Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le Service national universel,...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le Service national universel, un stage de savoir-vivre en France !
 
On peut bien sûr critiquer : trop court, trop cher, inutile... Et n'est-ce-pas à l'Education Nationale d'inculquer le vivre ensemble ? Pourtant, le test d'un Service National qui vient d'être lancé est indispensable dans l’état actuel du pays et de la jeunesse. La cohésion nationale n'est plus qu'un vain mot que l'on confond avec les coalitions "contre" quelque chose, à l’exception des grandes tragédies qui rassemblent, et de moins en moins longtemps. L’autorité reste un stigmate de l'ancien monde, la "tenue" ne veut plus dire grand-chose comme le dit un célèbre fast-food en faisant un slogan spécial jeune: " venez comme vous êtes"! Un monde soi-disant sympathique de cool attitude habillée de jeans à trous. Nous avons choisi au nom d'une pseudo liberté fictive, de faire tomber un carcan social supposé des règles de la bienséance bourgeoise, cela a considérablement nui aux comportements individuels et collectifs citoyens. La fracture sociale est bien sûr une fracture sociétale et il faut recréer une structure civique qui sera un passage obligé.
Jacques Chirac a commis une faute en supprimant le service militaire mais il faut se replacer à cette époque où la lourdeur de ce service était devenue inutile et trop pesante dans la vie des jeunes ; il aurait fallu le modifier drastiquement en maintenant un minimum d'obligations militaires ou civiles pour garder ce creuset et ce brassage qui manque tant aujourd'hui.
Alors oui, les questions concernant le
 SNU (Service National Universel) sont préoccupantes. Le coût d'abord : a priori 1 milliard et demi par an. Les contraintes de logement, d'encadrement, etc. Mais, en réalité, il n'y a pas de prix pour recréer a minima une sensibilité au concept même de "service" au pays. 15 jours c'est peu, et peut-être insuffisant, mais des prolongements sont prévus et pour le moment il s'agit d'un test.
Ce qui est organisé pendant ces 15 jours est loin d'être anodin : ne serait-ce que de ne plus être accro à son portable ! (Il sera autorisé 1h le soir). Distribuer un pack d'uniforme sera pour quelques-uns pour le moins étrange : pantalon, manteau, chaussures noires (certains n'ont jamais porté autre chose que des baskets !), casquette bleue, badge du service national, pour certains jeunes qui attachent une importance énorme à leur look qui contribue à définir leur appartenance à une tribu, une bande, un quartier. Ils découvriront la cérémonie aux couleurs le matin et on l'espère l'émotion pour la première fois peut être, à la vue d'un drapeau que l'on hisse. Une initiation au code de la route, au parcours du combattant, à la formation aux premiers secours, le respect des horaires, la participation à l'entretien apporteront une ouverture sur l'extérieur, un autre esprit, une expérience, la découverte d'autres lieux, d'autres ambiances.
 
Pour un Service National en Entreprise
Sans parler bien sûr de l'autorité ! Une autorité à laquelle des parents qui ont peur d'une façon ou d’une autre de leurs enfants (82 % le reconnaissent) ont renoncé alors que cette autorité est revendiquée et souhaitée paradoxalement par 79 % des ados (sondage de l’APPEL).
On peut aussi prétexter que pour certains plus favorisés ce sera inutile, mais ceux-là connaîtront un brassage social nouveau et découvriront la réalité d'autres milieux, de comportements et de difficultés ignorées.
On pourrait, et on devrait élargir cette expérience au monde de l'entreprise, car tous ces jeunes sont amenés à y travailler du moins on l'espère, et le mini stage en classe de troisième n'est en quelque sorte qu'une sortie scolaire comme une autre. Il serait très bénéfique de leur faire appréhender cet autre brassage social professionnel. Les valeurs de l’entreprise sont un complément : montrer l'importance d'une sorte de collectif différent, d'une autre forme de hiérarchie, le respect d'une éthique, la notion de respect du client, l'importance des salariés, etc.
L'entreprise est un lieu idéal pour comprendre bien sûr les enjeux économiques mais plus simplement une autre forme de prise de risque. Ce type d’expérience s'est révélé efficace et apprécié par exemple pour les VSNE (Volontariat pour un Service National en Entreprise).
Les chefs d'entreprise sont demandeurs pour contribuer à cette mission d'intérêt général qu'est le SNU. Certes, la courte durée et les niveaux très basiques de certains nécessiteront une adaptation mais pourquoi pas ? Ce serait aussi une contribution bénévole et salutaire des entrepreneurs au pays. Après une demi-journée de découverte, donner par exemple pour simple mission au jeune de chercher par lui -même comment se rendre utile d'une façon ou d'une autre ?
Un chantier nécessaire et passionnant pour reconstruire notre société en misant sur l'avenir autrement qu'en tentant de satisfaire des revendications toujours croissantes.

Envoyé par l'auteur, paru Challenges, 20 juin 2019
MENTHON de Sophie


Chef d’entreprise
Présidente d'ETHIC  (depuis 1995)  (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)
Membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)
 

   
Crée la "Fête des Entreprises", sur le thème : "J’aime ma boîte !"
     qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre (depuis 2003).

A son initiative,
 1ère édition du congrès ETHIC FIRST au Palais des Nations Unies de Genève (2009)
     (512 participants issus de 23 pays,
     autour du thème : La Responsabilité Sociale des Entreprises en période de crise économique.
3ème édition du congrès ETHIC FIRST à Novancia (21 juin 2012)

S’est toujours investie dans la vie associative pour promouvoir l’entreprise privée.
A 21 ans, crée sa première entreprise de marketing téléphonique Multilignes Conseil (1969)
     Présidence jusqu’en 2004.
Lance le premier Syndicat du Marketing Téléphonique (SMT) (1979)
Rédige un code déontologique
     qui régit aujourd'hui la profession en France et dans plusieurs pays d’Europe.

Admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel
     Rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale (2007).

Nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental
     au titre de personnalité qualifiée (depuis 2010)
Membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) (depuis 2010)
Mission sur la Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises (RSE)
     à la demande de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé
     qui a donné lieu à unguide pratique illustré à destination des PME (20 000 exemplaires)
A souhaité présenter
     20 mesures d’urgence à prendre par le nouveau Président de la République (2012).
 
Intervient dans l’émission
     "Les Grandes Gueules" sur RMC
     "Les Experts du 9h-10h" sur BFM.
 
Ouvrages
Dans la collection Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants 
(Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu et avec qui elle écrit en tandem)
Illustrations : Clotilde Perrin puis Alice Charbin puis Henri Fellner :
La Police(2006)
L'Argent(2006)
     Prix de la Presse des jeunes au Festival de Montreuil 2007.
La Politique(2006)
La Publicité(2006)
L'Europe(2007)
La Justice(2008)
L'Entreprise(2008)
Le Supermarché(2009)
La beauté(2010)
Dangers (2010)
L'Armée (2011)

Distinctions
Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version