Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Des traces
 
Les Français pataugent dans la frénésie électorale depuis plus de 6 mois, et peut être depuis 5 ans, depuis qu'ils se sont rendu compte que ce chef, choisi par défaut, gardait sa mentalité de secrétaire général, incertain manœuvrier entre copinage et détestation, sans se hisser vraiment au niveau d'un représentant significatif du pouvoir constitutionnel, ni d'une stature internationale véritable. Les éclairs de lucidité ont été rares et souvent tardifs. En fait il lui a fallu "apprendre le métier" auquel il n'était pas du tout préparé, sur le tas et dans un contexte vraiment difficile. Qu'il lui soit beaucoup pardonné même s'il a contribué à enliser un peu plus la Nation dans ses contradictions.
 
Cette édition 2017 de l'élection présidentielle française, caricature d'une démarche vraiment démocratique, présente quelques caractères très particuliers dans le droit fil d'une grande fatigue des institutions, des acteurs politiques et des citoyens.
Certains la disent décevante, d'autres la voient plutôt comme un jeu de rôles, les plus résignés la taxent de "coup pour rien". La seule certitude est qu'elle laissera des traces durables dans la  politique française pour les années à venir.
 
On y voit :
* La manipulation permanente et très profonde des médias de tous ordres, des journalistes politiques (elle est leur gagne-pain) dont certains se posent en procureurs avec une grande auto satisfaction, des chaînes télévisuelles et radiophoniques qui chantent toutes à peu près les mêmes rengaines, des sondeurs et de leurs sondages (vrais ou faux), des écrivaillons, commentateurs de presse écrite (souvent les mêmes que sur les écrans).
* Les méfaits et le trouble de l'information instantanée, des réseaux sociaux et autres sites de "tchach and gossip", souvent assez pervers, troublant de manière continue et incisive le véritable débat de politique, au grand mépris des règles constitutionnelles, légales et des pratiques parlementaires traditionnelles.
 
Tout cela pour dire que les habitudes de vote dit démocratique que nous pratiquons grosso modo depuis 1848 – année de l'introduction du suffrage universel masculin -  ou 1946 - année de l'accès des femmes au suffrage – sont complètement submergées par de nouvelles pratiques instantanées, qui se situent hors les règles du droit électoral ; elles donnent au vote des citoyens – qui est l'objectif final - une toute autre configuration car elles le situent hors la politique plus proche du quotidien vécu, de la pure revendication personnelle ou de groupe social, beaucoup moins "politicienne", échappant aux élus des Assemblées supérieures et à l'élite habituelle des milieux tant gouvernementaux que d'opposition.
 
Aucun des impétrants à la fonction présidentielle n'a abordé cet aspect de la démocratie à la française, laquelle, pourtant devra sérieusement évoluer, si l'on veut éviter soit le chaos, soit la démagogie autoritaire, les 2 avatars les plus courants de l'inadéquation des pratiques politiques aux aspirations du peuple qu'elles doivent gouverner. L'adage est bien connu "Le peuple est ignorant, mais il sait tout". Il sait surtout ce qui pourrait lui convenir, mais dont l'image précise reste dans le flou à travers les moyens à sa disposition : la révolte ou le bulletin de vote.
Les traces imprimées par nos présentes péripéties seront profondes et durables : que représentent ces gens acclamés comme des rock stars dans des rassemblements de plus en plus monstrueux, dont les discours restent fumeux, approximatifs, très éloignés des réalités, de ce qui est faisable et bénéfique, ignorant les véritables mécanismes d'une Europe systématiquement diabolisée et de l'environnement international dans lequel nous sommes ficelés. Sont-ils, en fin de compte, tout simplement compétents ? Car c'est cela dont on a besoin : la compétence... La stupide haine des finances s'y ajoute : pauvre, une Nation n'est plus rien, il suffit de regarder autour de nous pour en avoir la preuve. Ce pari de compétence impose aussi aux candidats une universalité du savoir gouverner que nul ne peut réellement avoir.
 
Les fractures se situent à 2 niveaux : Chez les acteurs politiques, (majoritairement issus de l'ENA) qui se livrent à d'insupportables batailles internes ; les fameuses primaires ont aggravé les détestations, stigmatisé les fractures, les batailles d'ego. Des haines tenaces sont installées. Les 2 "grands partis" primaristes sont en miettes.
Dans la population, ce bain politique permanent, spectacle de tricheries et de discordes, a amplifié les affrontements, l'incompatibilité des désirs, mis en relief le désenchantement, l'ignorance des plus jeunes, l'ultra conservatisme des seniors, lesquels constituent une part importante du potentiel électoral, la lassitude, la révolte ou l'indignation conduisant à l'abstention. Le résultat est un fractionnement des opinions, qui empêchera la cohérence parlementaire.
 
L'inquiétude gagne au regard des programmes :ils ne sont pas présidentiels, ils sont ministériels ; en effet, selon l'article 5, le Président de la République " ...veille au respect de la Constitution, assure par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et la continuité de l’État. Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire du respect des traités" (tiens ? Intéressant…).
C'est en vertu des article 20 et 21 de la Constitution que le Premier Ministre, choisi par le Président,dans le sein de la majorité parlementaire fait fonctionner la boutique : "Art. 20 : le gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation ; Art. 21 : le Premier Ministre dirige l'action du gouvernement, assure l'exécution des lois, est responsable de la Défense nationale... "
Certes le Président-chef de l’État - a quelques pouvoirs personnels, notamment celui de dissoudre l'Assemblée, mais en aucun cas il "n'administre" directement le pays. Il n'est pas fait pour cela. Par ailleurs, et surtout, il est illusoire de croire qu'à peine élu(e), le (ou la) Président(e) mette immédiatement en œuvre ses promesses : il faudra attendre le vote législatif de Juin, afin d'avoir une (éventuelle) majorité et d'en extraire un Premier ministre ; à ce moment seulement la machine pourra fonctionner. Et cette débauche de promesses de référendum ou de radical changement laisse sinon pantois, du moins sceptique.
 
