Comment ouvrir une micro crèche ?

La création d’une micro crèche peut être avantageuse sur le plan professionnel, personnel et émotionnel. En effet, non seulement vous gagnez en gratitude et en enseignements en passant une grande partie de votre journée de travail avec des enfants, mais en plus, vous pouvez également apprécier l’aspect lucratif de l’entreprise. Cependant, vous devez aimer travailler avec les enfants et être patient et vous devez aussi avoir certaines compétences et le prouver. En outre, l’un des avantages de créer votre propre entreprise de garde d’enfants est que vous pouvez vous occuper de vos propres enfants, cela vous permettra également d’économiser de l’argent. De plus, la création de votre micro crèche permettrait aussi à vos enfants d’interagir avec d’autres enfants, ce qui est bon pour son développement social. Aussi, si vous souhaitez mettre en place une micro crèche, voici les informations que vous devez retenir.

Quel statut juridique faut-il avoir pour ouvrir sa micro crèche ?

Si vous souhaitez créer une micro-crèche, plusieurs options s’offrent à vous et vous devez les considérer tout en prenant compte de votre situation au moment où vous créez votre entreprise. Cependant, il est important également de garder en tête que le statut juridique à privilégier dépendra du nombre d’associés de la micro-crèche en devenir.

Si vous vous lancez en tant qu’associé unique

Le fait de vous lancer en tant qu’associé unique dans votre projet de micro-crèche signifie que vous vous lancez seul dans cette aventure. De ce fait, vous pouvez choisir entre une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée, une Société de Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle ou une Entreprise Individuelle à Responsabilité comme statut juridique.

Si vous vous lancez avec d’autres personnes

Êtes-vous nombreux à vous lancer dans ce projet ? C’est également possible et il est même probable que vous arriviez à bien vous organiser. En outre, en termes de statut juridique, vous avez le choix entre la Société Anonyme, la Société par Actions Simplifiées et la Société à Responsabilité Limitée. Dans tous les cas, vous devez approcher les autorités compétentes avant de vous lancer.

S’il s’agit d’une micro-crèche pour une association

Une micro-crèche créée par une association n’a pas toujours comme finalité de générer des revenus. Aussi, si telle est le cas de la vôtre, notez que le statut juridique à privilégier est celui d’une association. Ce statut juridique vous aidera à prétendre à certaines subventions pour bien fonctionner. Cependant, dans ce cas aussi, vous devrez suivre certaines étapes avant d’établir la micro-crèche.

Votre régime fiscal futur dépendra de votre statut juridique. En effet, si vous tablez sur une SA, une SARL ou une SAS, vous devrez payer des impôts sur les sociétés. En outre, préparez-vous à payer des impôts sur le revenu si vous tablez sur une EURL ou une EIRL.

Qui peut ouvrir une micro crèche : il y a-t-il des prérequis ?

En règle générale, les particuliers, les associations et les entreprises peuvent tous ouvrir une micro-crèche. Cependant, pour y parvenir, il faut réunir certaines conditions et c’est normal puisqu’il s’agit d’un établissement en charge de la sécurité de petits enfants. Il ne faut surtout pas négliger les critères suivants.

Bien qu’il ne faille pas nécessairement avoir un diplôme spécifique pour ouvrir une micro-crèche, il est impératif qu’un professionnel de la petite enfance soit présent au sein de la micro-crèche. Concrètement, cela signifie que vous devrez engager une personne possédant un diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants ou un diplôme d’état de puériculture.

En somme, tout le monde peut créer une micro-crèche à condition qu’un adulte puisse cadrer huit enfants qui marchent, qu’un autre adulte puisse s’occuper de cinq enfants qui ne marchent pas et que 40% des personnes qui y travaillent possèdent un diplôme d’État d’infirmier, de psychomotricien, d’éducateur de jeunes enfants ou de puériculture. Vous pourrez vous attendre à des sanctions si vous ne remplissez pas ces conditions.

De plus, chaque salarié en contact direct avec les enfants doit avoir 3 ans d’expérience au moins, en tant qu’assistant maternel agréé. Ils peuvent aussi avoir une qualification de niveau V et 2 ans d’expérience auprès des jeunes enfants. Cette qualification de niveau V peut être un CAP Petite Enfance ou un auxiliaire de puériculture.

Tout savoir sur le budget nécessaire à l’ouverture d’une micro crèche

Avant d’établir le budget nécessaire pour ouvrir une micro crèche, il faut prendre en compte certains paramètres. En effet, il faut considérer le statut juridique choisi, l’apport financier personnel, la taille et la qualité des locaux et aussi le nombre d’employés qui seront présents sur les lieux. Il faudra aussi déterminer si l’on souhaite se lancer seul dans l’aventure ou si on veut être franchisé.

