Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Mariage pour tous : un simulacre de débat

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Collectif pour l’enfant a été reçu mardi 27 novembre 2012, par Erwann Binet, rapporteur du projet de loi sur le mariage des personnes de même sexe, dans le cadre des auditions privées.
Béatrice Bourges, porte-parole du Collectif, a interrogé Erwann Binet sur le fait que de nombreuses associations, dont le Collectif pour l’enfant ont demandé à être reçues par le président de la République, la ministre de la justice, la ministre déléguée à la famille, et n’ont jamais reçu de réponse, alors que l’inter LGBT est reçue dans la journée lorsqu’elle sollicite le président de la République.
Elle s’est également étonnée de l’inégalité de traitement entre les partisans du projet de loi et ceux qui y sont opposés dans l’organisation des auditions devant la commissions des lois.
Elle a exposé au rapporteur l’indignation ressentie par les 80 associations du collectif devant le mépris avec lequel sont traitées les demandes répétées émanant de la société civile de prendre le temps du débat : "Pourquoi une telle hâte sur un projet si grave ? Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d’associer la société en organisant des états généraux ? Pourquoi la demande de referendum, relayée par de multiples acteurs, est-elle restée sans réponse ?".
M. Erwann Binet n’a apporté aucune réponse satisfaisante, refusant fermement l’organisation d’Etats Généraux ou de référendum estimant que les Français ont adhéré à ce projet en votant pour François Hollande : "C’est en ce moment qu’a lieu le débat. Les Etats Généraux sont inutiles. Les Français ont donné leur accord, lors du vote pour François Hollande. Nous resterons sur notre calendrier" a-t-il dit.
Aude Mirkovic, juriste et membre de l’association Juristes pour l’enfance, a présenté à Erwann Binet les inquiétudes du collectif concernant l’adoption de l’enfant du conjoint de même sexe "La loi doit-elle encourager les femmes à choisir un mode de conception privant délibérément leur enfant de son père, en recourant à un donneur anonyme, afin de le rendre adoptable par une autre femme ? Il s’agit de fabriquer un enfant sans père, pour pouvoir l’adopter. La loi n’a-t-elle pas mieux à faire pour les enfants ?"
Elle expose ensuite quelques-uns des conflits de parenté que la notion de parenté sociale va susciter : "Comment trancher le conflit de parenté entre l’amante et la conjointe de la mère par exemple ?"
Le rapporteur se déclare optimiste sans apporter de réponse : "Nous trouverons des solutions. Il ne faut pas voir ces situations comme des difficultés mais comme de nouvelles possibilités".
Elizabeth Montfort, présidente de l’association pour un nouveau féminisme européen, a fait part à Erwan Binet des inquiétudes des femmes de voir leur spécificité rayée d’un trait de plume du Code civil : "Comment assurer l’égalité homme-femme en droit de la famille lorsque les notions de mari et de femme, de père et de mère, disparaissent au profit d’une notion indéterminée d’époux et de parent ? Nos mères se sont battues pour obtenir l’égalité ne l’oublions pas. Ce texte ne va pas vers le progrès mais vers une régression."
"Nous sommes de plus en plus inquiets" confie Béatrice Bourges. "Non seulement, le législateur ne prend pas le temps d’un vrai débat, mais en plus, il laisse de nombreuses questions sans réponse alors même qu’il s’agit d’une loi qui va bouleverser la société toute entière et l’avenir des enfants".
Béatrice Bourges pour Le Collectif pour l'Enfant

BOURGES  Beatrice

Née le 18 octobre 1960
Mariée – 2 enfants

Secrétaire Générale de Entreprise et Progrès,
     fédération de chefs d’entreprise ayant pour objectif
     de réconcilier l’économique et le social
     "Mettre l’homme au cœur de l’entreprise et l’entreprise au coeur de la cité"
Membre du Conseil National pour la Création d’Entreprises
Membre du directoire de l’Agence pour la Création d’Entreprises
Membre du Conseil de la Fondationsuisse Ecophilos
Présidente de l’association Audace et Responsabilité dans les Yvelines
Présidente de l’Association pour la Protectionde l’Enfance

     Précédemment 
Directeur des relations institutionnelles de Entreprise et Progrès (2004 - 2005)
Conseil auprès de Paul Dubrule, Président fondateur du Groupe ACCOR (2000 - 2004)
Conseil en entreprise du Groupe AXA et du Groupe Auguste Thouard (1998 - 2000)
Directeur à la Fédération Françaisedes Sociétés d'Assurances (FFSA),
     chargée des relations institutionnelles,
     membre du Comité Directeur (1997 - 1998) 
Attachée parlementaire (1992 - 1997)
     de Franck BOROTRA,
     Ancien Ministre de l'Industrie, Député, Président du Conseil Général des Yvelines
     d’André DAMIEN,
     ancien Député, Maire Honoraire de Versailles
Consultant pour le compte du Groupe TOTAL (1993 - 1994)

Ouvrages
L’homoparentalité en question – Et l’enfant dans tout ça ? (2008)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version