Voilà toute l'ambiguïté de cette Constitution : ce jeu à 2 têtes, qui fut fort utile dès 1958 à mais qui, au fil des changements sociaux, économiques et politiques, s'avère plutôt encombrante, notamment après les années de la désastreuse cohabitation, où chacune des 2 campait sur ses convictions. Ne rappelons pas trop les heurts entre hommes du même bord (Giscard/Chirac. Mitterrand/Rocard, Sarko/Villepin). Le pays est resté immobile. Une grande partie de nos malheurs actuels réside là.
Donc, en fait – la partie la plus importante est loin d'être jouée : elle s'accomplira non le 7 Mai, mais seulement en Juin avec les Législatives. De toute façon, quel que soit le beau parleur choisi, ce sera le fatras, car l'élection présidentielle se jouera sur une courte tête et la moitié frustrée ira protester dans la rue. Si, en plus, aucune majorité parlementaire ne sort des urnes, ce sera l'instabilité assurée, le retour à une sorte de IVème déguisée... Mais on peut toujours être optimiste... Les autruches ont la réputation de l'être. Le score de ce premier tour présidentiel est faible : moins du quart des opinions exprimées : sans compter le quart abstentionniste ; on ne gouverne pas avec plus de la moitié de la Nation contre soi, ou alors, très brièvement.
 
Par ailleurs, ce qui fascine dans toutes ces gesticulations, est l'absence à peu près totale d'ouverture à la situation internationale et les changements profonds qui sont en train de s'y propager. Londres va procéder à des législatives le 8 Juin pour solidifier les conservateurs face au Brexit, l'Italie et peut être l'Espagne vont bouger, l'Allemagne votera en octobre, et surtout l'Union Européenne va sortir ses griffes face aux critiques et aux demandes de révision. L'Amérique du Nord change l'échiquier, le FMI et la Banque Mondiale s'interrogent, l'Asie change de cap, l'Afrique est à l'agonie, le Moyen Orient vacille. Quelle sera la place de la France dans ce monde en mutation ? Nul ne le sait. Nous voilà partis – les yeux rivés sur nos minuscules discordes - pour du sport et des dettes amplifiées... mais ce n'est pas grave... il y a le foot, le tennis, le rugby, le Tour de France, Le Mans, Cannes, et ... les vacances... pour continuer à s'amuser sur le volcan.
 
Il faudrait revenir à Pierre Bourdieu et son "Dire, c'est faire " (1) : la lutte politique est une joute verbale : on dit, on promet, on annonce, on entraine autrui dans un rêve de réussite et de monde meilleur... et en le disant on s'imagine qu'on le fait, que c'est déjà acquis, que c'est fait ou sera fait... En même temps on entame l'adversaire par des mots. Le verbe politique est illusion et promesse, tour de piste et corrida. La mise à mort, c'est le bulletin dans l'urne.
La majorité des propositions sont à courte vue, des arguments électoraux qui seront vite perdus dans le magma des urgences et des obligations. Les banquiers, les syndicats, les opposants plieront-ils ou suivront-ils ? La situation internationale permettra-t-elle le redressement ? La compétence surmontera-t-elle la médiocrité, l'énergie l'immobilité ? Il y a très longtemps, Jean Rostand (le savant aux grenouilles) avait déclaré "Nous sommes gouvernés par des médiocres supérieurs". Peut-être pas si démodé.
(1) Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, l'économie des échanges linguistiques, Fayard éd.
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Réflexions sur le résultat du premier tour des présidentielles
 
Au-delà des sujets d'insatisfaction, de bonnes raisons d’espérer
Nous allons probablement vers des jours sombres, mais "en même temps" nous avons de plus en plus le droit d’espérer. C’est un paradoxe. Voici les raisons d’espérer.
Je parle ainsi, car je crois dans l’avenir de la France. Ce n’est pas simple sentiment profond, c’est aussi raison. Cette élection, paradoxalement, nous fournit un argument pour y croire.   
Car si nous l’observons bien, nous voyons que cette France d’après-demain, celle qui connaîtra (par hypothèse) une véritable Renaissance, est déjà là, bien que seulement en pièces détachées : c’est triste qu’elle ne soit là qu’en pièces détachées, donc en pièces tout court, mais ce qui est heureux, c’est qu’on puisse exposer toutes ces "pièces détachées". Il suffit pour cela de dire un mot sur les quatre candidats, pris un par un. Et aussi de noter avant cela que les quatre représentants les plus évidents de la France morte (Hollande, Sarkozy, Juppé, Valls) ont été impitoyablement "dégagés" avant la compétition. Parlons des candidats.
 
Mélenchon d’abord
Seul de tous les candidats, Mélenchon a une forte culture, un langage classique et une élévation philosophique. En ces temps postmodernes, il a fait revivre – sous une forme malheureusement idéologique - la tradition oubliée de l’humanisme. Pas l’humanisme postmoderne sans foi ni loi, mais le grand humanisme moderne ("Patrie bien-aimée", "l’heure des caractères et de la conscience", etc.). C’est la référence à cette tradition qui lui donne son souffle et son autorité. Ainsi groupe-t-il derrière lui un cinquième et virtuellement un quart des Français. Il y a chez lui
une magnifique liberté dans sa façon de reprendre l’ascendant sur de certains roquets qui se croient tout-permis. Bien sûr, il lui manque la rationalité économique. Bien sûr, dans son attachement "aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays", il ne fait pas montre d’un sens du progrès, qui lui ferait imaginer une solidarité sociale nouvelle plus en cohérence avec le monde tel qu’il est avec ses enjeux immenses et souvent magnifiques. Dans son rapport au vieux fond catholique de la France, il est partagé entre une certaine sympathie pour le pape prophète et une nette aversion pour les catholiques français, qu’il juge en majorité bourgeois et embourgeoisés, réactionnaires ou banalement "conservateurs libéraux".
 
Fillon ensuite
La France renaissante aura, comme Fillon en est un premier signe, une vision économique et une base catholique. Pas l’un sans l’autre, ni inversement – et pas que cela ! Néanmoins, Juppé a été écarté aux primaires, et ne pouvait pas revenir, car, comme François Hollande, il n’avait ni l’un, ni l’autre. Fillon a été détruit par les "affaires", justement parce que le fond catholique faisait essentiellement partie de son image. Mais son caractère eût-il été plus noble et désintéressé, il lui eût encore manqué quelque chose de "franciscain" – sa rationalité économique n’était pas portée par un véritable souffle humaniste, et sa catholicité était trop peu prophétique.  
 
Et Macron ?
La France renaissante aura comme Macron l’idée d’une sorte de centre, de recentrage, de réconciliation au-delà de divisions artificielles, ou d’un renouveau. Chez Macron, nous trouvons ces idées à l’état postiche : au mieux des bonnes intentions, au pire du marketing. Pourtant, il y a réellement là un élément de la renaissance. 
 
Et Marine Le Pen ?
La France renaissante sera, comme le disent et elle et Mélenchon, une nation libre, qui participera à l’édification d’un monde multipolaire, et d’une Europe indépendante, au-delà de l’impérialisme libéral. Ces thèmes leur sont communs, mais Le Pen représente surtout les prolétaires ; Mélenchon représente surtout ceux qui sont en passe de le devenir. Ces thèmes ont leur légitimité, si on sait les combiner avec les réformes fondamentales du pays et une vision humaniste des progrès du monde, si on sait les faire valoir en tenant compte des rapports de forces existants, et si on prend aussi en compte, au-delà de chaque intérêt national, le bien commun du genre humain.
 
La culture des candidats
On nous a dit qu’il y avait dans cette élection deux candidats classiques et deux candidats populistes. Ce qui me frappe davantage, c'est plutôt qu'il y a eu deux candidats à culture postmoderne, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, et deux candidats à culture assez différente, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, représentant l’humanisme du passé ou le vieux fond catholique. Malgré leurs entourages respectifs saturés de postmodernes, et malgré certaines incohérences, eux-mêmes faisaient appel à deux traditions, encore vivantes, opprimées par le prêt-à-penser postmoderne.
Bien sûr, il y a dans l’entourage et l’électorat de Marine Le Pen une certaine proportion de réactionnaires et de traditionalistes, et même des catholiques tout court. Mais elle a, en fait, beaucoup plus en commun, spirituellement, avec Macron qu’avec Mélenchon ou Fillon, même si les intérêts et passions des deux finalistes divergent énormément. Pour Macron, "il n’y a pas de culture française". Ignorance crasse ou expression malheureuse. Pour Marine Le Pen, il y a au contraire des "valeurs et traditions de la civilisation française". Mais si on regarde comment elle les comprend, la différence avec Macron n’est pas si grande qu’il semble. Car pour Marine Le Pen, l’adoption de ces valeurs et traditions relève d’abord du patriotisme et de l’esprit de corps, fort peu d’une adhésion au vrai et au bien donnée par l’esprit avec sa raison et sa foi, avec liberté personnelle. Elle réduit la culture française à une "identité nationale", c’est-à-dire à un particularisme, qu’on oppose à un particularisme islamiste et à l’universalisme abstrait du monde mercantile - alors que la culture française, "éclairée" ou catholique, est aussi universelle que substantielle. Ce serait donc une étrange erreur que de voir en elle une défense et illustration de la culture catholique et de la pensée françaises.
C’est vrai que la France possède un style inimitable dans sa façon de s’approprier l’universel, et ce que ce style a de plus particulier, c’est peut-être de se répandre avec tant de facilité, comme notre langue précise, claire et ordonnée, ou comme ce style "gothique", dont le nom a si longtemps été celui de "style français". En un mot, Mélenchon et Fillon, chacun à leur façon, expriment assez bien la civilisation française. Marine Le Pen et Emmanuel Macron ressemblent davantage à des déracinés.
 
Cela dit, au-delà des mauvais côtés des candidats, au-delà des mauvaises raisons que des Français peuvent avoir eu de voter pour eux, il y avait objectivement de solides raisons de voter pour tel ou tel, car chacun d’eux donne une idée partielle (et parfois caricaturée) d’une possible renaissance nationale.
 
La France et l’humanisme
La France est un pays fondamentalement humaniste. La langue latine est l’incarnation de l’humanisme antique. La langue française surgit comme littérature au cours de la Renaissance, âge humaniste s’il en est. Cette langue se fixe au XVIIème siècle avec Descartes comme une expression idéale d’une nouvelle raison classique, en laquelle se renouvelle l’humanisme antique. Le catholicisme est depuis toujours la religion humaniste, puisque Dieu divinise l’Homme. La trace culturelle est si profonde et ineffaçable, qu’aucune rationalité économique ne peut jamais en France précéder le consensus autour d’une vision universaliste de la justice politique. Aucune rationalité économique, aucun gouvernement technique ne peut s’abstraire de ce trait fondamental de la culture nationale.
 
En faisant le portrait de ces quatre candidats, nous avons recensé les principaux éléments de la France de l’avenir. Comme on peut regretter que cette campagne ait été faussée et que les candidats n’aient pas pu débattre de la France ! Souhaitons, prions pour qu’ils s’améliorent et ne se renferment pas chacun sur sa part de vérité. Car ce qui manque encore à la France, hélas ! c’est l’esprit qui permettrait d’unir ces membres disjoints en un seul corps vivant et cohérent. C’est pourquoi, aussi longtemps que nous feront défaut ces créations culturelles, cette nouvelle synthèse humaniste, les vérités disjointes s’opposeront entre elles comme des extrémismes rivaux, et nous aurons à redouter d’aller vers des jours sombres. Mais les éléments sont là. Et à force de s’opposer, une synthèse finira par en sortir.
Le côté sombre du tableau, pas besoin de s’y attarder ce soir, car nous le connaissons tous.

www.henrihude.fr
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Une odeur fétide
 
L’odeur de pourriture qui a imprégné toute cette campagne est loin de se dissiper à l’issue du premier tour. On dirait même qu’elle s’amplifie.
 
  1. Les Républicains se défoulent maintenant sur Fillon en l’accusant d’être le seul responsable du désastre. Facile et attendu: il fallait bien un "pelé, un galeux". Et les pires lyncheurs sont ceux-là mêmes qui l’avaient rallié en grande pompe à l’issue des primaires et fanfaronnaient sur la scène de son grand meeting, oh, comme je m’en souviens ! devant les caméras pour préparer leur maroquin ministériel. Elle est belle, hein ? la politicaille !
 
  Le Pen se met en congé du FN, son nom "le Pen" n’apparaissant plus nulle part comme effacé par magie et fait en sorte que l’idolâtrie se concentre désormais sur le seul prénom. Il faut tout oublier, faire la table rase du passé. Rien n’a jamais existé, rien ne s’est jamais passé, on n’a rien vu, rien entendu, sur la création de ce parti, son histoire, son identité profonde, ses positions, ses provocations. Non, non, l’héroïne n’a pas hérité de son père, elle est venue des nuées ! Vous ne le saviez pas ? Tout est effacé braves gens, tout oublié, votez les yeux fermés pour votre idole.
 
  Macron, idem, en sauveur miraculeux de la France lui aussi comme tombé du ciel. A-t-il jamais été conseiller de M. Hollande pendant deux ans, puis son ministre de l’Economie pendant deux ans ? Quel mérite ? Quelle réussite ? Quel service à l’Etat et à la France ? Quelle vision de la France, de son histoire et de son avenir ? Quels soutiens ? Et la raison dans tout cela ? Et l’intelligence, l’esprit critique des Français ? Oublié ! Silence ! Omerta ! Silence, on vote ! Comme pour le Pen, on ne regarde pas dans le rétroviseur. Taisez-vous !  Mesdames et Messieurs, braves gens, le passé ne compte pas. Ni le monde des réalités. Tout cela ne vous regarde pas. On ne pense pas, on vote !
 
  Le "front républicain" a bon dos et si le Pen n’existait pas, il faudrait l’inventer : toute la classe politique droite et gauche confondues, revit enfin comme un petit troupeau docile dans sa mobilisation contre le "danger fasciste" le chiffon rouge dont elle se gave depuis 40 ans, qui la dispense une fois encore de parler des 5,5 millions de chômeurs, des massacres terroristes qui ont ensanglanté la France, de la ruine de l’Education nationale, le désastre des "banlieues", de l’effondrement du prestige de la France à l’international et en Europe. Et de ses responsabilités dans la débâcle…
 
  Macron célèbre son triomphe du premier tour à la "Rotonde", avec des people comme si l’élection était pliée. Ah, nous serions nous trompés ? Aurait-il atteint 50 % +1 voix au premier tour ? Non, même pas : la moitié. Enfin, la moitié de la moitié, un peu moins même : 23%. Mais c’est comme si c’était fait et le vote du 7 mai, une broutille, une formalité : le peuple est en marche et il va marcher droit jusqu’au bout. Avec Sarko, la même scène donnait un scandale hystérique de trois mois, mais là, tout le monde s’en fout. Chouette, la France d’en haut fait la fête !
 
  Et d’ailleurs, et d’ailleurs : la bourse a pris 4,5 % en un jour, un record depuis 9 ans ! La fête continue, la fête de la France d’en haut !
 
  Le discours politique, à droite comme à gauche, a totalement oublié la France profonde, malheureuse, humiliée, des "sans dents", la France rurale et des banlieues, les exclus, la France périphérique, oubliée, celle qui a voté Mélenchon, Poutou, Dupont-Aignan, en partie Fillon, une France probablement majoritaire, et qui se voit aujourd’hui désespérée par la tournure d’un scrutin sans espoir pour elle, entre une caricature et une provocation où elle ne se reconnaîtra jamais. Cette France-là ne fait pas la fête !
Et cette vague de ralliements de gauche et de droite qui s’enchaîne dans un fantastique mouvement mimétique. La "morale du troupeau " comme dirait Nietzsche. Si tu ne rallies pas Macron, tu es un salaud, un pétainiste, une ordure, un traitre (lu sur Facebook). Quoi tu "n’es pas Macron" ? Pourtant, dans le phénomène Macron, cette merveilleuse mécanique du conformisme, il y a bien, au-delà du rideau de fumée, quelque chose d’un peu malsain, un peu sombre et sinistre, moutonnier, d’une autre époque que l’on croyait à jamais révolue, dans le genre "sauveur providentiel", ou "envoyé miraculeux".
 
  Et puis je l’ai déjà dit, cette élection présidentielle biaisée depuis janvier par les scandales, ce choix binaire, idéologique, crétin, entre "mondialisation heureuse" et "nationalisme xénophobe" m’indispose profondément. Moi, j’ai horreur d’être pris pour un con. D’ailleurs, je suis prêt à prendre le pari : le prochain président finira soit à l’asile de fous, soit en prison, soit au cimetière. Je ne souhaiterais pas sa place à mon pire ennemi.
 
  J’attends les législatives, dans le vague espoir d’un nouveau séisme au bout du séisme, que quelque chose se passe, une révolution politique, que s’y exprime la voix soudain du peuple, une voix de ténor, qui manque si fort à la France, et dans mes rêves qu’en émerge un homme d’Etat, un grand Premier ministre, un homme d’Etat du genre Waldeck, Clemenceau, Poincaré, de Gaulle (1943-1946 et 1958), Mendès, Pompidou, ce qui s’appelle un homme d’Etat, pourvu d’une vision de la France, ayant fait ses preuves dans la tourmente de l’histoire, par sa capacité à décider et gouverner, un homme d’Etat et non un comédien habile, une créature médiatique ou un héritier, un homme d’Etat qui enfermera le futur grand parasite élyséen dans son Palais maudit de l’Elysée, lui rabattra son caquet prétentieux et prendra en main les destinées de la France avec un gouvernement de combat, sous le contrôle de la Nation à travers son Parlement, comme dans n’importe quelle démocratie qui se respecte. Dans mes rêves, je disais… Mais on a le droit de rêver, c’est le dernier qu’il nous reste et c’est celui que rien ni personne ne pourra nous confisquer !

maximetandonnet.wordpress.com, 25 avril 2017
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le deuxième tour de la présidentielle reste très ouvert
 
Tout le monde semble dire que le second tour de l’élection présidentielle est déjà plié : Macron a suffisamment d’avance pour faire une élection de maréchal.
Il a même fait la fête comme s’il y voyait déjà. Au Front national, certains ressortent la vieille rengaine que l’échéance décisive sera 2022, oubliant qu’en politique les trains passent rarement deux fois. Les médias, tout au long de la fastidieuse soirée du 23, nous ont ressassé qu’il n’y avait qu’un seul vote possible et que c ‘était Macron, qu’il fallait impérativement "faire barrage au Front national".
Les derniers mois nous ont pourtant rappelé que ceux qui pensaient gagner dans un fauteuil, comme Fillon en janvier, s’exposent à bien des déconvenues. La présente campagne, plus que d’autres, nous a habitués à d’étonnants rebondissements.
 
