Logo
Imprimer cette page

Ces “pédagogistes” de...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Ces “pédagogistes” de l’Éducation nationale qui ont cassé nos écoles et nos élèves
 
Les classements internationaux s’accumulent et les résultats sont toujours les mêmes. Toujours insuffisants, toujours désespérants. Les écoliers français s’enfoncent dans une médiocrité inaltérable. En orthographe, ils sont devenus nuls ; en français, ils ont une culture lacunaire et une syntaxe appauvrie. En mathématiques, ils ne maîtrisent plus les raisonnements les plus élémentaires. Pourtant, l’école française de mathématiques a longtemps été un fleuron envié dans le monde entier. On collectionnait les médailles Fields, équivalent du prix Nobel en mathématiques. Mais c’était avant.
Avant que la Rue de Grenelle ne nous ponde une de ces réformes dont elle a le secret. Avant qu’elle ne supprime, en 1995, la section C, pour la remplacer par une section S, plus "inclusive". Dans le jargon de l’Education nationale, cela signifie qu’on abaisse le niveau d’exigence pour intégrer plus de monde. Qu’on étouffe l’élite sous le nombre au nom de l’égalité. Vieille rengaine. Depuis quarante ans, nos idéologues pédagogistes ont ainsi méthodiquement détruit chacune des strates de l’école, primaire, collège, lycée, en nous faisant croire que le "niveau monte", puisqu’on distribuait toujours plus de diplômes selon une logique inflationniste que les économistes connaissent bien.
Ils ont mis "l’enfant au cœur" d’un enseignement dont ils ont éloigné la transmission des savoirs. Ils ont réduit les heures de français, supprimé les humanités, pour mieux les remplacer par une éducation "civique", un pseudo-apprentissage au "vivre-ensemble", où règne la propagande antiraciste, féministe, et écologiste.
 
Dans les classements internationaux, les pays asiatiques dominent alors que ce sont justement dans ces écoles qu’on applique les bonnes vieilles méthodes du par cœur, de l’autorité incontestée du maître et de la stricte discipline. Mais il en faudrait plus pour ébranler l’arrogance de nos idéologues qui tiennent la Rue de Grenelle.
Il faut dire à leur décharge ce qu’ils n’oseront jamais dire : dans les pays asiatiques, pas d’immigration, pas de diversité, pas de population venue du sud qui ne maîtrise pas la langue du pays, avec un bagage socioculturel très faible ; pas de contestation des enseignements au nom du saint Coran. Les résultats des écoles françaises sont globalement médiocres, mais dans les banlieues, ils sont catastrophiques. Nos experts sautent sur l’occasion pour en déduire que l’école française est odieusement inégalitaire et pour proposer de nouvelles réformes pour abaisser encore plus le niveau. C’est le cercle vicieux parfait. Pour en sortir, deux solutions : l’autonomie des établissements scolaires à la manière anglaise, au nom de la liberté, quitte à accepter une inégalité encore plus forte (ce qui n’est pas peu dire !). Ou faire feu sur le quartier général et détruire le nid de pédagogistes. Chacun choisira selon son tempérament et ses traditions politiques.
Paru dans Le Figaro Magazine, 9 décembre 2016
ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Dernier de ZEMMOUR Eric

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.