Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

En France (820)

Le militaire. Héros, puis victime, puis judiciarisé   Plus de recul :  voilà ce dont notre démocratie a besoin. Ce texte sur le soldat dans notre société veut aider à prendre un tel recul.  Il actualise un article publié dans le numéro 15 de la revue Inflexions, sur la judiciarisation de l'action des forces armées.   Après 1918 En France, un nombre considérable de monuments aux Morts de la Guerre de 14 portent l’inscription : "A nos Héros morts pour la France". Elle exprimait le sentiment commun d’alors : patriotisme ardent, sens du devoir et sacrifice. Mais la saignée fut si cruelle que ce fut comme si "le patriotisme avait tué la patrie". Le choc de la Grande Guerre libéra ainsi un mouvement profond vers l’individualisme radical, en partie bloqué jusqu’alors par la solide structure d’un enseignement républicain à base de morale kantienne du devoir.   En 1940-1945 Il y eut beaucoup de héros,…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La France doit-elle acheter de la dette publique américaine ? La France augmente ses achats d’obligations du Trésor américain. Son stock qui était de 3,8 milliards de dollars en février 2008, s’élève désormais à 118,4 milliards.(1) Compte tenu du risque de récession annoncé pour 2020 par Ben Bernanke, ancien gouverneur de la Réserve fédérale, ces achats se justifient-ils ?   Le rendement financier Au plan du rendement financier, la réponse est oui. Suite à la décision de la Réserve fédérale de relever son taux directeur en décembre 2015, le rendement des obligations américaines à 10 ans n’a cessé d’augmenter passant de 1,50 % en juillet 2016 à 3,25 % aujourd’hui. Dans le même temps, les taux allemands ont été négatifs (-0,09 % en juillet 2016) avant de remonter à 0,44 % aujourd’hui. Non seulement les taux des obligations du Trésor sont plus élevés mais le marché obligataire américain est aussi plus…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Nos petits-enfants sauveront l’honneur des Poilus   Le spectacle médiatique qui est imposé actuellement à l’opinion publique avec ces joutes verbales qui mélangent de façon confuse jour après jour Pétain et la transition écologique est absolument consternant… Pourtant, loin de ces convulsions politiciennes, de belles initiatives ouvrent localement de nouveaux champs d’espérance pour notre pays. Ce fut le cas le 9 novembre à Fouesnant, petite ville de 10 000 habitants située face à l’archipel des Glénan. 450 collégiens et lycéens ont travaillé depuis des mois avec leurs professeurs afin d’accompagner un projet pédagogique autour du Centenaire, porté et mis en œuvre par le trinôme académique, en collaboration étroite avec l’ONACVG (2), le monde combattant, les élus, les correspondants Défense et les chefs d’établissement du Finistère.  Ces jeunes viennent de faire avec leurs professeurs une démonstration exceptionnelle, certes de patriotisme au travers leur mobilisation, mais surtout d’ouverture du questionnement sur les questions…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Entre mépris et démagogie, une "troisième voie" est-elle possible ?   Au fond, la grande question de l’avenir, en France mais aussi dans le monde occidental, est celle de l’existence d’une troisième voie possible entre la "pensée unique" et la démagogie. Depuis l’effondrement du communisme en 1989-1991, une idéologie dominante a prospéré dans les élites politiques, médiatiques, économiques, judiciaires et universitaires du monde occidental. Elle célèbre le culte d’un monde global, post-national, sans frontière, le dépassement du cadre national, la négation de l’autorité de l’Etat. Elle vénère le principe de la table rase, en faveur de l’émergence d’un homme neuf sans traditions ni culture ni passé, affranchi de tous les déterminismes, indéfiniment manipulable, l’individu narcissique, tel que l’avait décrit Gilles Lipovetsky dans son prophétique "L’ère du vide".   