Selon les statistiques, ouvrir une micro-crèche peut coûter entre 50 000 € et 250 000 € et les mêmes études disent qu’au bout de deux ans d’activités, une micro-crèche peut générer entre 100 000 € et 300 000 € de chiffre d’affaires. Le montant de l’appel personnel est situé entre 7500 € et 20 000 € et il faudra compter entre 3000 et 10 000 € de frais de formation.

Par ailleurs, plusieurs autoentrepreneurs préfèrent la franchise lorsqu’ils se lancent dans la création d’une micro-crèche. En décidant d’être franchisés, ils sont sûrs de pouvoir ouvrir rapidement puisque le concept est déjà installé et il fonctionne déjà. De plus, le franchiseur dispose déjà de méthodologies étudiées pour que les membres futurs de votre équipe puissent prendre soin correctement des enfants en bas âge.

Enfin, notez que si vous manquez de fonds lors de l’ouverture de votre micro-crèche, le CAF et le Conseil Général peuvent vous aider. Par ailleurs, l’ouverture de votre crèche déprendra d’un médecin de la PMI ainsi que l’accord du Président du Conseil Général du Département. Vous finaliserez l’ouverture auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie et du Centre de Formalités des Entreprises.

Comment ouvrir sa micro crèche en France ?

Vous êtes désormais décidé à ouvrir votre propre micro-crèche en France ? C’est une excellente idée, mais vous devez suivre certaines étapes pour ne pas avoir les autorités après vous plus tard.

La première chose que vous devez faire avant les démarches administratives, c’est de rassembler votre équipe. Qui seront vos associés ? Qui seront vos employés ? Qui prendra en charge l’entretien du lieu où vous souhaitez établir votre micro-crèche. Prenez le temps de bien choisir ces personnes. Lorsque vous aurez les noms des membres futurs de votre équipe, rendez vous à la Marie de votre Commune pour rencontrer le Maire. Il vous donnera les conseils nécessaires concernant les meilleurs locaux. Après les conseils avisés du Maire ou des responsables concernés, vous devrez chercher un endroit pour la micro-crèche.

Une fois que vous trouverez un bon local, effectuez votre étude de marché et établissez votre plan financier. Compte tenu du fait que vous serez responsable de la sécurité et de l’éducation de petits enfants, vous devez obligatoirement avoir un bon projet pédagogique. Il s’agit du noyau central de votre projet de micro-crèche ! Constituez votre dossier d’agrément et déposez-le. Retenez cependant qu’il doit comporter l’étude de marché, les informations sur le statut juridique choisi, le mode de fonctionnement de votre micro-crèche, le budget de fonctionnement et toutes les informations complètes sur les locaux que vous avez choisis.

Une fois que tout sera en place, choisissez un bon gérant et n’oubliez pas de recruter officiellement et légalement les membres de votre équipe. En outre, vous pouvez engager un directeur et un gestionnaire pour vous aider à bien gérer la micro-crèche.

Les différences entre crèche classique et micro crèche

La crèche et la micro-crèche rendent service aux parents, c’est un fait. Cependant, ce sont deux structures très différentes malgré leurs objectifs communs. En effet, tandis que la micro-crèche ne peut accueillir que 10 enfants, la crèche traditionnelle peut s’occuper de 60 enfants.

Dans une micro-crèche, tous les enfants sont ensemble toute la journée tandis que dans une crèche traditionnelle, ils sont répartis en trois groupes, suivant l’âge des enfants. Leur développement est également mieux suivi puisqu’ils sont peu nombreux. Bien que l’hygiène et la discipline soient de rigueur, le bien-être des enfants reste une priorité.

On dit aussi que les horaires de la micro-crèche sont plus souples par rapport à ceux d’une crèche traditionnelle. Pour ce qui est du tarif de la micro-crèche, vous avez le choix entre le Complément de Libre Choix du Mode de Garde de la PAJE et les aides de la CAF. Les aides de la CAF sont généralement directement versées à la micro-crèche.

Enfin, les conditions d’admission restent les mêmes pour une crèche et une micro-crèche et la micro-crèche permet aux parents de retourner sereinement à leurs occupations professionnelles. Notez que les micro-crèches accueillent les enfants de 2 mois à 4 ans et elles sont sous surveillance stricte.

Vous avez désormais les informations nécessaires entre vos mains, si vous souhaitez ouvrir une micro-crèche. Surtout, prenez le temps de bien déterminer vos besoins et si possible, engagez quelqu’un pour établir votre business plan afin qu’il soit crédible aux yeux des autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *