Bombay (...) (site endommagé en 2013) à la suite des attentats islamistes de Bombay et le monde entier s'enflamme. Mais le massacre de plusieurs milliers de chrétiens dans l'Inde du Nord-Ouest n'a guère ému les médias. Pourtant les uns comme les autres sont victimes de l'intolérance qui est aussi grande chez certains Hindous que chez les islamistes. Dans un cas comme dans l'autre, les mêmes causes - la misère, le sous-développement des masses paysannes en Inde - entraînent les mêmes effets. Sous l'influence de Gandhi, et du musulman Ali Jinnah, l'Empire britannique des Indes fut partagé le 15 août 1947 et de nouveaux États furent créés : la Birmanie, Ceylan et le Pakistan, ce dernier rassemblant les régions où les musulmans étaient majoritaires. Le partage ne se fit pas sans difficultés, entraînant échanges de populations, conflits et massacres. Dès lors apparaissent des conflits interreligieux provoquant d'autres massacres.…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les élections américaines, une fausse révolution ! (...) (site endommagé en 2013) lançaient la Gorbymania. Quelques années plus tard, M. Gorbatchev obtenait péniblement 0,5 % aux élections présidentielles de Russie. L'Obamania qui nous submerge aura-t-elle les mêmes conséquences pour le Président élu ? Barack Obama est une personnalité brillante, intelligente, dynamique, mais il ne faudrait pas oublier qu'il a été élu par les blancs. L'électorat "coloured" représente moins de 25 % de l'électorat américain ; si près de 90 % des noirs ont voté Obama, c'est seulement le cas de 60 % des hispanos. Ce sont les blancs qui ont élu le nouveau président. Si les présidentielles américaines avaient eu lieu au printemps avant la crise économique et financière, McCain aurait été élu : ceux qui ont fait l'élection, ce sont 60 % des Américains gagnant moins de 100 000 dollars auxquels s'ajoutent près des deux tiers des jeunes de…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L'effondrement du "financial art" (...) (site endommagé en 2013) depuis presque quatre décennies. New York a fait de l'art contemporain (AC) un "financial art", dont la valeur s'élabore grâce à un jeu entre collectionneurs tout à la fois membres des conseil d'administration des musées et des fondations, propriétaires de supports médiatiques, de maisons de vente et de galeries. C'est un produit financier haut de gamme, dont la dernière version, élaborée après l'effondrement du marché de l'art en 1990, ressemble aux produits dérivés créés au cours de ces mêmes années. Il est fondé sur un système qui recherche la sécurité avant tout. Comme pour ces derniers, ce qui compte n'est pas la valeur intrinsèque, mais la solidité du réseau qui garantit le produit. New York a allié cette technique de fabrication de cotes à l'expression d'un dogme, élaboré dès la fin des années 1960, arrivé à maturité à la fin des…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Barack Obama et le "rêve américain" (...) (site endommagé en 2013) compte une forte dimension démographique, car il est indissociable des courants migratoires liés aux États-Unis. Or, l'élection de Barack Obama est inséparable de cette notion, puisque le nouveau président a déclaré pendant sa campagne qu'il souhaitait "maintenir le rêve américain en vie". D'abord, Barack Obama est un enfant du rêve américain et, donc, un témoin de sa possible réalisation. Cette formule (American Dream) est tellement devenue un concept qu'elle se trouve dans de nombreux dictionnaires. Dans sa version idéalisée, elle signifie que toute personne vivant aux États-Unis, peut, par son travail, son courage et sa détermination, réussir. Le rêve américain, c'est donc l'égalité des chances, comme valeur fondamentale, et la possibilité de pouvoir appartenir à une nation à nulle autre pareille. Et cette possibilité doit être offerte à tous les Américains, donc à tous les immigrants puisque, à l'exception…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Une politique étrangère à double langage Nos autorités ont un argument pour justifier l'envoi de soldats en Afghanistan : le terrorisme est notre ennemi mortel et plutôt que d'attendre qu'il vienne sévir chez nous, il faut aller le traquer chez lui, dans ses repaires, si loin que ce soit. Il faut frapper à la source. L'Inde est fort tentée de faire sien ce principe et de suivre notre exemple en allant attaquer chez eux les commenditaires ou les complices des attentats de Bombay, c'est à dire au Pakistan. N'en faites surtout rien, supplient les Occidentaux ; vous déclencheriez une catastrophe. Nos principes ne sont bons que pour nous. On n'a pas oublié avec quelles mines horrifiées on a, l'été dernier, dénoncé dans les capitales européennes et à Washington le caractère manifestement disproportionné des réactions russes aux provocations géorgiennes qui, pour autant qu'elles aient existé, étaient pourtant si bénignes. Israël écrase sous les bombes le territoire surpeuplé de Gaza pour la…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Homme est la seule valeur de l'homme (...) (site endommagé en 2013) est un rappel extraordinaire au Réel dont l'homme est l'acteur. Séparer l'ouvrier des résultats de son travail, ignorer les fruits de son courage, obtenir des gains fantastiques par des jeux virtuels nous fait pénétrer dans un univers structurellement schizophrénique d'où l'homme est exclu. Exclusion radicale qui a commencé par celle de l'enfant gênant, du malade trop cher, du vieillard inutile, du travailleur en surnombre et maintenant celle de l'homme "matériellement" capable, compétent et apporteur de richesse mais dont on n'a plus besoin ! Car il n'y aurait de richesse que virtuelle, celle ci étant devenue la propriété de moins en moins de monde et de groupes de plus en plus riches. Ces groupes sont transnationaux et ont soumis les nations à leurs appétits prométhéens. Lorsque le président du Sénégal après avoir doublé sa production agricole nous fait en substance comprendre que les…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le Brésil, le "géant" de l'Amérique latine le Brésil se classe numéro deux du continent américain derrière les États-Unis (304 millions) et cinquième État le plus peuplé du monde (1). Il représente 20,7 % de la population de l'Amérique, 33 % de la population de l'Amérique latine et 49 % de celle de l'Amérique du Sud. Lors du premier recensement effectué au Brésil en 1872, ce pays ne comptait que 10 millions d'habitants, ce qui signifie que sa population a été multipliée par 18 en 130 ans. Comment expliquer une telle croissance ? Et un tel rythme va-t-il se poursuivre ? En fait, il est bien connu que la croissance démographique du Brésil a été longtemps, au XIXe siècle et au premier quart du XXe siècle, soutenue par une très importante immigration européenne qui atteignit son apogée de 1900 à la guerre de 1914-1918.  Auparavant, les flux migratoires avaient été plus modestes, même si les estimations…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les droits de l'homme sont-ils vraiment universels ? A l'occasion du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, proclamée à Paris, tout le monde célèbre cet événement capital par lequel l'Assemblée générale des Nations Unis a voulu, le 10 décembre 1948, tourner l"une des pages les plus sombres de l'histoire de l'humanité : la barbarie nazie. A les entendre tous, et indépendamment de leur sincérité ou de leur duplicité, de leur volontarisme ou de leur utilitarisme, on croirait que les droits de l"homme sont devenus l'horizon indépassable du XXIème siècle, que les hommes naissent et demeurent, en effet, libres et égaux en droits. Autrement dit, qu'il n'existe aucune différence entre l'homme occidental, l'homme oriental, l'homme asiatique, l'homme noir, l'homme blanc ... Bref ! que les droits de l'homme sont bel et bien universels. Cet unanimisme dans la célébration du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme n'est pas…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version