Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Devant l'histoire (124)

(...) (site endommagé en 2013) l'idée que tous les Juifs du monde sont les descendants directs du peuple d'Israël, installé en Palestine depuis des millénaires ; c'est naturellement inexact, mais a contribué à la naissance de l'État d'Israël et à comme dit mon collègue Shlomo Sand de l'Université de Tel-Aviv  "une conception ethnoculturelle du peuple juif" (1). Il suffisait de lire les Actes des Apôtres pour constater l'inanité de l'unicité ethnique du peuple juif. Lors de la Pentecôte, au plus grand étonnement des "hommes pieux venus de toutes les nations", "vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent. (…) Au bruit qui se fit la foule s'assembla et fut bouleversée, car chacun entendait [les douze apôtres] parler sa propre langue. Dans leur stupeur et leur émerveillement, [les hommes pieux] disaient : "Ceux qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous…
En savoir plus... 0
(...) (site endommagé en 2013)   est dans sa géographie : "elle suggère comme la vue d'un portrait l'impression d'une destinée" (1). A l'instar de la France, la Turquie de par son emplacement entre continents et mers, subit les contrecoups de la perpétuelle lutte entre puissances océaniques et terrestres. C'est à cette double "pression du dehors" que se sont heurtées durant leur histoire, la France "centre d'un Occident entre l'ancien et le nouveau monde" et la Turquie, "maîtresse des détroits entre l'Europe et l'Asie" (2). En 1958, le monde sort de la phase la plus tendue de la confrontation Est-Ouest pour entrer progressivement dans une période de coexistence pacifique. Plus que tout autre, la Turquie, premier pays entré en guerre froide pour ses propres raisons, avec l'Union soviétique dès mars 1945, reste sur le qui-vive (3). Si les tentatives soviétiques de modification du régime des détroits et de retour des vilayets orientaux de Kars,…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
au lendemain du Traité de Versailles. On peut constater avec moi que cet anniversaire n'a donné lieu à aucune grande cérémonie. Cela était judicieux car le Traité de Versailles a été un des traités les plus catastrophiques de notre histoire. Au nom d'une idéologie droits-de-l'hommiste imposée par le Président Wilson, digne père spirituel du Président Bush, avec la complicité de Clémenceau, de Lloyd George, de l'Italien Orlando, on a dépecé l'Europe et le Moyen-Orient entre d'innombrables mini-Etats artificiels. On a humilié le Reich et on a cherché à le ruiner. Tout ceci conduisant à la terrible période de 1925 à 1989 marqué par les totalitarismes fascistes, rouge en URSS, brun en Allemagne, et la Shoah. Dans le cas de la France, le traité est plus catastrophique encore. En 1914, la France est une grande puissance, riche, soutenue par deux alliés puissants, la Russie et la Grande Bretagne. En 1919, la…
En savoir plus... 0
Grec, arabe, européen (...) (site endommagé en 2013) docteur ès-lettres, professeur d'histoire médiévale à l'École Normale Supérieure de Lyon (ex-Saint-Cloud), auteur de plusieurs ouvrages : sur Hildegarde de Bingen, sur les "terreurs de l'an Mil", sur les chevaliers teutoniques, publie en mars 2008 un livre dont le thème général est la transmission de l'héritage intellectuel de la Grèce à l'Europe médiévale (1). La thèse est que l'essentiel de cette transmission s'est effectué directement, ce qui tend à réduire le rôle de la médiation arabe. Le livre a suscité un scandale inaccoutumé. Il a débordé le milieu assez restreint des gens compétents. La polémique a dérapé vers des procédés inhabituels entre universitaires, pour lesquels l'arme absolue ne va pas plus loin, à l'accoutumée, que l'éreintement dans une revue spécialisée (2). En l'occurrence, des manifestes furent publiés dans la presse et l'on fit circuler des pétitions. J'aimerais ici, d'abord, présenter quelques observations sur…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
