Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

... le risque d’embrouiller

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le désir de déminer, le risque d’embrouiller (La question de la réforme des retraites)
 
CONTRE-POINT - Emmanuel Macron a annoncé qu’il préférait la durée de cotisation pour le calcul du départ à la retraite. Un geste d’ouverture qui se pose en contradiction avec ses précédentes déclarations.
 
Réformer sans bloquer. Déminer sans embrouiller. Par son ouverture surprise sur la question des retraites, Emmanuel Macron a illustré une nouvelle fois les difficultés de l’art de gouverner.
L’intention présidentielle est double : faire aboutir sa réforme "systémique" - le passage à un régime universel par points - et mettre en œuvre le changement de méthode voulu au lendemain de la crise des "gilets jaunes". Après l’action décidée d’en haut et menée au pas de charge, place au dialogue et à l’élaboration partagée. Mieux vaut aboutir en prenant son temps que partir sabre au clair avant d’être contraint de renoncer. L’axiome relève de l’évidence, surtout sur la réforme explosive entre toutes, celle des retraites. Plus généralement, il tient lieu de mantra pour tous les chantiers de la rentrée : l’école, la santé…
Face à un pays toujours fragile, un pouvoir encore convalescent ne peut plus "passer en force sur rien", comme l’a reconnu Bruno Le Maire. À la veille de l’ouverture de la concertation à Matignon avec les partenaires sociaux, l’annonce macronienne, lundi soir sur France 2, est donc un geste à la fois d’ouverture et d’apaisement.
Mais, in fine, ce n’est pas uniquement l’hostilité des syndicats qu’il faut désarmer, c’est aussi l’opinion qu’il faut rassurer. Par définition, une réforme des retraites, surtout de cette ampleur, est anxiogène. Or tout ce qui donne le sentiment d’un revirement ou d’un changement de pied est de nature à renforcer les inquiétudes.
Durée de cotisation ou âge de départ ? L’alternative est déjà complexe. L’éventuel renoncement à "l’âge d’équilibre" brouillerait plus encore la compréhension du projet. Certes, le chef de l’État a pris soin de distinguer les propositions du rapport Delevoye de ce que sera la copie finale de l’exécutif. Mais il est difficile de faire porter au seul haut-commissaire la responsabilité de la mesure ; au moment même où l’idée est envisagée de le faire entrer au gouvernement pour mettre la réforme en musique. D’autant que c’est Édouard Philippe qui s’était engagé sur ce point dans son discours de politique générale de juin.
Pour éviter de trop charger la barque, Emmanuel Macron avait fait retirer l’idée d’une accélération de la mise en œuvre de la réforme Touraine consistant, précisément, à allonger la durée de cotisation. La disposition retirée avant l’été remise à l’honneur à l’automne ? Et la mesure phare alors mise en avant aujourd’hui sacrifiée ? Il y a un risque de brouillage préjudiciable à l’acceptation de la réforme.
Et le premier ministre ayant fait la promotion de l’âge d’équilibre, y a-t-il le risque d’un autre brouillage, plus politique, entre l’Élysée et Matignon ? "Le chef de l’État est d’abord attaché à l’inventivité de sa réforme ; le chef du gouvernement est avant tout soucieux de l’équilibre financier du régime", résume un haut responsable de la majorité. Comme Nicolas Sarkozy et François Fillon en 2010, d’une certaine manière.

Paru dans Le Figaro, 28 août 2019
TABARD Guillaume

Guillaume TABARD






Journaliste politique

Maîtrise d’histoire (Paris I Sorbonne).



A la Radio et à la télévision

- Radio classique
      éditorialiste politique sur Radio classique
- Public Sénat
- France info
- Radio-Notre-Dame

Dans la Presse écrite
Au Figaro (depuis 2000)
      rédacteur en chef et éditorialiste politique au Figaro.
à La Croix (1995-2000),
à l'Académie Prisma Presse pour la presse magazine (1994-1995),
      rédacteur en chef de l’hebdomadaire France Catholique (1991-1995),
à La Correspondance de la presse (1988-1991)

Ouvrages
- Latin or not latin (2007)
- Maïti Girtanner (2006)
- Les Amis de l'hôtel de ville (2001)

 

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version