Comme toute idéologie celle-ci se caractérise par son intolérance. Nul ne peut s’attaquer à ses dogmes sans s’exposer au lynchage et à l’insulte :…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Un 11 novembre amputé et confisqué Depuis quatre ans, commémorations, expositions, conférences, spectacles - et j’en passe - se sont multipliés à propos du centenaire de la Grande Guerre 1914-18. Au fil des années, tous ceux qui, sur le terrain, sont proches des Françaises et des Français ont pu mesurer l’intérêt général manifesté pour toutes ces formes d’expression de la mémoire. Ce 11 novembre 2018 devait être le point d’orgue de ce cette période mémorielle et donner tout son sens à cette expression du devoir de mémoire à tous les niveaux. Coup de théâtre : l’Elysée ne l’entend pas de cette oreille, qui vient de décider à contre-courant : "Le sens de cette commémoration, ce n'est pas de célébrer la victoire de 1918. Il n'y aura pas de défilé ou de parade militaire". Décision incompréhensible, quand on songe aux effectifs militaires - au nombre desquels comptent les gendarmes de la…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Insupportables dénis   Le déni des réalités reste la commodité de ce monde politique qui perd pied. Sa mauvaise foi est insupportable à ceux qui sont en premières lignes. L'obligation de réalisme est l'autre dénominateur commun aux indignations des peuples qui ne veulent pas mourir. Ils réclament des bilans plutôt que des prêches, des actes plutôt que des discours. Quand le patron du PS, Olivier Faure, reconnaît une "crise identitaire" et parle d'une "colonisation à l'envers" observable "dans certains quartiers", il assume une rupture avec le dogmatisme de la gauche. Sa conversion au réalisme est une entrée dans le nouveau monde. Il suffit de se rendre dans les cités "sensibles" pour constater cette situation conflictuelle, terreau d'une possible guerre civile. Ces jours-ci, des messages diffusés sur les réseaux sociaux ont appelé à "la purge" des forces de l'ordre, lors d'attaques armées programmées dans la nuit du 31 octobre. L'initiateur de ce…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Pavane pour une république (presque) défunte   Depuis la Révolution française, toute notre histoire constitutionnelle et politique pourrait être résumée à une quête : celle du gouvernement qu’appelle la société démocratique issue de la Révolution française. Si celle-ci avait en effet inventé un nouveau type de société, elle avait échoué à lui donner un gouvernement.   Entre parlementarisme (quatre républiques et deux régimes monarchiques et parlementaires) et autoritarisme (deux empires), il aura fallu près de deux siècles pour trouver enfin, en 1958-1962, une solution pas très différente du régime auquel songeaient les hommes de 1789 : qui associe autorité et liberté, exécutif fort et droits du parlement, monarchie et république, la première inscrite dans la fonction présidentielle (qui rappelle à bien des égards la figure du roi de justice), la seconde dans la coopération du gouvernement et du parlement. Autrement dit, pour la première fois dans notre histoire moderne, la France possède…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Où en est la réforme des retraites ?   Le 20 septembre dernier, Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites, a semblé avoir enfin compris comment ne fonctionnent pas les retraites par répartition. En effet, au cours de son intervention lors d’un "atelier participatif" ayant eu lieu ce jour-là pour permettre aux citoyens de faire entendre leurs voix sur cette réforme dont la préparation lui incombe, le Haut-commissaire aurait prononcé quatre courtes phrases de la plus haute importance : "Vous avez cotisé pendant des années, c’est vrai. Mais ce n’était pas pour vous. C’était pour vos parents. Vos cotisations ne vous donnent droit à rien". Cette déclaration est rapportée par Marie-Cécile Renault, la journaliste "sécurité sociale" du Figaro, sous forme d’une citation entre guillemets et en italiques, dans l’édition du 11 octobre. Elle est inouïe venant d’une bouche officielle, mais il est peu probable que la journaliste l’ait inventée.   Le…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La France, en attente de preuves d'amour   CHRONIQUE - La grande braderie de la nation et de sa langue qu'opère Macron est le meilleur carburant du populisme, qui est la voix de ceux qui ne veulent pas que la France disparaisse.   Mener la guerre au populisme, c'est guerroyer contre le peuple pacifique. Emmanuel Macron le démontre : il maltraite la France qu'il dit vouloir protéger. Le chef de l'État voit son pays comme une vieille chose à transformer. Or nombreux sont ceux qui refusent cette orgueilleuse utopie. Candidat à la présidentielle, il avait déclaré en février 2017 : "Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture de France. Elle est diverse." Le relativisme adore jeter ses pelletées de terre sur la nation millénaire. L'autre jour, au sommet de la francophonie à Erevan (Arménie), Macron a récidivé : "Quand je parle de langue française, je…
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version