Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le temps des choix est venu

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Le temps des choix est venu
 
Du Pakistan au Nigéria en passant par le Yémen et la Somalie, le terrorisme ne cesse de gagner en puissance ; que faisons-nous vraiment pour s'opposer à lui ?
 
Nous prétendons lutter contre lui par des bombardements aériens alors même que nous en connaissons l'inefficacité ainsi que les dommages qu'ils causent aux populations civiles.
Nous nous opposons à toute coopération avec Bachar el Assad alors que celui-ci dispose encore d'une armée (pour combien de temps?) qui lutte contre l'E.I. et de services de renseignements dont nous avons besoin. Mais nous traitons avec l'Iran son meilleur allié.
Nous faisons partie d'une coalition anti-E.I. aux côtés de l'Iran mais aussi aux côtés du Qatar dont la sincérité dans la lutte n'est pas acquise.
Nous refusons de coopérer avec la Russie quand ce pays pourrait être dans cette lutte notre allié le plus sûr.
Pourtant il y a extrême urgence à agir de façon efficace.
 
Les Chrétiens d'Orient hurlent leur détresse. Comme toutes les minorités non sunnites, ils risquent l'extermination.
Palmyre et bien d'autres sites – parties intégrantes de notre patrimoine culturel – vont être complètement détruits.
Chaque jour des hommes, des femmes et des enfants entrent en Europe par diverses voies terrestres. Chaque jour des embarcations chargées d'hommes, de femmes et d'enfants arrivent sur les côtes italiennes ou grecques. Tous sont conduits par des gens sans aucun scrupule et traités de façon ignoble. Des armadas sont déployées pour en secourir mais combien n'atteignent jamais leur destination !
Songe-t-on vraiment à aller à la racine du mal ?
Les passeurs sont connus. Souvent même ils ont pignon sur rue ; ils agissent pratiquement dans l'impunité.
Nous laissons venir ces populations dans des conditions inhumaines au nom des droits de l'homme... Secourir des êtres humains en détresse c'est bien, c'est de toute façon une obligation, mais leur éviter d'avoir à quitter leur terre doit constituer la priorité. Tout faire pour que ces êtres soient mis en condition de pouvoir rester là où ils ont leurs racines et les leurs c'est agir humainement.
Agir pour qu'ils ne soient pas condamnés à l'exil, là est notre devoir.
 
Regardons la situation en face.
Va-t-on encore laisser l'E.I. continuer son avancée ? Va-t-on laisser  les massacres se poursuivre ? Va-t-on plus longtemps condamner des populations entières à fuir leur pays ?
Quelle terrible responsabilité devant l'Histoire !
Souvenons-nous ! C'est parce que nous n'avons pas pris nos responsabilités en 1938 que nous avons eu la guerre et ses horreurs.
Le temps des véritables décisions est arrivé et donc le temps des choix
Est-il plus important de lutter contre Bachar el Assad ou contre l'Etat islamique ? Est-il plus important de vaincre en Ukraine ou au Proche-Orient ? Poser ces questions c'est déjà y répondre.
Alors, attachons-nous à constituer au plus vite contre l'E.I. la plus large coalition possible comprenant des troupes au sol ; une coalition qui compte d'abord les Etats de la région et bien sûr la Syrie et la Russie.
Ce que nous ne faisons pas aujourd'hui nous devrons, de toute façon, le faire demain, mais alors ce sera sans doute trop tard.
Avec de la clairvoyance et du courage les catastrophes qui s'annoncent pourront peut-être être évitées.  
FADDA Denis

Né le 24 novembre 1943
Marié - 3 enfants
 
 
Haut fonctionnaire international
     (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)
Ancien Président de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer
 
Docteur d'Etat en Droit
Diplômé de 3ème cycle en Histoire
D.E.S de Droit public
D.E.S de Science politique
Maîtrise ès Lettres
Diplômé de l'Institut des Hautes Etudes Internationales (IHEI)
     et de l'Institut libre d'étude des relations internationales (ILERI)
Ancien élève de l'Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine
     et de l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), dit Langues O'

Professeur des universités associé  
     enseignant dans différentes universités étrangères
Administrateur de l'Université Senghor d'Alexandrie

Membre de la Société française pour le droit International
Secrétaire général de l'Institut des Sciences Juridiques du Développement (1971-1979)
Membre de la Commission nationale française pour l'Unesco (1978-1980)
Administrateur et Secrétaire général de l'Office Information Culture et Immigration (I.C.E.I.) et de l'Agence nationale pour le développement des relations interculturelles (A.D.R.I.) (1976-1983)
Fondateur du Forum Méditerranéen de la Culture
Président international de La Renaissance Française
Membre de l'Académie des Arts, Lettres et Sciences de Languedoc
Président de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre national du Mérite
Médaille de la FAO
Médaille d'or de La Renaissance Française

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version