Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Devant l'histoire (116)

Verdun et les poilus, début de notre XXe siècle   Les grandes questions du XXe siècle pour la France sont contenues dans la bataille emblématique de la Grande Guerre, explique l’historien (1).   Dans la mémoire collective des Français, Verdun a longtemps occupé une place à part. Dès l’origine, Barrès, à qui Romain Rolland reprocha injustement d’avoir été le "rossignol du carnage", en avait saisi la dimension singulière. Le 9 novembre 1916, il rapportait ce propos du Kronprinz aux premiers jours de l’épreuve : "Nous allons prendre Verdun, cœur de la France, et quand nous l’aurons pris, la France se mettra à genoux." Tel semble bien avoir été le calcul du haut commandement allemand après dix-huit mois de guerre : remporter une victoire marquante, porter un coup mortel à l’armée française, à ses forces vives et à son moral. Pilonnés par une concentration d’artillerie sans précédent, soumis à une pression inouïe, les poilus tinrent bon,…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Sous Ponce Pilate (Essai)   Préface de François Richard et Bernard Plessy Gabriel Robin, historien de formation (ENS Ulm, agrégé d’histoire), énarque et diplomate, conseiller diplomatique à l’Élysée, ambassadeur auprès de l’OTAN à Bruxelles, honoré du titre d’ambassadeur de France : un homme à même de comprendre et d’apprécier les comportements, les situations, les rapports de force, les stratégies, et même les arrière-pensées…, et de les déceler et analyser jusque dans les Évangiles, qu’on n’a l’habitude d’observer sous cet angle. Il a publié quatre ouvrages sur les relations internationales, mais c’est la première fois qu’il s’attache à ce sujet des sujets, historique et religieux : Jésus, en proposant une lecture originale des Évangiles.   D’abord, il relève un vieux défi : situer dans l’espace et dans le temps le plus possible des épisodes évangéliques. Interrogés avec savoir-faire et pénétration, bien des indices géographiques ou historiques sortent de l’ombre, et, rapprochés…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Reagan   Voici un livre passionnant, que je viens de terminer, un bel ouvrage de Françoise Coste, aux éditions Perrin, 600 pages qu’on ne quitte la nuit qu’avec regret pour s’endormir et qu’on retrouve avec bonheur le lendemain soir. Il a laissé l’image de l’un des géants du XXe siècle, le sauveur de l’économie américaine, le vainqueur de la guerre froide, le restaurateur de la grandeur des Etats-Unis.  Son histoire fait réfléchir, pas seulement au destin de l’Amérique, mais à l’exercice du pouvoir. Reagan n’est pas un intellectuel, mais un acteur, syndicaliste, anti-communiste. Il est surtout pourvu d’un charisme hors du commun. Son physique, sa voix fascinent, son charme optimiste et tranquille inspirent la confiance. Il a horreur de travailler, a besoin de pauses fréquentes dans la journée, n’aime pas lire les notes compliquées, ni les discussions savantes qui l’exaspèrent. Il raye chaque réunion, chaque audience passée, en attendant que s’achève sa journée de travail. Il attend avec…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Made in Algéria   Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM), à Marseille, propose du 20 janvier au 2 mai une exposition intitulée "Made in Algéria. Généalogie d’un territoire". A priori, c’est une occasion rare de voir rassemblés de magnifiques documents originaux sur l’histoire de l’Algérie, principalement des cartes, des peintures, des photographies, et même quelques films.   On m’avait prévenu : "à Marseille, ne manque pas de visiter le MUCEM, le site est magnifique, mais tu peux éviter les expositions, c’est complètement nul… ". En fait, ce n’est pas juste. Oui, les espaces extérieurs du musée sont exceptionnels et valent à eux seuls le détour. Mais non, l’exposition "Made in Algéria" est loin d’être nulle. Tout d’abord en raison de la qualité des documents exposés, mais aussi pour l’invraisemblable jargon et la pitoyable idéologie qui président à la présentation (je devrais dire au détournement) de ces documents. Ce…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
