Logo
Imprimer cette page

L'amiral Le Bigot

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(3 Votes)
L'amiral Le Bigot à Shanghai
 
Un livre magnifique, un souvenir, un hommage....
 
En 1937, ivre de ses réussites, de la création du Mandchoukouo, de l'occupation progressive de la Chine, l'armée japonaise vise Shanghaï et ses formidables richesses depuis 1932. Mais au printemps 37, conforté par l'appui de sa concession au nord de la ville, le Japon décide de l'assaut final. C'est un carnage épouvantable, du même genre que celui subi par Nankin.
Le vice-amiral Jules Le Bigot, commandant des Forces navales d'Extrême Orient, chargé de protéger la Concession française où beaucoup de civils chinois sont réfugiés, arrive à bord du La Motte Piquet le 23 avril. Le bâtiment qui stationne dans le fleuve est impressionnant :
8 000 tonnes, 575 hommes à bord, fortement armé ; il est accompagné des avisos Dumont d'Urville et Savorgnan de Brazza, ainsi que de la canonnière Doudard de Lagrée . Son arrivée fait la Une des journaux.
Pendant plus de 3 mois, l'amiral Le Bigot résistera aux assauts meurtriers des Japonais, refusant de bouger ses navires, accomplissant une tâche de sauvegarde fondamentale des civils. Sa patience, sa froide courtoisie, son ironie dans les négociations, désarmeront l'amiral nippon Hasegawa.
 
L'affaire durera jusqu'en septembre, sauvant des milliers de gens, notamment l'Orphelinat T'ou-Sè-Wè tenu par les Jésuites, école d'art renommée spécialisée dans les sculptures sur bois et autres créations traditionnelles chinoises. Jusqu'au printemps 39 le La Motte Piquet effectuera plusieurs rotations de sauvetage. Pour le remercier, à titre personnel (outre les félicitations officielles) les Jésuites offriront à l'amiral une Malle de bois précieux contenant un pur chef d'oeuvre : 108 figurines de bois sculpté, réparties en 3 plateaux, d'environ 10 cms chacune, peintes et ornées, décrivant la Chine traditionnelle de l'époque.
C'est cette Malle précieuse, retrouvée presque par miracle avec son contenu quasi intacte, par son arrière-petit-fils Ivan Macaux, que nous raconte ce livre : l'aventure de Shanghaï, l'orphelinat sauvé, la guerre en Extrême Orient, et la superbe carrière de l'amiral Jules Le Bigot, personnage aussi discret qu'efficace.
Jules Le Bigot eut une carrière classique d'officier de marine, mais brillante, parsemée de fonctions honorifiques (qui firent par exemple de lui un témoin privilégié de l'assassinat du Président Doumer par Gorgulov, en mai 32). Après ses exploits en Chine, il fut nommé en aout 39 préfet de la région maritime de Cherbourg et tenta de résister à l'invasion allemande ; il dût – après 3 jours de résistance - remettre sa reddition à Erwin Rommel qui après lui avoir rendu les honneurs, eut cette phrase étrange : "aujourdh'ui vous êtes vaincu mais qui peut dire comment finira cette guerre"... Fait prisonnier, envoyé en Saxe avec les généraux Giraud et Juin, il est libéré au bout d'un an, accepte de présider la Corporation des Pêches, puis prend sa retraite en décembre 42.
 
Le livre est somptueux : travail collectif nourri des archives de la Marine, de la Congrégation des Jésuites, de la ville de Shanghaï, il comporte en page gauche la représentation de toutes les figurines et en regard des photographies d'époque, qui replongent dans ce que fut la Chine il y a bien peu de temps. Le livre est bilingue Français-Chinois ce qui ajoute à la fascination. Il raconte aussi la guerre d'Extrême-Orient et la belle vie aventureuse (mais disciplinée) de Jules Le Bigot. Sa préface est dûe à l'académicien chinois MA Jun. Une grande partie des recherches a été dirigée par  l'éminent sinologue Christian Henriot de l'Université de Lyon 2. La fameuse Malle et son histoire ont fait l'objet d'une très belle exposition à Shanghaï due à l'Association  culturelle France-Chine.
Scènes de la vie en Chine : les figurines de bois de T'sou-Sè_Wè
par Yvan Macaux et Christian Henriot, Editions des Equateurs .2015 (292 pages) 29,50 euros.
THIBAUT Francoise

Née à Paris

 
Essayiste, historienne
  

Professeur des Universités 
     (Paris II et XI, Besançon, Poitiers, Montréal, Varsovie, Beyrouth, NUS Singapour, Adélaïde, South Australia) (continument depuis 1990 pour des missions)
     (Droit international, procédures européennes et internationales, droit public français, science et sociologie politiques …
Professeur
     à l’Ecole Militaire Spéciale de Saint Cyr-Coëtquidan (1993-1997)
     à L’Ecole Supérieure de la Gendarmerie nationale (Melun) (pendant 14 ans)
 
Membre correspondant de l’Institut de France (Académie des Sciences Morales et Politiques)
Membre de l’Association française de droit constitutionnel(AFDC)
Ex Chargée de mission auprès  du Secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur
 
Chroniqueuse pour Canal Académie : plus de 100 émissions 
     Principalement consacrées à
     La Zone Pacifique, Asie du Sud Est, Japon, Singapour, Australie et Nouvelle Zélande
     L'histoire des découvertes, navigateurs et naturalistes (devenus académiciens)
     L'économie et socio-politique contemporaines
     Le 1er Empire français (avec Jean Tulard)
 
Ouvrages
Le virtuel et l’archaïque (1990)
Voies de passage et communications internationales (Ellipse) (1991)
Le cinéma de Louis Malle, une permanente transgression (Presses Univ. d’Aix–M.) (1994)
Métier militaire et enrôlement citoyen (PUF) (1998)
Le Japonais chante tous les matins (Publibook) (2005)
La Finlande, politique intérieure et neutralité active (LGDJ) (épuisé- non réédité)
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur
Chevalier des Palmes académiques

Dernier de THIBAUT Francoise

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.