Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le coût du programme du FN

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(3 Votes)
120 milliards € : le coût du programme du FN
 
Sortie de l’euro, taxe sur les importations, augmentation des salaires, ­mises en place d’un revenu parental, etc. : le Front national, qui se veut être une alternative aux partis "traditionnels", ­propose un programme qui, paradoxalement, poursuit en pire la politique économique menée ces trente dernières années.
Ainsi, en combinant augmentation de certains impôts et prélèvements, notamment pour les grandes entreprises, augmentation des salaires (environ 200 €) inférieurs à 1,4 smic, mise en place de mesures protectionnistes illusoires et dangereuses pour notre industrie à travers des droits de douane, et sortie de l’euro, la politique économique du parti d’extrême droite rappelle trois expériences catastrophiques :
1) Le programme de relance économique de 1981. Les causes devraient avoir les mêmes effets : la relance de l’économie par la hausse du pouvoir d’achat s’était traduite en 1981 par une hausse des importations et donc l’aggravation du déficit commercial, un creusement du déficit public, un emballement de l’inflation et la sanction des marchés financiers.
2) Le choc fiscal de 2012/2013 du gouvernement Ayrault, avec une taxation accrue des grandes entreprises qui s’est traduite par la délocalisation de certaines de leurs activités et une taxation accrue du capital qui prive l’économie de financements.
3) La politique de dévaluations monétaires de l’Argentine, avec une stratégie de repli économique "autarcique".
 
Au total, le programme du Front national coûterait 120 milliards d’euros par an en régime de croisière, soit une augmentation du déficit de 6 points de PIB ; les mesures les plus coûteuses étant : le renchérissement du coût de la dette dû à la sortie de l’euro (30 Mds €), la ­revalorisation des retraites (19 Mds €), l’augmentation des salaires (18 Mds €) et des allocations ­familiales (12 Mds €).
Avec le programme économique du FN, nous passerions du déclin de notre économie à son effondrement et à son isolement.

Paru dans Le Figaro Magazine, 26 septembre 2015
ROUSSEAU Michel




Economiste


Docteur en Économie et Administration des entreprises (La Sorbonne).
Ecole des ingénieurs de la ville de Paris
Institut d'administration des entreprises
 
Créateur de la
Fondation Concorde (1997)
     'think-tank' qui cherche à enrichir le débat politique en suggérant des propositions novatrices aux décideurs politiques.
     Rassemble plus de 2500 membres, elle joue également un rôle d’animation et de relais auprès de l’opinion publique sur différents sujets.  
     Sa particularité est de faire travailler ensemble hommes et femmes d’entreprise, universitaires et élus.
Directeur des publications "Nouvelles visions" de la Fondation Concorde :
     40 fascicules ont été publiés - consultables sur le site de la Fondation Concorde.
 
Nommé contrôleur général économique et financier
     au ministère de l'Economie et des Finances (2006)
S'est vu confier une mission sur les réseaux au service des PME
     par le Secrétaire d’Etat Hervé Novelli
     à la suite de la mission confiée à Edouard Balladur concernant les collectivités locales.
 
Recherche et enseignement à Paris-Dauphine (1982) puis professeur en 1987
Directeur du service des études de la Mairie de Paris
      mis à la disposition de la Commission du rapport et des études du Conseil d’État
 
 
Maire de Gallardon (3 500 habitants)
puis élu maire de Saint-Denis-des-Puits (Eure-et-Loir) en 1989
     commune rurale dont il est toujours le premier magistrat.
 
Ouvrages
A publié plusieurs ouvrages
dont le dernier sur
les réseaux et le management des économies locales (2006)
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Officier dans l'ordre national du mérite.

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version