Les sondages sont à 60/40 en sa faveur. Mais ils étaient aussi à ce niveau en faveur de Clinton contre Trump à deux semaines de l’élection et c’est Trump qui a gagné. En 2012, Sarkozy devait être battu avec le même écart : il n’a perdu que par 52/48.
Contrairement à ce qu’assènent les médias, le scrutin est encore très ouvert.
Marine le Pen n’est certes pas arrivée en tête. 22, 3 % (soit 1,2 % au-dessous de Macron), c’est moins que les 27 % annoncés pendant longtemps. La différence c’est tout simplement Dupont-Aignan à 5%. Plus Lassalle, Asselineau, Cheminade qui pêchaient dans les mêmes eaux.
Les reports de voix sont encore très incertains : les électeurs de Hamon iront pour la plupart à Macron, c’est sûr. Ceux de Mélenchon n’iront pas à Le Pen mais quelle proportion s’abstiendra ? Les gens de l’extrême-gauche ne sont pas tous complètement idiots et ils voient bien, pour la plupart, que Macron, candidat de la haute finance, est aux antipodes ce qu’ils sont. Les Républicains sont coupés en deux mais pas au niveau des dirigeants qui, presque tous, ont déjà appelé à voter Macron, y compris Fillon. Leurs électeurs en revanche sont loin d’être sur la même ligne. Il n’est pas sûr que, surtout en province, ils suivent ces consignes. Déjà 40 % ont l’intention de voter pour Marine Le Pen. Que feront les autres ?  
 
Au total, les deux camps sont plus équilibrés qu’il ne parait.
D’autant que l’électorat de Marine Le Pen est stabilisé : ceux qui ont voté pour elle au premier tour, comme la grande majorité de Français, savent qui elle est. Très peu de Français, par contre, savent qui est vraiment Emmanuel Macron. Nous pensons bien sûr aux 2 millions d’euros gagnés chez Rothschild et qu’il aurait dépensés à raison d’1 smic par jour sans rien mettre de côté : étrange personnalité pour lui confier la France ! Certains de ceux qui ont assisté à ses réunions ont eu le même sentiment de quelqu’un de bizarre, voire malade. Les 58 % de Français propriétaires savent-ils qu’il se propose de doubler l’impôt foncier ? Qui sait que Macron est le principal auteur du plafonnement des allocations familiales de décembre 2014 et que la politique familiale ne figure même pas au programme de ce candidat notoirement "gay-friendly" ? Qu’il veut ouvrir encore plus grand les portes de l’immigration ? Qui sait qu’il envisage, libéralisme oblige, de généraliser le travail du dimanche ? C’est tout cela et bien d’autres choses que ne savent ni ses électeurs du 1er tour, ni ceux qui comptent se reporter sur lui au second tour. Or ils ont le droit de le savoir. On ne confie pas la maison France à n’importe qui. Sa rivale a deux semaines pour faire la lumière sur lui. Toute la lumière. Il faut espérer qu’elle le fera mieux que Fillon à qui cette tâche revenait au premier chef et qu’il a si mal faite.  
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Emmanuel Macron, président prématuré
 
Le débat du 3 mai, qui verra s’affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen, s’annonce passionnant. Même si la candidate du FN a théoriquement peu de chances de gagner le 7 mai, le favori du système politique et médiatique ne brille pas, pour le moment, par sa pugnacité ni par son réalisme. 61 % des sondés jugent "réussie" l’actuelle campagne de Le Pen. "Eh, Manu, tu redescends ?", titre Libération ce mercredi, en s’inquiétant du flottement du jeune prodige. Il donne le sentiment de se croire déjà élu. Sur RTL ce matin, son porte-parole, Benjamin Griveau, a expliqué benoitement que le leader d’En Marche avait consacré une grande partie de sa journée de lundi à "contacter les chefs d’Etat européens", confirmant la posture présidentielle prise prématurément par le jeune ambitieux. Or sa position politique, si elle recueille des soutiens venus de la gauche et de la droite, reste fragile. Comme le rappelle l’universitaire Dominique Reynié (Le Monde, mardi), "sa base de premier tour ne représente que 18,9% des inscrits (…) Il ne faut pas se tromper sur la difficulté du second tour : face à un vote protestataire fragmenté mais peu ou prou majoritaire, Emmanuel Macron sera bien seul". On peut imaginer que Le Pen ne se privera pas, lors du débat, de replacer son adversaire dans son rôle de représentant d’une classe privilégiée mais minoritaire, à l’aise dans le déracinement, la mondialisation, le commerce fructueux : un anachronisme, dans une France qui, en 2005, avait dit non à 55 % à la consolidation constitutionnelle de l’Union européenne. Le populisme dont se réclame Macron est une habile fiction, aisément démontable.
 
Entendre d’ailleurs le numéro 1 se réclamer à son tour du patriotisme, en accusant son adversaire de nationalisme, confirme que le FN a déjà gagné la bataille des idées. Les vagues de drapeaux tricolores, qui s’observent dans tous les meetings, illustrent la défaite du discours post-national. C’est pourquoi les attaques convenues contre le nationalisme, que Macron porte à son tour, risquent de provoquer un effet boomerang : avoir une préférence pour ce qui est propre à la nation est un sentiment partagé par ceux qui veulent également protéger leur patrie. Faudrait-il débaptiser l’Education "nationale" ? Cette trop subtile dialectique des promoteurs de la société ouverte fait oublier que les conflits futurs sont désormais dans les plis du multiculturalisme, que Macron protège. Lundi, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), issue de la mouvance des Frères musulmans, a appelé "à aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de haine et donner au candidat Emmanuel Macron le score le plus large". Les Frères musulmans ont l’objectif de promouvoir la charia (loi de Dieu), incompatible avec la démocratie (loi du peuple). La grande mosquée de Paris et le Conseil français du culte musulman (CFCM) ont également invité à voter Macron. Ce mercredi, le ministre algérien des Affaires étrangères a qualifié le candidat, qui a dit récemment de la colonisation française qu’elle est un crime contre l’humanité, d’"ami de l’Algérie". Le 7 mai sera aussi un référendum sur l’avenir de la nation, de son identité, de sa cohésion.

blog.lefigaro.fr/rioufol, 26 avril 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Présidentielle 2017 : Le vote de la mauvaise humeur !
 