La bataille des symboles   Un magazine rapporte que le Président de l'Assemblée nationale, tête de sa liste aux Régionales d'Ile de France a décidé de remplacer le buste du député Albert de Mun près de l'Hémicycle par un buste de Marie Gouze, dite Olympe de Gouges. Guillotinée sous la Terreur, elle serait l'une des premières féministes connues. Il est clair que pour séduire les électeurs et électrices, il faut faire feu de tout bois. Tout a été calculé - y compris le retard de livraison du nouveau buste - pour faire diversion, à tel point que l'amalgame entre populisme et séduction passe inaperçu. Mais, a-t-on perdu de vue que derrière les apparences, surtout celles de la séduction, il y a toujours, chez  un homme ou une femme de gauche une idée ou un geste dicté par le sectarisme et l'idéologie ? En l'occurrence, il s'agit de "déboulonner Albert de MUN, membre…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Le roi des Francs devient le roi de France Quelles sont les origines de la bataille de Bouvines ? Lorsque Philippe Auguste arrive au pouvoir en 1180, il ne contrôle que le domaine royal, situé pour l’essentiel dans une grande Île-de-France. Au Nord le riche duché de Normandie est aux mains des rois d’Angleterre qui ont aussi entre leurs mains l’Anjou, le Maine, la Touraine et l’Aquitaine. Le comté de Flandre est autonome, et lié par des intérêts économiques aux Anglais. Les conquêtes progressives du Capétien (Artois, Vermandois) lui valent un réel soutien dans le royaume. Après la mort en 1189 du roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt, il profite de la captivité de Richard Cœur de Lion pour exiger de son frère Jean qu’il lui prête hommage pour la Normandie. Richard rétablit la situation à son profit entre 1194 et 1199. A sa mort, Philippe Auguste obtient à nouveau l’hommage de…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
La France dans la Guerre du Pacifique   Été 1945. Océan Pacifique. La capitulation sans conditions de l’Empire du Soleil Levant est effective depuis le 15 août. À bord du cuirassé américain Missouri, le 2 septembre, le général Leclerc reçoit au nom de la France la reddition du Japon. La Guerre du Pacifique, volet asiatique de la Deuxième Guerre Mondiale, prend officiellement fin quatre mois après le volet européen.   Dans le Pacifique, la France offrait deux visages : d’abord celui de la France libre qui donnait aux alliés une formidable base stratégique avec la Nouvelle Calédonie, et gagnait ainsi une place légitime dans le camp des vainqueurs. Mais aussi celui de l’Indochine, qui, contrainte et forcée, s’était rangée dans le camp de Vichy et avait accepté un modus vivendi avec le Japon. L’histoire des iles françaises du Pacifique pendant la Deuxième Guerre Mondiale est très mal connue en Métropole. Elle…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Se souvenir de la guerre du pacifique (Décembre 1941 - Août 1945)   La Capitulation du Japon - Les Hibakushas   Les commémorations relatives à la Grande Guerre (1914-18) et à la Seconde Guerre Mondiale (2WW) abondent en ces années 2014 et 15. C’est très bien ; toutefois, dans leur désordre et leur abondance, elles créent un magma souvent confus dans le cerveau peu averti des jeunes générations. Peu importe. Magnifier le débarquement du 6 juin 44, la Libération du territoire et la Paix du 8 Mai est évident ; mais c’est oublier que la "Vraie Paix", celle totale, ne fut obtenue que plus tard, dans le Pacifique,  par les Américains, le 14 Aout 1945, à la suite d’un acte aussi décisif que "total".   Les Européens ne savent à peu près rien sur cette Guerre du Pacifique qui fut essentiellement celle des Américains de décembre 41 à Aout 45 : c’est "leur…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Lettre ouverte au colonel Roger Trinquier sur son livre "La guerre"   Le théoricien de la guerre de demain Mon colonel, depuis que vous êtes passé sur l’autre rive (+1986), vous êtes sûrement moins fana des guerres ici-bas, que de la paix éternelle. Néanmoins, ayant relu votre livre La guerre (1)et lui prêtant cette fois une attention sans préjugé, il m’a paru si intéressant, que je ne vois pas de meilleur sujet pour cette chronique. Vous étiez né en 1908, de famille paysanne, vous entrez dans l’armée par une petite porte, êtes affecté en Indochine en 1930, où vous restez jusqu’à et pendant la Seconde Guerre mondiale. Sale caractère, vous êtes retardé à l’avancement. Vous faites la guerre d’Indochine et celle d’Algérie. Vous accumulez quatorze citations, dont dix à l’ordre de l’armée – et, tout en faisant la guerre, vous la pensez. Vous quittez l’armée en janvier 1961, pour une…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version