Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'abus de mécénat

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
L'abus de mécénat, un nouveau délit ?

"Les mirages de l’Art contemporain" seront en librairie le 24 mai avec cinquante pages supplémentaires sur l’Art financier. Voici un avant-goût des délices de la financiarisation de l’art avec les dérives du mécénat mis en lumière par le magazine "Pièces à conviction" de France 3 (1)
Après un François Hollande lyrique qualifiant la fondation Vuitton de "morceau d’humanité", les journalistes sont revenus sur les conditions de réalisation de cette œuvre de l’architecte Frank Ghery dans le Bois de Boulogne. Le projet ne respectait pas la charte des Bois, le Plan Local d’Urbanisme n’y autorisant pas de construction de plus d’un niveau, ce qui est un peu bas de plafond pour réaliser le "grand geste architectural" rêvé par Bernard Arnault. Que croyez-vous qu’il arriva, que le mécène et son architecte ont revu leur copie pour respecter la Loi ? Non, en 2011, la Loi changea exprès et par le biais d’une pratique scandaleuse, le "cavalier législatif", qui consiste à introduire des dispositions qui n'ont rien à voir avec le sujet traité par un projet de loi (le livre numérique en l’occurrence) Ainsi, les opposants ne sont pas au courant et, " ni vu ni connu, j’t’embrouille". C’est Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, autre grand lyrique, qui va déposer cet amendement sur mesure, fort cavalier pour une démocratie. M. Arnault eut ainsi les coudées franches et le projet, arrêté en justice par les riverains, repartit.
Oui mais c’est un généreux mécène, il serait inconvenant de lui reprocher de nous léguer ce "morceau d’humanité" ! Sauf que ce morceau est défiscalisé, depuis la Loi Aillagon de 2003, à hauteur de 60 % et qu’il est difficile d’obtenir des chiffres, tant la culture de l’opacité est répandue… dans la Culture, ou ce qui en tient lieu. Ainsi les chiffres des embauches de LVMH semblent, d’après l’enquête, bien surévalués. Combien a couté la fondation Vuitton ? Officiellement, 100 millions… le prix du rêve.
Oui mais les journalistes ont découvert (après ceux de Marianne) qu’entre le montant officiel et la réalité il y a un léger décalage : coût total, 800 millions dont 480 défiscalisés, c’est-à-dire payés par le contribuable qui fait un joli cadeau au mécène. Il n’y a pas que Koons qui aime nous faire des cadeaux payants, c’est une constante en matière de mécénat qui fonctionne comme une vente forcée, imposée aux contribuables.
Là, commence le plus gratifiant du reportage : le député qui a poussé le "cavalier" n’est pas au courant des conséquences financières : "Si j’avais su, je ne l’aurais pas fait" dit-il. La suite du reportage ne montre pas ce qu’autrefois on appelait "des idiots utiles", non, mais de braves gens "qui n’ont pas les chiffres en tête" comme M. Renaud Donnedieu de Vabres, pourtant un des 5 administrateurs de la Fondation Vuitton : incompétence ? Cynisme ? Et M. Aillagon, à l’origine d’une Loi sur le mécénat qui dérape (le cout de la dépense fiscale explose depuis 2004, multipliée par 7,7) : pas au courant non plus ! Seule Aurélie Filippetti parle sans langue de bois, mais elle n’est plus ministre, cela aide : elle ose dire que la générosité de ces mécènes est piochée dans la poche d’autrui. A quand un plafond de la défiscalisation pour cause de mécénat ? Lors du débat final, une intervenante souligna que le montant de l’évasion fiscale est équivalent à celui de notre déficit. (Mais c’est le contribuable qui est sans cesse culpabilisé d’être dépensier, resquilleur etc !). Faudra-t-il créer un délit d’abus de mécénat ? Pour notre part, nous proposerions plutôt de créer un anti prix pour les mécènes abusifs : le prix Bobi. Non pour l’assonance avec bobard mais en référence à ce personnage du roman "Que ma joie demeure". Bobi est un chic type, généreux. "Oui, commentait l’auteur, Jean Giono, il est généreux mais du bien des autres". Attitude fort répandue chez nos grandes consciences…

Paru sur www.sourgins.fr, envoyé par l'auteur, 10 avril 2018
(1) "Bernard Arnault, l'art de payer moins d'impôts",
une enquête de Stenka Quillet, diffusée dans "Pièces à conviction" le 28 mars 2018. Suivre ce lien et aller à la minute 34 :

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/pieces-a-conviction/pieces-a-conviction-du-mercredi-28-mars-2018_2668210.html (
https://www.sourgins.fr/?email_id=96&user_id=370&urlpassed=aHR0cHM6Ly93d3cuZnJhbmNldHZpbmZvLmZyL3JlcGxheS1tYWdhemluZS9mcmFuY2UtMy9waWVjZXMtYS1jb252aWN0aW9uL3BpZWNlcy1hLWNvbnZpY3Rpb24tZHUtbWVyY3JlZGktMjgtbWFycy0yMDE4XzI2NjgyMTAuaHRtbA%3D%3D&controller=stats&action=analyse&wysija-page=1&wysijap=subscriptions
SOURGINS Christine



Historienne de l'art
Essayiste


Etudes d'Histoire de l’Art en Sorbonne
Ecole du Louvre (Diplômée en muséologie )
Maîtrise d’Histoire.

Christine Sourgins connaît bien les musées pour y avoir travaillé, les artistes et le grand public par son engagement
     dans les structures associatives.
Son parcours lui a procuré un poste d’observation des réalités de la vie artistique en France,
     ainsi qu’une indépendance de pensée et d’expression.

Ouvrages
Les mirages de l’Art contemporain, La Table Ronde, (2005)
      Prix Humanisme Chrétien de l'Académie d’Education et d’Etudes sociales (AES) (2007)
Contribution à l’ouvrage collectif  Lettres à mon libraire, éditions du Rouergue, (2009)
 
Nombreuses publications
Conflits actuels, Liberté politique, Artension, Catholica, Képhas, La Nef, Commentaire,
Appartient au comité de rédaction de Commentaire et de Ecritique
 
Sur le net
sourgins.fr

Chroniques radiophoniques
Dans le cadre du "Libre journal de Aude de Kerros" (Radio Courtoisie)

Plus dans cette catégorie : « Tulipes de Jeff Koons Russiagate »

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version