Va-t-il falloir encore subir une campagne de dénigrement de caniveau ? C'est bien parti, le ton a été donné et les médias recommencent illico à chercher la petite bête, le scoop people et le tir à bout portant. Cela a commencé dans l'heure qui a suivi les résultats avec le dit "scandale" du restaurant" la Rotonde" où 
Emmanuel Macron a remercié ses soutiens et fêté le fait d'avoir réussi une percée hors du commun à laquelle personne ne croyait. Quelle divine occasion : les Sarkozistes ricanent en se vengeant du Fouquet's, les chasseurs de people et les 100 photographes glosent sur ceux qui étaient présents, les Fillonnistes qui digèrent mal font feu de tout bois contre celui pour lequel ils s'apprêtent à voter (ou pas). Une curée inutile, non démocratique et qui tire tout le monde vers le bas.
Les médias de droite dénigrent le candidat qu'ils jugent de gauche, et en profitent pour en remettre une louche sur François Hollande qui aurait tout manigancé (beaucoup d'honneur) et qui installerait son fils à l'Elysée ; ceux de gauche récupèrent tant bien que mal celui qui à leurs yeux a trahi et n'est pas de gauche...
Pire, le seul argument sur lequel  tout le monde est d'accord c'est encore une fois de voter contre, contre Marine Le Pen, à laquelle par la même occasion on rend service.
 
De programme nenni ! C'est beaucoup plus drôle de continuer dans ce système politico médiatique dont on vous a pourtant bien dit qu'il exaspérait les Français au point d'avoir provoqué l'éclatement des partis en place. On a donc droit aux prévisions cataclysmiques des législatives à venir : les nouveaux seront forcément nuls puisque sans expérience, et en même temps, c'est le cas de le dire, on veut la société civile et du renouvellement à l'Assemblée Nationale.
On raille les ralliements, on critique les consignes de vote, ceux qui en donnent et ceux qui n'en donnent pas. On dépèce ce qui reste des partis en guettant les divisions. On croque à pleines dents la pomme de discorde. Toutes les émissions n'ont qu'un but c'est de faire se contredire les invités ou les pousser dans leurs derniers retranchements.
 
Pourrait-on essayer de voir pour une fois la bouteille à moitié pleine ? Même si on a follement aimé Fillon ou d'autres. Le vote démocratique a décidé du résultat ; on craignait le pire, il n'est pas arrivé. On pourrait s'en féliciter au moins 2 ou 3 jours comme le monde entier qui soupire soulagé. Nous sommes en passe d'avoir le plus jeune Président de la République, il a quand même réussi, seul, sans parti à fédérer autour de lui, à créer une immense ferveur et sans dénigrer vraiment qui que ce soit ; il déclare nous aimer et avoir confiance en nous et clairement les Français avaient un peu besoin de cela.
Il assume d'être libéral dans un monde libéral, d'être Européen, d'aimer les entreprises et leurs créateurs, de ne pas détester les riches et ceux qui gagnent de l'argent, il veut réformer et vite... Les oiseaux de mauvaise augure prédisent l'échec avec une jouissance infinie. Et si on nous laisse un peu souffler et espérer ? Mais non, quiconque espère en ce candidat est un traître aux autres partis, aux autres candidats, à sa condition... et ce sont les mêmes qui ne veulent pas de Marine Le Pen. Bravo.
Il y a un moment où il faudra savoir ce que nous voulons !

Paru dans Challenges, 26 avril 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
La recomposition politique s'impose à la droite
 
Emmanuel Macron n’a pas attendu le second tour pour célébrer son élection à la présidence de la République. Dès dimanche soir, le jeune homme pressé s’est comporté en vainqueur final, multipliant les V de la victoire devant les caméras. Après s’être montré, avec son épouse Brigitte, sur la scène du Parc des Expositions, porte de Versailles, c’est à La Rotonde, restaurant chic du quartier Montparnasse, que le leader d’En Marche !, suivi d’une horde de médias, a choisi de fêter son succès avec ses soutiens et ses amis célèbres. Deux sorties du métro voisin avaient été pour l’occasion fermées par les forces de l’ordre, ainsi que le trottoir longeant l’établissement. QuandNicolas Sarkozy avait commis son faux pas bling-bling en sablant le champagne au Fouquet’s, sur les Champs Elysées, au moins venait-il d’être élu. Mais si les journalistes n’avaient pas manqué de relever la faute de goût, on peut compter sur eux, cette fois, pour passer outre l’impudence de leur favori.
La victoire de Macron au premier tour (23,87 %) est aussi celle du pouvoir médiatique qui l’a porté et dorloté. La droite vaincue (François Fillon arrive en troisième position avec 19,94 % des voix, talonné par Jean-Luc Mélenchon, 19,60 %) a, dès hier soir, fait connaître sa volonté de "faire barrage" à Marine Le Pen qui, avec 21,43 % des voix, échoue dans son espoir de sortir en numéro un. Demeure évidemment, ce lundi, un sentiment de frustration chez ceux qui considéraient - j’en étais - le projet libéral conservateur de Fillon comme le plus abouti. Toutefois les affaires ne suffisent pas à expliquer son élimination. Elle est également due à son incapacité de s’adresser aux gens les plus vulnérables.