(...) (site endommagé en 2013) est affecté à l'état-major de Hitler, en 1943. Scandalisé par les crimes nazis, il rejoint alors la conjuration des officiers décidés à éliminer le Führer. Il s'agit non seulement de commettre un attentat, mais d'organiser un coup d'État qui mettra fin au nazisme. Pour cela, les conjurés ont parasité un plan officiel de mobilisation de l'armée de réserve, prévu par Hitler lui-même en cas de putsch. Nom de l'opération : "Walkyrie". Stauffenberg, malgré ses handicaps physiques (il a perdu un oeil et une main), assure lui-même la mise en place des explosifs, le 20 juillet 1944, à la Tanière du loup, lieu perdu dans la forêt où Hitler tient une réunion d'état-major. L'explosion a bien lieu, mais, au QG berlinois, les officiers tergiversent. Certains veulent attendre la confirmation de la mort de Hitler, d'autres décident de lancer immédiatement l'opération "Walkyrie". Un major se présente pour arrêter Goebbels.…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Charles De Gaulle, père de l'Europe (...) (site accidenté en 2013) vrai point de départ de la construction européenne, se termine sans que le rôle essentiel du général de Gaulle au départ de celle-ci ait été salué comme il convient. Les partisans de l'intégration européenne se gardent de mentionner son nom : il n'évoque pour eux que le refus de la supranationalité, la dénonciation des "cabris" et la politique de la chaise vide. Bref, le général est le mauvais génie, un homme forcément "dépassé". Les souverainistes les plus radicaux, de leur côté, réduisent son action à la défense de la souveraineté nationale. De manière un peu courte, tout ce qui va contre l'Europe est, pour eux, gaullien. Seuls des hommes comme l'archiduc Otto de Habsbourg ont rendu hommage au rôle du général aux origines de la construction européenne. Un rôle essentiel. Il est même permis de dire que l'Union européenne, telle que nous la connaissons pour le meilleur et pour le…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Un texte d'Alfred Sauvy datant d'un quart de siècle (...) mise au service d'un fond qui se veut pédagogique et stimulant. Le texte de sa conférence sur le vieillissement prononcée le 8 décembre 1983 à Tunis, par un Alfred Sauvy qui a alors 85 ans, en est la parfaite illustration. La méthode : de l'observation des faits à l'ordonnance La méthode à laquelle recourt Alfred Sauvy commence toujours par l'observation car, selon lui, la recherche de la vérité ne passe pas par l'analyse des théories mais par l'examen attentif des faits. Il s'agit en l'espèce d'attirer l'attention sur l'allongement de l'espérance de vie des personnes âgées, phénomène inédit qui permet aux soixantenaires, dont le nombre croît dans ces années 1980, de commencer une nouvelle vie, ce qui était impossible avant la transition démographique. Alfred Sauvy le fait en présentant deux exemples, là où l'universitaire commencerait sans doute en recourant à…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
(...) une projection exceptionnelle du film d'Andrzej Wajda "Katyn", à l'Espace Cardin. Au milieu de nombreux diplomates et attachés militaires, invités de l'ambassadeur de Pologne, on rencontrait aussi des professionnels du cinéma : c'est à eux que cette soirée était destinée en priorité. En effet, si étonnant que cela puisse paraître, la nouvelle oeuvre du réalisateur de "La terre de la grande promesse", "L'homme de fer", "L'homme de marbre", n'a pas encore trouvé de distributeur en France. Pourtant, c'est la première fois que le cinéma évoque cet épisode terrible de la deuxième guerre mondiale, le massacre de vingt-deux mille Polonais, dont plus de quatre mille officiers, perpétré en 1940 par l'Armée rouge sur l'ordre de Staline. L'importance du sujet autant que la grandeur de l'oeuvre et la notoriété de son réalisateur auraient dû tout naturellement amener le film sur les écrans français. "Katyn" suit le destin de plusieurs familles touchées par ce…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
L'État d'Israël a soixante ans : du sionisme à l'indépendance Il naît avec la publication en 1862 par un philosophe socialiste allemand, Moses Hess (1812-1875), de l'ouvrage Rome et Jérusalem qui, se fondant sur les mouvements nationaux en Allemagne et Italie, suggère de construire un État socialiste pour le peuple juif, mais sans préciser sa localisation. Un peu plus tard, un médecin juif de la Pologne russe suggère la création d'un État juif autonome à l'intérieur de l'Empire des Tzars, thème que reprendront avant 1914 les Juifs sociaux-démocrates du Bund. L'affaire Dreyfus conduit le journaliste autrichien Theodor Herzl (1860-1904) à proposer un État juif, avec son livre L'État des Juifs, recherche d'une solution moderne de la question juive (1896). Mais le livre ne propose pas la région où pourrait se construire un État juif. Il va être question de la Patagonie, de l'Ouganda ou même de Madagascar, solution qu'envisagera le…
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version