Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le PCF a t-il collaboré en 1940 ?

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le PCF a t-il collaboré en 1940 ?
 
Une récente altercation a opposé un éditorialiste de RMC nommé Daniel Riolo à la tête de liste du parti communiste aux élections européennes, Ian Brossat. Il était question du rôle du PCF entre 1940 et 1945. Face à l’accusation de collaboration formulée par le journaliste, l’argumentaire du candidat marxiste-léniniste s’est avéré aussi hallucinant que le traitement médiatique qui a suivi la querelle.
En un mot, Daniel Riolo a affirmé que le PCF avait collaboré avec l’occupant en 1940. Ian Brossat, indigné, a repris alors la rengaine d’une propagande éculée qui faisait du PCF le parangon des vertus résistancialistes au nom de ses soi-disant 75 000 fusillés. Les recherches les plus abouties chiffrent aujourd’hui entre 20 000 et 30 000 le nombre total des Français fusillés pendant la guerre, et tous ces fusillés n’étaient pas communistes, loin de là... mais peu importe le réel, il faut encore et toujours propager le mythe. Et quiconque le conteste n’est qu’un négationniste.
 
Au-delà de l’inculture abyssale du militant marxiste-léniniste relooké bobo, on reste aussi pantois devant l’argumentaire de l’excuse développé par les historiens bienpensants interrogés par Libération, France-Info ou le Huffington Post à la suite de l’altercation. Selon eux le PCF, à son corps défendant, s’est trouvé pris au piège du pacte germano-soviétique. Donc, on ne peut pas l’accuser d’avoir collaboré, tout juste s’est-il malencontreusement pris les pieds dans le tapis...
C’est sans doute pour sortir de ce piège que le secrétaire général du parti, Maurice Thorez, a déserté pour passer à l’ennemi en gagnant Moscou où il coulera des jours paisibles jusqu’à ce que d’autres libèrent la France ? C’est peut-être toujours pour échapper au même piège que Jacques Duclos a quitté son exil bruxellois pour rentrer à Paris dans les fourgons de l’armée allemande et qu’il s’est empressé de solliciter la reparution de l’Humanité ? Est-ce toujours dans le même but salvateur que le PCF a organisé, entre autres actions subversives, des sabotages dans nos usines d’armement ? Est-ce encore à cause de la même contrainte que les documents saisis sur des militants communistes en juin 1940 employaient le même langage abject que la propagande nazie en faisant état, par exemple, du "juif Mandel" ?
 
Comme l’a dit Albert Sarraut, ministre de l’intérieur, devant le Sénat le 19 mars 1940 : "Il n’y a pas deux propagandes séparées, la propagande communiste et l’hitlérienne. Elles ne font qu’une : la propagande ennemie." Finalement, Ian Brossat et les historiens complaisants n’ont peut-être pas complètement tort. Non, le PCF n’a pas réellement collaboré jusqu’au 22 juin 1941. Il a été, nonobstant la dissidence courageuse de certains de ses membres, l’allié objectif du régime nazi. C’est bien pire qu’une collaboration, c’est une fraternelle des totalitarismes qui s’est mise en place dans la France en guerre puis dans la France occupée. Le sacrifice de milliers de communistes après juin 1941, après un retournement à 180° toujours ordonné par Moscou, ne peut pas, ne doit pas, faire oublier près de deux années de trahisons.

Envoyé par l'auteur, 23 mai 2019
RIGNAC Paul

Né en 1955
Marié - trois enfants


Essayiste, écrivain


Licence en droit
 
* Au service d’associations humanitaires œuvrant dans le Sud-Est Asiatique.
     Sa fréquentation du terrain humanitaire et de ses acteurs l’a amené à écrire sur l’histoire commune et sur le choc des cultures entre la France et l’Asie.
* Directeur de collection chez Arconce Éditions (Maison d’édition régionaliste)
     Ses recherches le portent à une réflexion sur les identités culturelles, leurs fondements, leurs limites et leurs possibilités d’ouverture dans un monde de plus en plus globalisé.
 
Ouvrages
Indochine, les mensonges de l’anticolonialisme (2007) - La guerre d’Indochine en questions (2009) - Une vie pour l’Indochine (2012) - La désinformation autour de la fin de l’Indochine française (2013) - Le Mystère des Blancs (2013) - Charolles, une promenade en photos (2013) -
 
Coauteur de
Présence française outre-mer
     publié par l’Académie des sciences d’outre-mer (Editions Karthala)
Dictionnaire de la guerre d’Indochine, à paraître prochainement (Robert Laffont, collection Bouquins).
 
Conférences 
Régulièrement sollicité pour des conférences
     (Commission française d’histoire militaire, ... et pour diverses manifestations du souvenir de l’Indochine française)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version