La destitution de Fillon, mais aussi celle de Benoît Hamon pour le PS (6,35 % !) s’ajoutent à celles de Sarkozy, Juppé, Duflot, Hollande, Valls... C’est bien un monde ancien que les Français ont décidé de mettre à bas. La remarquable percée de Macron s’inscrit dans cette logique de renouvellement, et je reconnais m’être trompé pour avoir vu chez lui, ici, une bulle sans lendemain. Mais Les Républicains sont retombés dès hier soir dans le travers des tambouilles en voulant reconstituer contre Le Pen un énième "front républicain". Quand Fillon appelle à voter Macron après avoir dit vouloir "vaincre le totalitarisme islamique", son ralliement à celui qui ne jure que par "l’apaisement" révèle le drame de cette droite sans convictions durables. Mélenchon est plus conséquent quand il préfère ne pas donner de consigne de vote. En fait, la nécessaire recomposition politique va s’imposer aussi à la droite la plus bête du monde. Elle ne peut plus se permettre le luxe d’une division, en pointant encore les fantômes du vieux FN. C’est cette formation recentrée qui, que cela plaise ou non, est devenue le premier parti d’opposition. Marine Le Pen a deux semaines pour tenter d’attirer ceux qui n’entendent pas laisser la France brader sa souveraineté et dériver dans le multiculturalisme que cautionne Macron, cornaqué par Terra Nova et sa flatterie des minorités. Mais si Fillon a échoué par manque de sensibilité sociale, Le Pen échouera si elle persiste dans un antilibéralisme absurde. Sortir de l’euro est également moins urgent que sauver la nation de sa dislocation engagée.

Paru sur blog.lefigaro.fr/rioufol, 24 avril 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Départementalisation
 
Les évènements récents en Guyane font une fois de plus ressortir l’ineptie du statut de département appliqué à nos territoires d’outremer. On fait d’eux des "Lampedusa"  exotiques en but à une immigration incontrôlable, pour ce qui est de la Guyane venant d’Haïti, du Brésil et du Surinam : il est impossible de fermer nos frontières ouvertes à tous les vents. De plus on empêche tout développement économique.
Pour faire lever le blocage du département, après avoir offert 1,86 milliard d’euros notamment pour construire des lycées et des collèges, une citée judiciaire à Cayenne, une prison à Saint-Laurent-du-Marony et des routes, on a fini par céder aux exigences du collectif et promettre 2,1 milliards de plus.
Il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent
 
La Guyane est avec Mayotte, le territoire français où l’impact migratoire est le plus fort. Au dernier recensement, plus de 84 000 étrangers étaient présents sur le sol guyanais, soit le tiers de la population totale. Cette immigration est avant tout régionale et s’explique par le niveau de vie attractif pour les ressortissants des pays environnants. La population est passée de 20 000 habitants en 1950 à 230 000 de nos jours
Les avantages sociaux attirent comme un trou noir, augmentent le coût de la main d’œuvre si bien qu’aucune activité économique ne subsiste sauf celle du béton pour construire des infrastructures : écoles, routes, hôpitaux.
En Guyane il y a bien le centre spatial de Kourou qui a certes des retombées sur les finances locales mais comme le fut le cas pour le Centre d’Essai en Polynésie, fonctionne à part dans son enclave et n’est là qu’à cause de la proximité de l’équateur.
En fait la Guyane vit surtout de transferts de la métropole : salaires des fonctionnaires, subventions, aides sociales. La fonction publique fournit la moitié des emplois qui sont surpayés y compris les agents recrutés sur place.
Et l’on vous dira, ce qui est vrai, que les Français de Guyane ne vivent pas aussi bien que ceux de la métropole.
 
Le statut de département entraine de curieuses aberrations, la Guyane étant sensée faire partie de l’Europe, on n’y applique les normes européennes, par exemple on n’importe pas de viande du Brésil où elle n’est pas chère, les abattoirs n’étant pas aux normes européennes. En fait tout est importé notamment de métropole.
On retrouve à Mayotte la même situation, en pire, du fait de la différence culturelle d’une population à 95 % musulmane et pour beaucoup ne maitrisant pas le français. Une immigration constante à partir des autres iles des Comores où le niveau de vie est très bas, mais aussi de Madagascar et de l’Afrique de l’Est, entraine une croissance démographique explosive : plus de la moitié des résidents sont d’origine étrangère dont la moitié des clandestins. Pourtant on expulse plus de 20 000 clandestins par an autant qu’en métropole. On compte actuellement 500 habitants au km2, la croissance est telle qu’il faudrait construire une classe par jour pour scolariser les enfants, actuellement 33 % des enfants de plus de 15 ans n’ont jamais été scolarisés.
Les investissements sont pourtant croissants : 117 millions d’euros en 2003, 337 en 2015.
Un récent rapport sur le système éducatif mahorais montrait que le taux de réussite au bac était à Mayotte de 74 % contre 93 % en Guyane ou à la Réunion, et encore on doit être indulgent puisque 85 % des élèves mahorais échouent en première année d’études supérieures.
Ce qui est intéressant c’est ce que le conseil économique et social (CESEM) propose comme solutions : développer l’internat, mais aussi apprendre dans le primaire à lire et écrire en langue maternelle shimaoré ou kibuschi - des formes locales du swahili -  et développer l’enseignement privé musulman au primaire puis au secondaire. On ne pourra que constater l’échec de l’intégration des Mahorais dans le moule français.
Pour le reste on trouve les mêmes tares qu’en Guyane : économie dépendant des transferts - salaires d’une fonction publique surabondante et surpayée, aide sociales, subventions. Etant donné le coût de la main d’œuvre on ne produit plus rien à Mayotte sauf du béton pour les équipements. Et en plus la situation sociale est explosive.
 
Le choix du statut de département est totalement inadapté, il aurait fallu adopter des statuts spécifiques donnant aux territoires une certaine autonomie, permettant leur développement dans le contexte de la zone. Les autres anciennes colonies Guyanaises ont toutes reçu leur indépendance et le statut de Mayotte attire inexorablement les populations voisines.
Quand on compare les deux îles sœurs de la Réunion et de Maurice, on ne peut que constater que l’ile française dépend pour une grande part de la métropole, alors que Maurice indépendante se suffit à elle-même et dispose d’une économie autonome, production sucrière, banques, industrie et tourisme.
Peut-être conviendrait-il de desserrer la tutelle de la métropole et de donner à la Réunion une large autonomie. On peut faire la même réflexion au sujet de la Guadeloupe et de la Martinique.

dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La Rotonde, Fouquet's de Macron 
 
Est-il nécessaire de se pencher sur les cartes de ces deux grands établissements parisiens pour en comparer les prix ?
Ce qui compte c'est l'esprit et ...  c'est le geste.
 
Emmanuel Macron, le soir du 23 avril s'est très vite comporté en vainqueur. En vainqueur, non pas du premier tour de l'élection présidentielle mais en vainqueur du second tour de ladite élection. "V" de la Victoire, "contact" avec la foule du haut du sixième étage de son quartier général, traversée de Paris à la Chirac en 1995 avec motards, journalistes et feux verts... mais Chirac était déjà élu, lui, et Sarkozy au Fouquet's l'était aussi !
 
A Montparnasse, quartier de la fête s'il en est, à la Rotonde, l'attendaient ses petites mains mais surtout des représentants de différents réseaux, de la finance, des médias, du "show biz" ; l'embrassade avec Stephane Bern, notamment, n'a échappé à personne.
Pendant ce temps, à Hénin-Beaumont, bien loin de Paris, les télévisions nous montraient "les petits et les sans grade" qui dansaient et faisaient la "chenille".
D'un côté un "entre-soi" et de l'autre le peuple, les "travailleurs", comme dirait Madame Arthaud.
 
Au même moment, la classe politique qui se croit encore propriétaire de ses voix donne ses consignes et fait ses comptes sur ses calculettes... Les résultats sont là !!! Elle n'a toujours pas compris que le peuple ne l'écoute plus, qu'il a déjà rejeté Hollande, Juppé, Sarkozy, Valls, Dufflot, Fillon et qu'il risque de vouloir continuer avec leurs héritiers. Comme l'ont fait les Italiens une première fois et comme ils sont en train de le faire de nouveau, comme l'ont fait les Grecs, comme l'ont fait les Américains, comme ont failli le faire les Autrichiens.
Il est possible de supposer que les images projetées de l'épisode de la Rotonde et des premiers pas de Macron qualifié pour le second tour, auront plus d'impact sur les électeurs de Mélenchon, et même sur bien des électeurs de Fillon, que les mots d'ordre qu'ils auront reçus.

24 avril 2017                                          
 
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Gagner les législatives
 
Le vote du premier tour des présidentielles ne doit pas être interprété comme un résultat traditionnel que la "droite" viendrait de perdre face à la "gauche" incarnée par M. Macron. Cette vision est superficielle et fausse. Nous sommes, me semble-t-il, dans une autre logique, celle de l’apocalypse générale de la classe politique. Le parti socialiste au pouvoir est écrasé, broyé, détruit avec 7 % des voix. La "droite" est balayée elle aussi, avec 19 % des voix alors qu’elle disposait d’un boulevard après 5 ans d’opposition. Elle est victime de l’impasse des primaires, de la succession des scandales et de la médiocrité d’une génération finissante. Enfin, la France d’en haut, tout l’aéropage des experts bienpensants, annonçaient une fulgurante percée du parti lepéniste, en première position, dépassant 30, voire 40 % des suffrages, emportant tout sur son passage. Or, ce dernier n’accomplit qu’un score dérisoire de 21 %, loin derrière M. Macron, avec la certitude d’un écrasement au final qui lui sera peut-être fatal. Aucune force politique ne sort indemne de l’apocalypse du 23 avril, sinon peut-être un revenant : le parti communiste français, à travers M. Mélenchon.
 
Quel est ce président de la République que la France vient sans doute de se donner le 23 avril avec un résultat de premier tour faiblard, qui ne marque aucun engouement aucune adhésion populaire ?
Il est un homme de 39 ans, sans expérience de l’Etat ou presque, ni de la vie politique, n’ayant jamais de sa vie été confronté au suffrage universel, n’ayant jamais fait la moindre preuve d’une efficacité quelconque au pouvoir, à deux exceptions près : la libéralisation du transport par car et l’ouverture des magasins le dimanche. Il semble de prime abord dépourvu de vision historique. Adulé par le monde médiatique qui en a fait son idole, il doit son succès à un étrange effet de mode qui va s’accentuer dans les jours avenir, jusqu’à l’extase, avant de se transformer, au fil des déceptions, en mise à mort rituelle.
Le second tour annoncé de ces présidentielles est le pire cas de figure que nous pouvions imaginer : nous sombrons dans un affrontement idéologique grotesque entre "mondialisme" et "nationalisme" alors que la France a tant besoin de sérieux, d’un gouvernement d’action et de réforme. A travers lui, les Français n’ont pas voulu prolonger le mandat de M. Hollande. Ils ont voulu voter pour un visage nouveau. Ils ont fait le choix d’une sorte de vide, de néant qu’ils ont voulu porter à l’Elysée, dans un contexte de discrédit absolu de la fonction présidentielle.
 
Nous n’avons pas le droit de désespérer face à cette apocalypse matinée de béatitude. M. Macron, porté par un fantastique effet médiatique, n’a pas d’orientation politique précise ni de projet clair, encore moins de force politique structurée susceptible de lui fournir une majorité stable. Le vote du 23 avril est avant tout celui de la neutralisation du pouvoir élyséen. De fait, même si cela est extrêmement difficile à admettre pour nos esprits intoxiqués au présidentialisme, l’Elysée a perdu l’essentiel de sa puissance et de son autorité morale. Est-ce définitif ou provisoire ? C’est ce que j’ignore. Tout dépend de la capacité du système politique français à engendrer un nouvel homme d’Etat dans l’avenir. Mais en attendant, les cinq années qui viennent ne dépendent désormais plus que d’une chose : la lucidité des Français dans leur vote aux législatives de juin. Celui-ci sera infiniment plus difficile à manipuler. Il est facile pour la propagande médiatique de matraquer un candidat aux présidentielles et d’en magnifier un autre. Sur un scrutin réparti en 577 circonscriptions, la manœuvre est plus complexe. C’est pourquoi, comme je le répète depuis des mois ou des années, le vrai rendez-vous démocratique sera celui de juin 2017. Il n’était pas celui de ces présidentielles truquées. Ceux qui veulent sauver leur pays doivent impérativement se mobiliser et saisir cette occasion inespérée de bousculer le cours des choses et de rompre avec la fatalité.

Paru sur maximetandonnet.wordpress.com
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version